Ce que j'ai vu de la Grande Guerre
de Frantz Adam, André Loez (Préface), Alain Navarro (Postface)

critiqué par JulesRomans, le 15 novembre 2013
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
Au cœur de la vie des poilus
L’auteur de ces photographies, quoique né en 1886 à Bourg-en-Bresse, est issue d’une famille d’origine alsacienne. Diplômé en 1912 de la faculté de médecine de Lyon, il est médecin-adjoint à l’asile de Châlons-sur-Marne à l’été 1914. Dans ses souvenirs, il dit qu’il est parti joyeux en guerre dans la volonté de rendre à la France le village où est né son père. Affecté dans un hôpital de l’arrière, il est dès la mi-novembre dans une ambulance située non loin du front et il restera dans le même type de fonction jusqu’à l’Armistice. Ceci explique qu’il ait été blessé deux fois. Dans l’Entre-deux-guerres, Frantz Adam est psychiatre en Alsace. Fait prisonnier en juin 1940, il a dû être libéré (peut-être au titre de résident alsacien) puisqu’il est présent à Dijon sous l’Occupation.

Les photographies présentées concernent essentiellement le 23e régiment d'infanterie basé à Bourg-en-Bresse à la Belle Époque. Elles sont classées en fonction des années 1915 à1918. Dans chacun de ces chapitres, des thématiques apparaissent, ainsi pour 1916 ce sont : printemps tranquille dans les Vosges, vers la bataille de la Somme, la bataille de la Somme, prisonniers allemands. Les photographies sont très habilement présentées par André Loetz. Nous sommes vraiment au cœur de la vie des poilus.