Bleu histoire d'une couleur
de Michel Pastoureau

critiqué par Veneziano, le 17 février 2018
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Le sacre progressif d'une couleur divine, royale et de paix
Le bleu constitue la couleur préférée d'une grande majorité des populations occidentales et profite d'un consensus massif. Ce constat tient du paradoxe, car cette série de teinte a connu des difficultés à s'imposer. Peu de pigments, à l'origine, en permettaient déjà l'usage. Puis le rouge détenait le rôle de quasi-unique teinte colorée, et peignait sans partage avec le noir et le blanc, pour devenir symbole de puissance.
Puis, le culte de Marie, de plus en plus souvent vêtue de bleu, a initié une afflux d'adoration pour cette couleur, que s'est accaparée la monarchie française, à côté du blanc fleur-de-lysé. Il est resté la couleur de la France, celle des Poilus de la Grande guerre, puis celle des organisations internationales, l'ONU, l'Union européenne et le Conseil de l'Europe, pour devenir porteuse de paix.

Ce livre, comme tous les ouvrages de l'auteur, vient souligner les symboles intrinsèques des couleurs par l'évolution de leur histoire, perdus par leurs usages fréquents, restés incompris, ici restitués. Ces écrits relèvent donc de la culture générale, apportent des vecteurs de sens perdus de toute une symbolique, inévitablement subjective, au moins en partie. Ce livre m'a donc semblé très intéressant.