Chemin sous la neige (L'Enfant rieur vol. 2) de Henry Bauchau

Chemin sous la neige (L'Enfant rieur vol. 2) de Henry Bauchau

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Donatien, le 1 décembre 2013 (vilvorde, Inscrit le 14 août 2004, 74 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 345ème position).
Visites : 1 355 

Dernier témoignage .

Chemin sous la neige. Henry Bauchau

ISBN 9782330014124

(2ème partie de «L’enfant rieur»).

Note de l’éditeur : «Les pages qu’on va lire ici ont été par lui chèrement disputées à l’extinction de ses moyens. Henry Bauchau ne les a pas écrites mais dictées.
Sa volonté de voir paraître ce texte était ardente, parce que celui-ci contient - et c’est irremplaçable - sa vision remémorée (je souligne) d’une période particulièrement difficile et douloureuse de sa vie, sur laquelle il lui était essentiel de s’exprimer.
La mort n’a pas permis à Henry Bauchau de parachever autant qu’il l’aurait souhaité, le livre que voici».

La première partie : «»L’enfant rieur», s’arrêtait au moment de l’occupation de la Belgique par les Allemands en 1940. «Le chemin sous la neige» reprend le lendemain de l’occupation effective , soit le 28 mai 1940.

Il faut penser à s’organiser, trouver du travail, protéger son vélo qui sera son seul moyen de déplacement rapide. Il faut retrouver LAURE. Henry Bauchau évoque leur rencontre au moment de la drôle de guerre, quand la Belgique était encore neutre. «Pendant cette période, tout le monde éprouvait un certain besoin de s’amuser, tant la vie était devenue morne et menaçante».

Ne pas oublier son épouse Mary et les enfants. Mais c’est Laure qui est son principal souci.
Laure était aussi mariée. Elle s’était sauvée en province, fuyant les bombardements pour ensuite rejoindre l’exode des familles vers le sud de la France.

Les Allemand vont de victoire en victoire. Un nouveau projet voit le jour en Belgique,les camps de travail pour les jeunes à l’instar des camps mis sur pied par Roosevelt qui voulait ainsi relever le moral de la jeunesse après la crise de 1929.

Henry Bauchau participe à la naissance des «Volontaires du Travail», soutenu par certains hommes politiques, subventions et dons. Il fallait déblayer et préparer la reconstruction dans certains zones détruites. Le cardinal VanRoey (surnommé le rhinocéros de Malines) primat de Belgique , annonce le remariage du roi Léopold III. Cette annonce , la libération de tous les Flamands et l’envoi des Wallons en,Allemagne sont inacceptables et à l’origine de ce que les historiens appellent «La question royale» , qui aura de grandes conséquences politiques après la guerre.

Les collaborateurs tiennent les rênes du pouvoir avec Léon Degrelle à leur tête qui ira se battre en Russie avec une compagnie de Waffen SS. Henry Bauchau part à Londres, revient et participe à la résistance afin de faciliter la progression des armées alliées. Il devra malgré tout s’expliquer après guerre, soupçonné de collaboration à l’époque des camps de travail.
Il sera innocenté, mais en restera durablement blessé!






L’après-guerre.
_____________

Evocation de son père. «Qui était-il vraiment? Je ne le saurai jamais. Nous étions trop proches et trop différents». Il meurt en 1951.

Henry Bauchau se débat plusieurs années dans ses problèmes de coeur (Mary ne voulant pas divorcer, Laura voulant s’amuser) aggravés par sa situation financière toujours précaire malgré de nombreuses tentatives d’en sortir.
Il est souvent dépressif. Il rencontre Blanche Revechon (compagne du poète Pierre-Jean Jouve) qui l’aide en l’accompagnant en psychanalyse.

Finalement Mary accepte ce divorce «après 17 ans de malheurs» et Laure choisit enfin «Entre celui qui m’aime trop (Henry) et celui qui ne m’aime pas tout à fait assez (son amant ).

La reconnaissance de ses talents d’écrivain lui permet enfin d’apaiser sa vie grâce au succès de sa pièce de théâtre «Gengis Khan».
«C’est à ce moment là que j’ai vraiment commencé à devenir un écrivain».


Ce long chemin depuis la petit garçon effrayé par les incendies de la première guerre mondiale jusqu’à la consécration littéraire n’est sans doute pas extraordinaire, mais riche en incursions dans la sensibilité d’un homme fragile mais tenace, parvenu à atteindre la sérénité et la sensible attention aux autres.

Merci à lui.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Chemin sous la neige [Texte imprimé], récit Henry Bauchau
    de Bauchau, Henry
    Actes Sud / Domaine français (Arles)
    ISBN : 9782330014124 ; EUR 21,00 ; 02/01/2013 ; 240 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  L'enfant rieur

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Emouvant

8 étoiles

Critique de Bafie (, Inscrite le 19 juillet 2004, 56 ans) - 23 janvier 2014

J'ai découvert Henry Bauchau en lisant "L'enfant rieur" qui m'a donné l'envie de prolonger la rencontre avec cet écrivain. J'ai découvert et à chaque fois il m'a ravi. Ensuite je suis revenue au 2nd tome de "L'enfant rieur" et là, le cœur se serre...on sent que c'est le dernier récit et que l'auteur nous le livre comme une clef pour comprendre la chronologie de son existence, certains personnages à qui il fait référence ailleurs dans son oeuvre. Je l'ai lu avec plaisir et émotion, un peu comme un testament.
Mais, de grâce, si vous souhaitez faire connaissance avec monsieur Bauchau, ne commencez pas par cet ouvrage...revenez par la suite lorsque vous aurez subi l'attraction de ses mots les plus travaillés...

Forums: Chemin sous la neige (L'Enfant rieur vol. 2)

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Chemin sous la neige (L'Enfant rieur vol. 2)".