Chez Krull de Georges Simenon

Chez Krull de Georges Simenon

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Catinus, le 25 septembre 2013 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 68 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 869ème position).
Visites : 1 950 

Fiche le camp, toi !

Les Krull sont des étrangers, venus d’Allemagne, durant l’entre deux guerres, et on ne sait plus trop pour quelle raison. Ils tiennent une épicerie, ont comme clients des mariniers, pas des français. Il y a Cornélius, le patriarche, tante Maria, Anna l’aînée de 30 ans, Liesbeth, 17 ans qui apprend le piano, Joseph qui veut devenir médecin et qui est plus ou moins fiancé à une émigrée allemande de la même petite ville. Arrive le jeune cousin Hans, qui a fui l’Allemagne entre autres pour raisons politiques. Il est désinvolte, ne fait pas grand-chose de ses journées et a déjà conté fleurette à Liesbeth. Il faudrait qu’il s’en aille, oui, il faudrait qu’il déguerpisse, au plus vite. Sidonie, une pauvre gamine, a été repêchée du canal, morte bien sûr, nue, violée. On soupçonne … On s’acharne … Tout cela n’est pas très joli-joli …
Vous verrez tous ces personnages s’agiter autour de vous, comme si vous étiez, à votre tour, un cousin venu de nulle part …


Extrait :

On était tenté de penser qu’il ne venait pas simplement d’Emden, comme un compagnon qui a fait son tour d’Allemagne et de France, mais qu’il venait de beaucoup plus loin dans l’espace et dans le temps, d’un monde figé dans les images des Bibles, dans les sculptures des églises et dans les vitraux.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Hans...Comme plaque tournante .

9 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 68 ans) - 22 mars 2020

La singularité de ce roman de 1939 est, en effet, cette famille allemande qui est montrée du doigt chaque fois qu’un malheur arrive. Ici c’est une gamine qui sert de détonateur à toute une bande de ploucs pour justifier leurs revers. C’est aussi grâce à cet intrus qu’est Hans que Simenon nous invite à pénétrer dans cette boutique pour y vivre ce drame de l’intérieur, mais aussi d’arpenter les rues de cette petite ville avec son canal, son quai, et cette fillette repêchée. Impressionnant.
Remarque : Je dois dire, car c’est souvent le cas en lisant ce romancier, qu’après chaque lecture, je reste toujours un peu imprégné et songeur…

Magnifique et émouvant !

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 52 ans) - 2 mai 2014

Dans ce roman, Simenon met en scène une famille d'origine allemande naturalisée française depuis de nombreuses années, la famille Krull, qui devient le bouc émissaire de la vindicte populaire à la suite du viol et de l'assassinat d'une jeune fille devant le domicile des Krull.

Simenon décrit merveilleusement bien la montée progressive de cet ostracisme depuis les premières rumeurs jusqu'à l'émeute (qui manque de dégénérer en lynchage).

Cette histoire est universelle. Elle est de tous les temps et de tous les pays.

L'impact de ce roman a dû être particulièrement marquant à l'époque de sa sortie (il fallait oser poser en victime des allemands en France en 1939 !).

Une histoire prenante merveilleusement décrite par le style simple et impressionniste de Simenon.

Forums: Chez Krull

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Chez Krull".