Le diable amoureux de Jacques Cazotte

Le diable amoureux de Jacques Cazotte

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Francophone

Critiqué par Ellane92, le 31 mars 2014 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 43 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 1 923 

conte galant, nouvelle fantastique ou roman initiatique

Don Alvare est un Espagnol au service du Roi de Naples. Par une relation, Bernardillo, il acquiert des connaissances dans le domaine de l'occulte et est poussé, par forfanterie, à invoquer le Diable. Celui-ci, peu disposé à se soumettre à ce nouveau maitre, se présente à lui sous la forme d'un chameau monstrueux, puis d'un épagneul, enfin, d'un page. Partageant la vie du jeune homme, le Diable succombe à son charme, et, sous la forme de la belle Biondetta, il s'attache, sans contrainte et de lui-même, par amour, aux pas de l'Espagnol.

J'ai beaucoup aimé ce livre de Jacques Cazotte, tout autant roman courtois que conte fantastique. "Le diable amoureux" est, dit la préface, à l'origine des romans fantastiques à la française (comme ceux de de Nerval par exemple). La préface indique également que ce livre a connu trois dénouements différents : dans deux d'entre eux, Don Alvare était puni de sa prétention et de ses erreurs ; c'est cependant la troisième, dans laquelle la morale est sauve et où tout finit bien (pour Alvare), qui a été éditée par Les mille et une nuits. Et c'est bien dommage !

Que dire de ce Diable amoureux ? Le livre est court, la lecture est aisée, le langage poétique. Je n'ai pas beaucoup d'amitié pour le héros de cette aventure, censé être le représentant du Bien, comme Biondetta, le Diable, est celui du mal. On peut lire ce roman comme une bataille gagnée par le "pénitent" contre la tentation et la luxure. Sans aucun doute.

Pour ma part, j'ai lu Le Diable amoureux parce qu'Arturo Perez Reverte l'évoque fréquemment dans son Club-Dumas (plus connu comme La neuvième porte, porté au cinéma par Polanski). Je ne suis donc pas arrivée neutre dans cette histoire. Et qu'y vois-je ?
Biondetta, une jeune femme, qui serait le Diable, revendiquant sa part d'ombre ? Elle est dangereuse, certes, belle et dangereuse. Mais qui l'a convoquée ? Qui l'a contrainte à obéir ? Elle troque son immense pouvoir pour s'incarner en humaine, assumant sa part de femme et sa part de puissance, volontairement, par amour, et se jette corps et âme aux pieds de notre héros. Qu'a-t-elle en échange ? Mépris, abandon, silences. Alvare joue au chaud et au froid, partagé entre sa passion des sens et la peur de perdre son âme et finalement, pris de terreur et de remords par un songe, s'en va courir, je vous le donne en mille… dans les jupes de sa maman !! Voilà un homme qui assume ce qu'il fait.

Histoire fantastique, roman courtois, allégorie du combat du bien contre le mal, etc…, chacun lira ce qu'il voudra dans ce court roman. La seule chose à retenir, c'est que c'est un roman à lire, parce qu'il est emblématique d'un courant littéraire français, parce que l'histoire est plaisante et l'écriture pleine de subtilités ! Ce serait dommage de ne pas en profiter !

L'homme fut un assemblage d'un peu de boue et d'eau. Pourquoi la femme ne serait-elle pas faite de rosée, de vapeurs terrestres et de rayons de lumière, des débris d'un arc-en-ciel condensés ? Où est le possible ? Où est l'impossible ?

Le son de la voix, le chant, le sens des vers, leur tournure, me jettent dans un désordre que je ne puis exprimer. "Etre fantastique, dangereuse imposture, m'écriai-je en sortant avec rapidité du poste où j'étais demeuré trop longtemps : peut-on mieux emprunter les traits de la vérité et de la nature ?"

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le diable amoureux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le diable amoureux".