Kotori - Le chant du moineau
de Samantha Bailly, Shigatsuya (Dessin)

critiqué par JulesRomans, le 1 novembre 2013
(Nantes - 59 ans)


La note:  étoiles
KOTORI RIT DEVANT UN GRAIN DE RIZ
Un paysan trouve un oiseau à l’aile brisé et il s’occupe de le nourrir avant qu’il soit guéri. Sa femme se trouve délaissée et entend bien se venger. En fait l’oiseau est un esprit de la Nature qui peut prendre une forme animale ou humaine. L’aventure aura plusieurs épisodes dont l’un rappelle les choix à faire face à des objets spontanément tentants qui se révèlent maléfiques et d’autres moins attrayants qui procurent le bonheur.

"Kotori, le chant du moineau" est un conte traditionnel japonais dont on a la trace dès le XIIIe siècle et provient d’un conte mongol. En effet à cette époque la dynastie des Yuan apparentée à Gengis-Khan domine la Chine et la Corée et nombre d'échanges se font entre le Japon et des deux territoires.Il permet plusieurs lectures sur son message et il se prête bien à des débats. Deux pages documentaires autour des étapes prises dans les illustrations closent le livre. Le style graphique est proche des mangas pour jeunes filles.
Un contre surprenant. 8 étoiles

Voici un conte bien surprenant, traditionnel au début, avec cette ambiance japonaise si particulière, mais qui finit par surprendre avec un côté beaucoup plus sombre, beaucoup moins linéaire que ce qu'on a l'habitude de lire dans le genre. Un contre d'une grande richesse qui fait réfléchir.

Sotelo - Sèvres - 34 ans - 9 décembre 2014