Ne le dis pas à maman de Toni Maguire

Ne le dis pas à maman de Toni Maguire
(Don't tell mummy )

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Jaafar Romanista, le 18 juin 2013 (Rabat, Inscrit le 3 février 2013, 31 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 040ème position).
Visites : 6 235 

Bouleversant !!!

Le livre est un témoignage poignant et bouleversant de l'enfance d'Antoinette qui depuis ses six ans que son père abuse d'elle sexuellement, face à une mère passive, un père cruel, et une société atroce, la petite Antoinette combatte pour sa survie malgré toutes les difficultés.
L'histoire elle est poignante, qui traite le sujet de l'inceste, avec un style captivant, un livre à lire absolument.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

POIGNANT !

9 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 71 ans) - 18 juin 2018

IMPENSABLE et c'est pourtant un récit « autobiographique » bien réel.
Ce livre n'est pas à mettre dans toutes les mains et pourtant il faut savoir que cela existe VRAIMENT encore de nos jours... (la version française date de 2008 déjà).

Comment peut-on être si cruel avec son propre enfant ???

De ce fait bien sûr je ne le recommande pas chers amis de C.L.
mais cette vie de martyre mérite d'être connue , il s'agit ici à mon avis de la meilleure thérapie (pour l'auteure) de s'en sortir. Mais je ne suis pas psy !!!!!!

A vous de voir mes amis et amies lecteurs de C.L. !

Je lui donne les étoiles sans hésiter pour avoir eu le courage de l'écrire et surtout le courage d'en « parler » avant qu'il ne soit trop tard pour sa propre vie.

magnifique

10 étoiles

Critique de Camille28 (, Inscrite le 6 avril 2015, 22 ans) - 6 avril 2015

habituellement, je n'aime pas ce genre de récit, que je trouve souvent purement glauque. Mais là, je ne saurais trop qualifier mon ressenti. Je suis tombée un peu par hasard sur ce livre à la bibliothèque et je me suis dit que ça pourrait être un livre pour passer le temps, mais au final je l'ai dévoré. Tout au long du livre, j'ai été partagée entre l'envie de savoir comment la mère de cette petite fille allait réagir, et le dégoût de lire ce que ce père faisait vivre à sa fille. Ce témoignage est totalement bouleversant et magnifique. De plus, il est plutôt bien écrit et très agréable à lire par sa forme et non son contenu.

Un livre qui se passe de commentaires...

10 étoiles

Critique de Nola Tagada (Paris, Inscrite le 22 octobre 2012, 34 ans) - 10 juillet 2013

Cela faisait plusieurs fois que je passais devant la couverture de ce livre et que j’hésitais… Bêtement j’avais l’impression de faire du voyeurisme, de violer l’intimité de l’auteur en me plongeant dans cette lecture, qui je l’espère l’a aidée à faire face aux démons de son passé…

Soyons honnêtes, un livre comme ça, ça ne se juge pas. De toute façon, en vous lançant dans cette lecture, vous savez pertinemment à quoi vous attendre. Si vous ne voulez pas vous engager sur cette pente-là, très bien, personne ne vous force ! Inceste, pédophilie, violences physiques et mentales, maltraitance, tortures psychologiques, ignorance, abandon et j’en passe, voilà le cocktail sympathique dans lequel vous vous plongez lorsque vous ouvrez “Ne le dis pas à Maman” ! Je comprends que certains ne voudront pas aller plus loin… Ils rateront certainement quelque chose.

L’histoire commence comme ça : alors qu’elle est au chevet de sa mère qui est au bout du rouleau, Toni (Antoinette), jeune trentenaire fait face à ses douloureux souvenirs d’enfance. Elle n’attend qu’une seule chose : que sa mère lui demande pardon.

Ses souvenirs resurgissant violemment, Toni est contrainte de se plonger dans son passé : Antoinette a 6 ans quand son papa la touche pour la première fois. Perturbée par ce qui lui arrive, la petite fille en parle à sa maman persuadée qu’elle va la protéger, mais ses espoirs tombent vite dans l’oubli lorsqu’elle se rend compte que cette dernière ne fera rien pour empêcher ça. Si son calvaire physique va durer un sacré bout de temps, que dire de son calvaire psychologique, des tortures physiques et mentales que cette petite fille va subir des années durant ?!

Dans un format romancé, Toni Maguire nous raconte son supplice avec dignité et courage. C’est un témoignage poignant, bouleversant, on a envie de sortir cette petite fille de là, de la protéger, de la câliner, de lui dire que c’est fini, que tout va bien se passer désormais. Malheureusement, personne ne sera là pour la sauver. Même pas sa propre mère qui se rend, malgré elle ou pas, complice de l’enfer vécu par sa fille. Désarmée, dépitée, seule, Antoinette sera la marionnette du scénario sordide orchestré par les deux personnes censées l’aimer le plus au monde : ses parents. Comment se construire sur de telles bases ? Et pire encore, comment se reconstruire lorsqu’on a subit un calvaire pareil ? J’ai eu la gorge nouée et les larmes aux yeux tant de fois en tournant les pages de ce livre…

Petit à petit, ses parents l’enferment dans un carcan psychologique où honte et culpabilité se tirent la bourre pour la première place. Contrainte au silence et à la torture mentale, il faudra attendre l’inconcevable, l’impasse pour qu’elle parle mais son cauchemar n’a pas de limites. Nous sommes dans les années 50, les enfants sont des menteurs, les apparences doivent être sauvées coûte que coûte, la société ne tolère pas ce genre de dérapage. Rejetée, humiliée, écrasée par la douleur, elle finira par sombrer dans la dépression. Etonnant non ?!

Ce qui est complètement dingue dans cette histoire, c’est l’amour inébranlable qu’Antoinette portera à sa mère jusqu’au bout malgré sa trahison. Cela m’a fait penser au syndrome de Stockholm même si je ne sais pas si on peut parler de cela ici, mais la force de cette relation est ahurissante. Je crois que c’est ce qui m’a le plus perturbée. On est dans une situation où la colère, la révolte, la rébellion n’ont même pas de place, cette petite fille n’a plus de repères, elle est dans un tel manque affectif, qu’elle fait tout pour se sentir aimée, la moindre caresse, le moindre regard deviennent des petites victoires. Elle développe des mécanismes de survie qu’aucun enfant ne devrait avoir à penser : s’effacer le plus possible, se faire la plus petite possible… C’est …pfff il n’y a plus assez de qualificatifs pour décrire l’enfance de Toni Maguire.

Tout ça pour dire que c’est un récit qui ne laisse pas indifférent, stupéfiant d’horreur, terriblement triste et révoltant. Un témoignage qui doit être lu à mon sens. ça c’est sûr, ça remet les idées en place ! Je tire évidemment mon plus grand chapeau à Toni Maguire pour son courage, sa force et sa pudeur, ça n’a pas dû être un exercice facile… Bravo, bravo, bravo. On aimerait oser espérer que de telles histoires ne se répètent pas aujourd’hui et pourtant…

Forums: Ne le dis pas à maman

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Ne le dis pas à maman".