Oeuvre poétique Tome VI : Capitale du souvenir, Ricochets, Chansons venues par la fenêtre de Pierre Menanteau

Oeuvre poétique Tome VI : Capitale du souvenir, Ricochets, Chansons venues par la fenêtre de Pierre Menanteau

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par JulesRomans, le 25 avril 2014 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 61 ans)
La note : 10 étoiles
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 828 

Menanteau de la poésie pour les 8 à 88 ans francophones de Zuienkerke à Tamanrasset

Pierre Menanteau est un poète dont on a appris nombre de poésies à l'école primaire française durant les Trente Glorieuses (1945-1974). Tous les tomes de l' "Œuvre poétique"de Pierre Menanteau proposent à la fois des poésies plus spécialement destinées aux enfants et d'autres pour un lectorat d'adulte.

L'éditeur Soc et Foc est vendéen, comme Pierre Menanteau, fils d'un instituteur du Boupère (en Vendée départementale) à sa naissance et qui aurait bien pu y passer toute son enfance si son père n'ayant été fort pris à partie par les notables locaux lors des inventaires en 1905, n'avait été déplacé à sa demande. Pierre Menanteau a suivi les cours de l'École primaire supérieure de Chantonnay (le niveau du collège d'aujourd'hui) pour préparer son entrée à l'École normale. Du fait de sa mobilisation en décembre 1914, Pierre Menanteau reste sous les drapeaux jusqu'à fin 1919. Il est ensuite professeur en Angleterre, puis en France professeur d'école primaire supérieure (il a eu pour élève Maurice Fombeure, dont je parle dans le forum) et directeur d'École normale. Contrairement à ce qu'écrit Nic Diament dans le "Dictionnaire du livre de la jeunesse", Pierre Menanteau ne termina pas sa carrière comme inspecteur d'académie en région parisienne, mais comme inspecteur primaire du département de la Seine, prenant d'ailleurs la succession de Kléber Seguin (auteur de romans scolaires très lus dans l'Entre-deux-guerres) en particulier pour les écoles du Ve arrondissement de Paris à la rentrée 1945.

D'ailleurs l'ouvrage ouvre par un dessin de l'auteur ainsi légendée : « L'enfant que je fus n'était pas allé à Paris. Ses souvenirs avaient la couleur de l'herbe, des arbres, des ruisseaux ». Les premiers textes de ce livre évoquent en particulier les bords de Seine avec ses pêcheurs à la ligne, un antiquaire, un clochard, un remorqueur, un balayeur municipal, des bouquinistes... Les enfants goûteront plus particulièrement les textes autour des animaux tel "Le chat de gouttière" dont voici un extrait :

« C'est un chat de gouttière,
Voyageur de la nuit,
Qui sommeille aujourd'hui
Dans la sourde lumière.

C'est un chat de fenêtre,
Qu'un grillage retient.
Il sort, puis il revient:
Il est son propre maître ».

Nos lecteurs d'outre-quiévrain apprécieront de trouver ici la reproduction d'une préface de Maurice Carême (lui-même ancien instituteur), dont on retiendra au sujet du poète vendéen:

« il emploie pour chanter la vie tour l'art d'un musicien consommé; il est sans nul doute de la lignée de Verlaine, de Paul Fort, de Carco, de Klingsor. Fidèle à la nature et à ses rythmes élémentaires, il est au fond un poète terrien ».

Les pages 106 à 111 proposent sous la plume de Pierre Menanteau quatre poèmes en hommage à quatre de ses confrères belges: Noël Ruet (1898-1965), Pierre-Louis Flouquet (1900-1967), Armand Bernier (1902-1969) et Franz Hellens (1881-1971). Une quarantaine de pages plus loin, le texte "Le rêve du sansonnet" est dédié à la poétesse wallonne Andrée Sodenkamp (longtemps professeur à Gembloux près de Namur), il démarre ainsi:

« Il y avait un sansonnet
Qui rêvait d'offrir à sa belle
Mieux qu'une chanson: un sonnet.

Faire deux quatrains, deux tercets
Ça n'est pas de la bagatelle
Et notre sansonnet s'essoufflait. »


Les Creusois apprécieront ce texte dédié au peintre Fernand Maillaud de l'École de Crozant; il s'agit d'un hommage aux maçons de ce département. En voici le début qui évoque Paris (la fin parlant des monts de la Marche):

« Le retour au pays natal

C'est un vieux compagnon qui sur la Butte aux Cailles
Avec d'autres Creusois avait trouvé logis.
Fils de coupeur de seigle et de gardeuse d'ouailles
C'est un maçon qui s'en retourne en son pays.
Il ne reviendra plus vers les chantiers des villes.
Fraternité du vin qu'on boit sur le comptoir,
Bruit éclatant de la lumière dans le soir,
Guinguette du dimanche où des danseurs tranquilles
Épuisaient lentement le plaisir de se voir.
Où êtes-vous, Paris, avec votre banlieue?
Cet homme qui revient vous a dit adieu ».

Enfin pour ceux qui désireraient savoir à quoi peut bien faire allusion notre titre, sachez que lorsque Pierre Menanteau était inspecteur primaire, avec un bureau près du palais du Luxembourg, on entendait un sénateur d'Indre-et-Loire et maire d'Amboise, Michel Debré (futur Premier ministre) qui parlait de la France de Dunkerque à Tamanrasset.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  OEuvre poétique / Pierre Menanteau.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Oeuvre poétique Tome VI : Capitale du souvenir, Ricochets, Chansons venues par la fenêtre