Retour à Saint-Laurent-des-arabes
de Daniel Blancou

critiqué par Shelton, le 29 septembre 2016
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
Bien d'actualité...
L’abandon des Harkis par la République Française ! Qui aurait pu imaginer que nous allions enfin entendre de tels propos ? Je pense, même si la proposition existait bien dans le programme de François Hollande, que ce président a surpris son monde en allant si loin. En effet, dans son discours du dimanche 25 septembre, il reconnait « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines de ceux transférés en France ».
Dès cette annonce, je n’ai pas pu m’empêcher de relire une bande dessinée – on ne se change pas en un instant – et ce fut Retour à Saint-Laurent des Arabes, travail de Daniel Blancou sorti en 2012 aux éditions Delcourt. Pourquoi ? Parce que je me souvenais que cette bande dessinée racontait la vie quotidienne d’un camp de Harkis, celui de Saint-Maurice-l’Ardoise, un de ces fameux camps d’accueil « inhumain » de Harkis. L’histoire se déroule de 1967 à 1976, donc bien après la guerre d’Algérie…
En fait, l’auteur de cette bédé, Daniel Blancou, nous raconte l’histoire, enfin une partie de l’histoire, de ses parents. En effet, ils étaient instituteurs dans ce camp et ils ont la possibilité avec leur fils de raconter de façon libre ce qui fut leur vie, leurs interrogations, leurs doutes…
Passionnant, riche, profondément humain, cette bande dessinée est à lire surtout par tous ceux qui n’ont pas compris pourquoi François Hollande avait décidé de faire ce discours capital pour la France, la République et, finalement, pour nous tous… Une affaire d’honneur !
La narration graphique de Daniel Blancou est, pour moi, très efficace et agréable à lire. Il arrive à nous transmettre beaucoup plus qu’un simple récit de souvenirs. Très vite les personnages sont bien vivants et on entre dans la vie de ces Harkis, une vie que nous ignorons. D’ailleurs, si le dimanche soir 25 septembre, avant de donner des explications, on avait demandé aux citoyens français de moins de trente-cinq ans de donner une définition du Harkis, je pense que cela aurait été pour le moins surprenant, voire sidérant…
C’est donc bien le moment de lire et faire lire ce bel ouvrage de la collection Shampooing, Retour à Saint-Laurent des Arabes, car il n’est jamais trop tard pour faire un retour sur notre histoire, une histoire parfois délicate, triste, inhumaine, cruelle, éloignée de l’image que nous voudrions porter… Mais reconnaitre les fautes, les erreurs et les crimes de notre République, c’est la faire grandir encore !