Le gentil monstre
de Xiong Liang

critiqué par JulesRomans, le 13 décembre 2013
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
Le 31 janvier 2014 débute en Chine l'année du Cheval de Bois
Avec "Le gentil monstre" voici l'histoire de l'être dit "Nianshou" (年獸) qui a donné son nom à la nouvelle année en chinois, il est appelé dans ce récit par "Nian" et on peut voir ce caractère chinois sur la couverture du livre.

Bien qu'il ne soit pas un lion, il est représenté sous cette forme lors des fêtes du Nouvel an chinois car sa tête est donné comme rappelant celle du lion et le corps renverrait au bœuf dans les plus lointaines traditions. C'est pour l'effrayer qu'on fait éclater des pétards l'unique jour et que l'on se regroupe où il est censé apparaître . Dans cet album le physique de 年獸 est peu esthétique et renvoie bien à celui d'êtres comme ceux présentés dans "Mon gros dico des monstres à ratatiner" de Catherine Leblanc, Roland Garrigue (Dessin).

Malgré les précautions déjà énoncées, un jour 年獸 capture un enfant, mais celui-ci est relâché car il porte du rouge et se montre aimable avec lui. Depuis de temps Nian est devenu un personnage bienfaisant et il participe gaiement aux festivités du Nouvel an chinois qui ont lieu fin janvier ou début février .

On est donc en présence d'un album très intéressant au point de vue interculturel du point de vue du texte, sa dimension explicative ; on pourra remarquer qu'au niveau de l'illustration il appartient plutôt à un univers culturel mondialisé.