Prince dragon
de Olivier Charpentier, Frédéric Kessler

critiqué par JulesRomans, le 13 novembre 2013
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
Le petit prince a dit : « Ne daguons pas ce dragon mais catapultons lui de quoi refroidir ses ardeurs »
"Prince dragon" ne fait pas que donner une méthode réinvestissable pour lutter contre les dragons, mais il permet de réfléchir autour de sujets d’une importance primordiale.
Les pères veulent-ils empêcher leur fils de se comporter comme des grands et pourquoi ? Question subsidiaire : les fils doivent-ils suivre le chemin de leur père ou ont-ils tout intérêt à tracer le leur.

Alors que le père refuse d’emmener son fils âgé de sept ans moins un jour à la guerre, celui-ci va par son ingéniosité vaincre un dragon. Le graphisme s’inspire de l’iconographie médiévale, en prenant soin de rendre de façon plus juste la perspective. Les illustrations pleine page e grand format sont magnifiques. Quant au père du jeune héros, il a une figure qui renvoie à celle du Christ à l’âge adulte telle que le monde médiéval se l’imaginait.