A l'est des nuages : Carnets de Chine de Vincent Hein

A l'est des nuages : Carnets de Chine de Vincent Hein

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Paofaia, le 3 novembre 2013 (Moorea, Inscrite le 14 mai 2010, - ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 439 

La Chine au jour le jour

Quatrième de couverture, qui cite le texte:

Xie Bin me raconte que, lorsqu'il était enfant, sa représentation de la France s'était faite à travers le film Les Misérables. L'anecdote me fait sourire et j'ai même un peu de condescendance. Puis je me souviens qu'au même âge, pour moi, la Chine c'était Tintin et le Lotus bleu et qu'à douze ans j'imaginais les Chinois tous aussi colériques que Bruce Lee. Guère mieux. Carnet de route chinois, où les paysages traversés, de Pékin au Tibet en passant par la frontière mongole, la langue, le thé et la relation amoureuse sont autant d'étapes d'une découverte de soi. Mêlant notes, journal et nouvelles du jour, Vincent Hein raconte avec subtilité et légèreté la complexité intime de la Chine contemporaine.

Et je continue avec ce qui m'amuse dans ces carnets:

13 mars 2008

Le chef de la diplomatie chinoise, M. Yang Jiechi, a déclaré lors d'une conférence de presse en marge de la session parlementaire qui se tient ces jours-ci à Pékin: " Je considère que le chinois est l'une des langues les plus simples à étudier. Sinon comment expliquer qu'un milliard trois cent millions de personnes l'aient choisie comme langue maternelle."


C'est vrai, ça...il fallait simplement y penser..

Vincent Hein vit à Pékin et est marié à une chinoise. Ce livre, qui cite en exergue Nicolas Bouvier bien sûr, est fait de petites notes, réflexions, courts récits , racontant la Chine au quotidien. Vue par un Français. Sujets très divers, légers ou plus graves, anecdotes ou réflexions sur les différences culturelles, ce qui le surprend, ce qui l'amuse, ce qui l'indigne.
C'est souvent drôle, assez poétique et tendre, une lecture agréable!

J'ouvre- comme une Bible- Le tour du monde d'un sceptique d'Aldous Huxley et relis ces phrases que j'avais annotées, puis oubliées:

Voyager, c'est découvrir que tout le monde a tort. Les philosophies, les civilisations qui, de loin, vous semblent bien supérieures à la vôtre, de près, sont toutes, à leur façon, aussi désespérément imparfaites. Apprendre cela- et cela ne s'apprend qu'en voyageant- mérite, il me semble toute la peine, toute l'absence de bien- être, et tous les frais d'un tour du monde.


Je mettrais quand même une réserve sur le mot " voyager" . Ce qu'il a fait, ce n'est pas le tour de la Chine en 15 jours, et on se dépêche! Ca, c'est ce que la plupart appellent " voyager". Il a habité le pays, épousé une chinoise, s'est intégré dans sa famille, etc. Ce n'est pas du tout la même chose.

Un auteur sympathique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • À l'est des nuages [Texte imprimé], carnets de Chine Vincent Hein
    de Hein, Vincent
    Arléa / Collection Arléa-poche
    ISBN : 9782869599390 ; EUR 9,50 ; 07/04/2011 ; 204 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: A l'est des nuages : Carnets de Chine

Il n'y a pas encore de discussion autour de "A l'est des nuages : Carnets de Chine".