Inferno
de Dan Brown

critiqué par Ndeprez, le 28 mai 2013
( - 41 ans)


La note:  étoiles
A quand le purgatoire ??
Alors le voilà... le "livre le plus attendu de l'année" celui pour lequel les traducteurs furent enfermés dans un bunker gardé par des gens en armes, celui pour lequel très peu de choses ont filtré , celui qui est désormais en tête de gondole dans les supermarchés (je vous jure que dans le mien il trônait à coté d'une promo pour une marque de viennoiserie importante)
Le problème du buzz et de la promo parano est l'attente qu'ils suscitent... le ramage doit se rapporter au plumage et là... tout se complique.
Robert Langdon le spécialiste en symbole se réveille dans un hôpital de Florence , amnésique suite à une agression par balle. A peine le temps d’émerger qu'il essuie une deuxième tentative de meurtre au sein même de l’hôpital , dans sa fuite il embarque une jeune médecin (blonde) au QI de... 208 (on ne rit pas merci). Ensemble ils cherchent à comprendre les raisons pour lesquelles on cherche à le tuer... est-ce dû à l'objet trouvé dans sa veste qui a un lien direct avec Botticelli et Dante ?
L'oeuvre de Dante est le point de départ dans la traque d'un savant ayant mis au point un virus mortel (si le virus n'est pas mortel il ne sert pas à grand chose dans ce style de livre).
Sa traque nous emmènera à Florence , Venise et Istanbul dont à peu près tous les bâtiments seront passées en revue. Un vrai guide du routard, j'ai longuement cherché les logos des offices de tourisme des villes nommées.
Bref , vous avez compris , je fus peu emballé par Inferno qui utilise les mêmes artifices que le "Da vinci" mais sans l'effet surprise.
Reste le talent indéniable de conteur de Dan Brown et les descriptions alléchantes des bâtiments.
"Cherchez et vous trouverez ! " 7 étoiles

Dan Brown (1964- ) est un romancier américain, auteur de plusieurs best-sellers appartenant au genre du roman policier mâtiné d'ésotérisme. "Anges et Démons", "Da Vinci Code", "Le Symbole perdu" se sont vendus à des millions d'exemplaires à travers le monde.
"Inferno" parait en France en 2013.

Un roman qui utilise les mêmes codes que ceux qui ont fait le succès de l'auteur.
On retrouve Robert Langdon, professeur d'histoire de l'art et de symbologie à l'université de Harvard.
Un même "jeu de piste" que dans les précédents romans (une symbolique en entraînant une autre)
Un enjeu planétaire, le Bien contre le Mal.
Une enquête haletante menant notre héros d'un bout à l'autre de la planète.

Inferno est le monde souterrain décrit par Dante Alighieri dans son poème épique; La Divine Comédie.
Une enquête menée tambour battant par Robert Langdon et Sienna Brooks (médecin de génie au passé trouble)
Florence (Italie), Venise et Istanbul comme toile de fond. Des villes à l'architecture et l'Histoire riches.
On y croise Michel-Ange, Botticelli, les Médicis et Vasari.
Nos héros sur la piste de Bertrand Zobrist, biochimiste de génie et philosophe transhumaniste.
Un homme qui est convaincu que la pandémie est l'arme ultime pour lutter contre l'accroissement exponentiel de la population.
Une surpopulation qui ne peut mener qu'à l'anéantissement de l'humanité.
Une enquête haletante, un guide touristique de Florence, Venise et Istanbul, une intéressante réflexion sur le transhumanisme.
Une roman réussi qui se dévore.

Frunny - PARIS - 52 ans - 6 novembre 2017


Haletant et instructif 8 étoiles

Et bien, quelle histoire !
Toujours de la conspiration... que Robert arrive déjouer... qu'il est fort ce prof !
Je m'étais un peu lassée des romans de Dan Brown toujours plus rocambolesques et "tirées par les cheveux" mais j'avoue que je me suis prise dans celle-ci. Les personnages secondaires sont bien travaillés et l'histoire est quand même bien ficelée et bien haletante, la problématique principale tourne autour du transhumanisme et de la génétique (ça change...).
Surtout, j'ai beaucoup aimé les descriptions des villes et des œuvres picturales, les explications du récit de Dante,...
Bref, ça fonctionne, ça m'a donné envie de re-lire Dante et de visiter l’Italie... et la Turquie !

Coper - - 34 ans - 4 juin 2015


Course-poursuite en Italie 8 étoiles

Le grand mérite de ce roman est de réussir à maintenir le lecteur en haleine, quitte à céder parfois à la facilité ou à d'heureuses coïncidences. Je trouve en effet que l'auteur retranscrit assez bien la tension perpétuelle dans laquelle se trouve Robert Langdon si bien qu'on réussit également à la ressentir ce qui fait que la lecture est loin d'être reposante mais assez addictive. Je dois également être très bon public car je n'ai vu venir aucun des retournements de situation qui sont légion dans le roman, mais vraiment aucun, n'ayant rien deviné j'ai au moins pu être surpris par les différentes révélations qui parsèment le récit.

Par moment on a quand même l'impression de lire un guide touristique, cela ne m'a pas vraiment gêné mais certaines descriptions auraient pu être allégées, le côté positif c'est que j'ai désormais très envie de visiter Florence tout comme les très nombreuses références à Dante donnent également envie de se pencher sur son œuvre. La thématique sur la surpopulation n'est pas dénuée d'intérêt non plus, surtout que Dan Brown évite le côté donneur de leçon en y apportant une conclusion que je ne me serais pas spécialement attendue à trouver.

Inferno est donc un bon roman qui se lit bien, l'histoire est parfois tirée par les cheveux mais dans l'ensemble le récit est maîtrisé, on va de surprise en surprise et même si cela reste un pur divertissement il donne cependant un petit peu matière à réflexion.

Koolasuchus - Laon - 28 ans - 12 avril 2015


Un excellent thriller ! 8 étoiles

Haletant, rythmé, parfaitement documenté. Un petit chef d’œuvre du genre.

A lire absolument, d'autant que la problématique sous-jacente repose sur une véritable problématique d'actualité : la surpopulation humaine dans un monde aux ressources limitées ...

Prose-Cafe - - 43 ans - 30 décembre 2014


Un bon polar 8 étoiles

Même si l'écriture est facile, même si les personnages sont connus et même si certaines scènes sont "stéréotypées", il n'en demeure pas moins que sur le fond de l'histoire, on doit se poser des questions et réagir.
Pour avoir été à Florence et à Venise, le lecture m'a donné l'envie de retourner essentiellement à Florence pour visiter d'autres endroits et peut être essayer d'avoir des accès à certaines salles/endroits pas toujours ouverts au public.
Un très bon moment de lecture.

Usdyc - Bruxelles - 61 ans - 16 septembre 2014


inferno, style de dan brown 8 étoiles

Bon livre dans le style et le genre de Dan Brown.L'intrigue est captivante mais la fin est un peu négligée,c'est dommage.

Guide touristique avec une unité de temps cornélienne, INFERNO traverse les âges. Pas de repos pour les héros de Dan Brown, davantage pour le lecteur s'il se laisse embarquer par tous les détails architecturaux meublant entre autres ce roman. L'ensemble reste cependant digeste même si l'on ne croit pas trop à une histoire rocambolesque à souhait et permet de passer un agréable moment de lecture-loisirs. Dans la pure lignée des opus précédents!

Mario-san - - 38 ans - 9 juillet 2014


Guide vert romancé 7 étoiles

Inferno peut se lire comme un guide du routard ou un guide vert romancé avec ses nombreuses et longues descriptions de sites touristiques, culturels et artistiques. En soi, ce n'est pas déplaisant, sauf que cette tendance prend une place importante dans le récit, et parfois même, au détriment du rythme du récit.
Heureusement, on peut compter sur un scénario à suspense avec rebondissements. Il y a de grosses ficelles et des situations abracadabrantesques, dont réussissent toujours à se sortir les héros. Par exemple, ils passent successivement au travers de tous les barrages de police posés dans les rues et dans les bâtiments.
Dan Brown écrit comme à son habitude : une littérature au service de l'histoire, et non l'inverse, ce qui est très bien pour ce style de livre. Il reprend aussi les mêmes trucs de conteurs qui ont déjà fait son succès.
Même si à mon goût l'histoire est moins prenante que celle d'un DVC, elle reste intéressante et axée sur une question sociale centrale, celle de la surpopulation mondiale.
Un livre agréable, idéal pour passer quelques bons moments si on aime le genre Thriller à suspense, version voyage sympathique.

Colt - - 45 ans - 24 avril 2014


On apprend plein de choses 8 étoiles

Il faut aimer le guide du routard... ce qui est mon cas.
Un bon roman qui se lit d'un trait. Les villes traversées - Florence, Venise, et Istanbul -, de par la description de certaines de leurs curiosités, m'ont donné envie de me documenter davantage sur celles-ci. Deux défauts à mon goût : une course poursuite trop longue dans Florence et un retournement de situation un peu tiré par les cheveux à mi-parcours.
Mais quand on y réfléchit, Robert Langdon aurait très bien pu rester tranquillement dans son université. Vu qu'il n'a pas pu empêcher la propagation du virus, tous les péripéties qu'il a dû endurer ne lui ont servi qu'à une seule chose : à comprendre comment un tiers de la population mondiale allait être rayé de la carte, et ce, sans pouvoir faire quoi que ce soit... Etait-il nécessaire de prendre autant de risques rien que pour ça ?

Gregory28 - - 30 ans - 17 avril 2014


Tout ça ... pour ça! 3 étoiles

Un roman tiré en longueur, 2 personnages principaux qui se baladent en nous faisant profiter de la visite touristique, et une histoire codée autour de Dante, le tout finissant tragiquement. Voilà en bref le résumé.
J'avais lu Da Vinci Code à l'époque de sa sortie en me disant déjà que le bruit médiatique autour du livre n'était pas mérité. Encore une fois, j'ai envie de dire que c'est beaucoup de bruit pour rien.
Dan Brown tenait pourtant une histoire qui aurait pu être intéressante mais il passe un temps fou à nous décrire les villes, les bâtiments. Une vraie visite guidée digne d'un guide touristique comme d'autres l'ont dit ici.
Je l'ai lu, juste pour l'avoir barré de ma liste, mais je suis loin d'avoir été passionnée par le récit malheureusement.

Chris - Bruxelles - 43 ans - 6 mars 2014


de plus en plus pushy 6 étoiles

Après quelques années d'attente, Dan Brown revient enfin sur nos étals avec ce nouvel opus des aventures du désormais célèbre Robert Langdon.

Cette fois il s'agit de partir à la recherche d'une "bombe" biologique cachée dans des sous-sols caverneux dans un lieu inconnu. Pour ce faire il va falloir une fois de plus affronter des armées de militaires et policiers, membres imminents d'associations, délier des énigmes, comprendre des symboles...

Maître dans ce registre, Dan Brown applique à la perfection les ficelles qui l'ont conduit à son immense notoriété. Malheureusement, ce qui a fait de lui la star des énigmo-policiers, commence désormais un peu à lasser. J'ai lu ses 6 bouquins et j'ai toujours l'impression qu'il fait un énorme copier-coller du 1er livre et en changeant les protagonistes et les organisations criminelles... A part cela et bien rien ne change et arrivera un moment où il n'aura plus l'imagination d'inventer un nouveau bioterroriste ou informaticien-psychopathe.

En bref, ce page-turner est certes bien écrit et bien maîtrisé, le lecteur ne peut absolument pas fermer le bouquin avant d'arriver à la conclusion mais les nombreuses incohérences couplées à la redondance du genre chez cet auteur font que l'ensemble de son fan-club va forcément s'essouffler... à force.

Par ailleurs, Dan Brown ouvre quand même une brèche sur son prochain bouquin puisqu'il parle à de nombreuses reprises du transhumanisme mais sans vraiment que ce soit le sujet du bouquin. Du coup je fiche mon billet sur le prochain thème du bouquin : le transhumanisme ou comment créer des êtres génétiquement modifiés et du coup parfaits à tous égards...

Clubber14 - Paris - 37 ans - 27 février 2014


Un plaisir infernal ! 10 étoiles

Et une réussite de plus pour le père de Robert Langdon !

Une suite inattendue d'évènements, un soulèvement de questions scientifiques et morales, et une intrigue captivante, le tout associé à des références dantesques... "What else ?" comme nous dirait notre ami Georges. Alors oui, peut-être les descriptions des villes sont quelque peu lourdes et freinent un peu le récit, mais l'on est si pressé de savoir la suite que l'on oublie facilement ces quelque pages inutiles :-)

Moi, personnellement, je dis oui !

Bonne lecture !

Stitch - - 29 ans - 18 octobre 2013


Roman policier ou guide touristique? 3 étoiles

Revoilà le super héros, Robert Langdon, célèbre professeur de symbologie, encore une fois dans une mauvaise posture.
Il est blessé et amnésique. Mais pas le temps de s'apitoyer (on ne pourra reprocher le manque de rythme à l'auteur !) , un médecin se fait tuer sous ses yeux par une jeune femme qui visiblement en veut à sa vie. Fuite dans les rues de Florence avec une autre énigmatique jeune femme, Sienne Brooks.

Pour les cinq cents pages suivantes, se reporter aux précédents romans: des fuites, des énigmes à résoudre, un jeu de piste, des méchants contre des gentils, un complot mondial contre l'humanité... et les rebondissements de dernières minutes que, même moi, j'avais anticipés !!
Alors, oui, M. Brown vous savez construire vos romans, mais il serait temps de changer la recette !
Et puis bien sûr que Florence, et les autres villes "visitées" méritent les descriptions détaillées de toutes leurs beautés mais...n'en faites pas l'ingrédient principal d'un roman policier !
Une étoile pour les trente dernières pages.

Marvic - Normandie - 59 ans - 13 octobre 2013


La mayonnaise ne prend plus 5 étoiles

La recette est toujours la même. Un super-héros à qui rien ne peut arriver. Véritable mélange de Zorro, Tintin et Superman. Un gros méchant qui veut du mal à la terre entière, et qui cache dans un endroit secret quelque chose de vraiment très très dangereux. Mais qui prend soin de laisser une indication sous forme d'énigme pour permettre au super-héros de trouver ce lieu. Et nous voilà embarqués dans cette quête farfelue, pleine de mystères, en sautant d'un avion à l'autre, en évitant comme par miracle toutes les chausse-trappes !
Dan Brown exploite ce filon qui a certes bien fonctionné, mais qui devient vraiment lassant. J'ai eu beaucoup de mal à finir ce livre, et la méthode employée, censée créer le suspense, ne fonctionne plus. En ce qui me concerne, la mayonnaise n'a pas pris.

Bernard2 - ARAMITS - 68 ans - 10 octobre 2013


Oui mais ça aurait pû être pire 6 étoiles

Un brin maso, ne voulant pas froisser la personne qui m'avait apporté ces livres et devant tuer le temps dans un hôpital sordide, je me suis enfilé les quatre tomes de la saga que dis-je, de l'épopée de Robert Langdon.
Après avoir ri aux éclats dans Anges et Démons, pouffé (il parait que je ne dois pas trop m'agiter et que ça dérange les autres patients) sur Da Vinci Code et faillit vomir mes tripes sur Le Symbole Perdu, j'ai attaqué cet Inferno. Lequel fût plutôt une bonne surprise (pour du Dan Brown). Petite nouveauté, l’histoire casse l’habituelle routine : pour une fois, Langdon n’est pas appelé à la rescousse au pied levé (à croire qu’il n’a absolument aucun engagement nulle part ni de projets de vie) afin de résoudre un mystère. Là, on le récupère en cours d’enquête, blessé et affaibli, traqué de toute part et aidé dans sa fuite et dans la recherche de ses souvenirs par une jeune médecin au QI de 208 (comme toujours chez Dan Brown, on est dans la logique et dans la plus grande des vraisemblances, quoique je désespère de trouver plus naturel que « tu es le fils du pape et d’une religieuse qui s’est fait inséminer artificiellement pour ne pas rompre leurs vœux de chasteté…). Et c’est justement cette amnésie qui donne un peu de sel à l’intrigue : Langdon a déjà bien progressé dans son enquête mais doit retrouver ses souvenirs, quitte à partir sur ses propres traces, semées d’embûches et de quiproquos (enfin, pas de quoi se casser une côte de rire).
Le Méchant, cette fois ci, est un bioterroriste mais dont les motivations (sûrement reflet de celles de l'auteur) interpelleront le lecteur. Notons que, contrairement au Symbole Perdu où Dan Brown nous tartinait des pages sur son amour des francs-maçons, c’est ici fait avec beaucoup plus de subtilité. La fin, « malheureuse », est aussi surprenante que bien trouvée, bien qu’on n’échappe pas à certains clichés : bien sûr, Sienna et Sinskey se comprennent, se respecentt et la première ne finit pas dans une sordide prison ou sur la chaise électrique, mais bien invitée d’honneur dans une réunion de l’OMS. Et bien entendu, Robert et Sienna sont attirés l’un par l’autre « mais je suis trop vieux pour vous, ah ah ah ». Quel charmeur, ce Robert, il lui faut toujours un Langdon-Girl...
Malgré quelques passages un peu pesants, une érudition pas toujours bien maîtrisée (c'est moins pire que dans Anges et Démons, mais ça pique parfois un peu les yeux) ou malvenue, on rencontre quelques rebondissements plutôt sympathiques quoique pas forcément surprenants.
En somme, Dan Brown nous sert sa soupe, un peu moins lourde qu'à l'habitude, mais si vous voulez du dépaysement, des aventures, un héros qui réfléchit pour vous et avoir l'impression de connaitre tout de Florence, ce livre est fait pour vous!

Chat-alors - - 36 ans - 22 août 2013


14/20 Peut mieux faire. Poursuivez vos efforts... 6 étoiles

En ce qui me concerne je partage l'avis de Ndeprez. Si je pars visiter Florence (entre autre), pas besoin de guide touristique, je mets mon Inferno dans la valise.
Et c'est là, d'après moi, tout le problème de cet ouvrage. Si j'avais voulu connaitre la vie de Michel Ange dans les moindres détails, ou bien plus généralement, si j'avais voulu un cours d'histoire et d'histoire de l'art de la Renaissance, je pense que je ne me serais pas dirigée vers les mêmes étagères...
Ce que je reproche ici, c'est l'absence de rythme dans le récit. Lorsque nous nous trouvons enfin dans l'action PAF! : 3 pages de descriptions architecturales. Dès que nous tentons d'aider le héros à résoudre un mystère caché derrière une représentation picturale PAF! : un cours sur l'origine de la perspective.
Il m'a également semblé remarquer que l'auteur se répétait assez souvent concernant par exemple le consortium. J'ai tout bien compris quelles étaient ses missions M. BROWN, aucun problème là-dessus!
Je pense exagérer un peu tout de même, mais sincèrement, cela a énormément perturbé ma lecture.
Par contre, j'ai été agréablement surprise par le dessein du "méchant scientifique" et pour le coup, le problème qu'il soulève m'a emmenée à m’intéresser à la question d'un peu plus près.
Disons que pour moi, c'est finalement lui qui sauve la mise et pas notre dandy de Robert Langdon (Bébert pour les intimes).
Bon, je pense avoir fait le tour. Pour le reste, se reporter à la note en haut de page!

Isabi - - 33 ans - 18 juillet 2013


Robert Landon de retour avec Inferno 7 étoiles

Vous le savez peut être c’est un auteur à succès du Da Vinci code, anges et démons, etc. avec un héros récurrent Robert Langdon son antihéros. Professeur à la faculté d’Harvard intelligent vif d’esprit cependant tout ce qu’il y a de plus normal pour son poste. Un universitaire dans des situations de terrains où il n’est pas sensé s’y frotter.
Début:
Dans l’inferno une entrée brutale, robert Langdon se réveille amnésique suite à apparemment une agression. Il découvrira de ce fait qu’on en veut à sa vie. L’amnésie étant due à une balle l’ayant blessé au cuir chevelu, fatigué ne comprenant pas ce qu’on lui reproche il cherche à appréhender la réalité le plus vite possible. Soudain, il se rend compte qu’il est à Florence en Italie et ne sachant pourquoi….
Arrêtez-vous là si vous souhaitez lire le livre.

Faiblesse ou choix de l’auteur ?
Le roman contient énormément de passages historiques, de descriptions, certains, moqueurs en font un guide de voyage. C’est justement passer à côté du roman. Il temporise l’action par de l’histoire ce qui renforce l’immersion. Ceux qui râlent préfèrent peut-être les élans de sentiments soporifiques et les descriptions d’un arbre ou d’une lampe sur cinq pages. Le roman finit assez simplement, les anarchistes dans l’âme vont être déçus.

Court résumé:
L’action se déroule à Florence, Venise et Istanbul c’est une course contre la montre pour un Robert Langdon, perdu, qui doute, avec moins de flegme Langdonien et qui part faire une enquête qu’inconsciemment il sait devoir mener à son terme en 104 petits chapitres :) . C’est un véritable jeu de dupe dans lequel est embringué R.Langdon. Tout le monde cherche à le manipuler pour avoir les faveurs des lumières du célèbre professeur. L’OMS, CDC, UPR, etc.… et Sienna Brooks disciple et amante de Bertrand Zobrist. Le but pour les « gentils » de l’histoire empêcher une pandémie alors que les transhumanistes aveuglés par leur idéologie envisagent un recours radical à la surpopulation mondiale. Diviser la population de la terre par deux avec un virus.

Étant sorti d’un roman poussif, on voit bien que celui-ci a des rouages qui fonctionnent parfaitement. On peut être plus dur, en demander toujours plus à un auteur, mais cette histoire sur fond de l’enfer de Dante s’avère historiquement complète et prenante. J’apprécie cela en tout cas, car il s’attaque à d’autres sujets comme la radicalité élitiste et le manque d’éthique de mouvement comme le transhumanisme. Ce livre est pour eux, à n’en pas douter, la neuvième porte de Dante ou pas…

cafeaulait

Cafeaulait - - 36 ans - 29 juin 2013


Un pavé ennuyeux 2 étoiles

Bon, voilà je l’ai lu. 550 pages et vingt deux euros quand même.
Je ne vais pas tenter de vous résumer l’histoire, abracadabrante, ni de vous faire un topo sur les personnages, ce sont les mêmes que dans le Da Vinci Code. Je ne vais pas non plus vous donner des exemples risibles de la pauvreté du style : on ne tire pas sur une ambulance et puis on le sait bien que Dan Brown n’est pas Proust.

Non je vais seulement faire ce constat amer : je me suis ennuyé. Et je vais faire un pari : vous vous ennuierez aussi !
C’est quand même un très gros problème pour un livre sensé être un « page turner » : les pages on les tourne de plus en plus lentement au fil de la lecture.
Dommage, il y avait un bon thème de départ : peut-on prétendre sauver l’humanité en introduisant un virus mortel pour freiner l’expansion démographique ? Mais mixer ça avec le thème de la chasse au trésor culturelle, ça ne fonctionne pas une seconde.

Le_squasheur - Paris - 42 ans - 26 juin 2013


dénouement malsain et pourtant... 9 étoiles

Je dois dire que j'ai été agréablement surpris par ce livre. Tout se passe en moins de 48h!! l'action et présente tout le livre, la ville de Florence en est la vedette et bien sûr le fameux Robert Langdon héros de presque tous ses romans. Beaucoup de" coups de théâtre" dans ce livre, beaucoup également que j'ai vu venir gros comme une maison:) notamment en ce qui concerne celle avec qui il fait équipe,mais la fin est telle quand arrive tout de même à être étonné. Le dénouement m'a complétement bluffé, car on en arrive à se demander qui a tort ou raison, qui sont les méchants, finalement pas ce qu'on crois: Entre l'éminent scientifique Bertrand Zobrist , Vayentha, Bruder et ses hommes, le président et son consortium on peut même se poser la question pour l'OMS et sa présidente! Dan Brown avec le sujet brûlant de son livre et vu son dénouement me font penser que l'auteur nous fait croire qu'il et d'accord avec la solution du "méchant" de son roman. En fait après avoir lu ce livre on a forcément un avis sur le sujet quitte à choquer. On ne manquera pas de polémiquer en bon français que nous sommes, car un jour la surpopulation va nous sauter au visage et il faudra bien trouver une solution. En attendant ne bouder pas votre plaisir, savourez ce livre, il se lit très bien et vous donnera envie de visiter Florence à coup sûr.

Darkvador - Falck - 50 ans - 16 juin 2013