Le retour du gang de la clef à molette de Edward Abbey

Le retour du gang de la clef à molette de Edward Abbey
(Hayduke lives !)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Lejak, le 26 mai 2013 (Metz, Inscrit le 24 septembre 2007, 44 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (41 223ème position).
Visites : 1 496 

Suite et fin

Edward Abbey (1927-1989) rédige la suite du "Gang de la clef à molette" au crépuscule de sa vie. (publication en 1990)
Son combat désespéré pour que les grands espaces sauvages de l'ouest américain ne soient industriellement exploités par le tourisme de masse restera vain. Il est probablement parti dans l'autre monde avec cet échec à l'esprit.
Cela se ressent forcément à la lecture de son livre, mais toujours dans le style "Abbey", mélange d'humour noir, de cynisme et d'effronterie.

On retrouve tous les protagonistes du 1er volume dans les premières pages qui restent pour moi le meilleur du livre. Car on sent bien que Abbey est attaché à ses personnages : Bonnie et Doc Sarvis, Seldom Smith et bien sûr Hayduque.
Pas de mystère, ce dernier n'est pas mort (titre original "Hayduque lives !").
Le petit jeu du début du livre consiste aux retrouvailles du lecteur avec ceux-ci. Ils mènent une vie rangée par la force des choses, conséquences de leurs actes terroristes du précédent opus. Puis Hayduque fera son apparition, tentant de les approcher dans des situations burlesques puisque ce dernier est activement recherché par les autorités.

Un combat de taille les attend, le plus beau de tous, probablement le dernier, le baroud d'honneur. Aux commandes, Hayduke bien sûr ! il va falloir qu'il convainque ses amis de participer à la fête, ce qui n'est pas gagné d'avance ...
Entrent également dans la danse une prêtresse de la protection de la nature et des fédéraux en immersion.
Une fois tous les pions en place, la partie peut commencer. Le jeu du chat et de la souris s'engage entre tout ce petit monde, il ne reste plus qu'à admirer.

Présenté de la sorte, le menu paraît alléchant. Mais passé le 1er quart (les retrouvailles), le titre manque un peu de souffle et l'histoire devient rapidement prévisible.
Abbey a probablement manqué d'inspiration sur la fin (la maladie ? le désenchantement ?)

Mais bon tout cela finit en feu d'artifice, l'artiste s'est fait plaisir et nous avec lui. Ce qui renforce forcément le côté mélancolique de la mort d'Abbey et d'une lutte en grande partie perdue : du temps d'Abbey les mines d'uranium, aujourd'hui les exploitations de schistes bitumeux ...

Mais d'autres ont repris le flambeau depuis : Hayduque lives !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le retour du gang de la clef à molette [Texte imprimé], roman Edward Abbey traduit de l'américain par Jacques Mailhos
    de Abbey, Edward Mailhos, Jacques (Traducteur)
    Gallmeister / Noire (Paris. 2006)
    ISBN : 9782351780077 ; EUR 25,50 ; 04/01/2007 ; 401 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le Gang vs Goliath

6 étoiles

Critique de Heyrike (Eure, Inscrit le 19 septembre 2002, 51 ans) - 22 décembre 2013

Erika débarque de sa Norvège natale pour mener la résistance face aux industriels qui menacent de s'approprier les étendues sauvages afin d'assouvir leur soif de profit. Mais elle est également motivée par son envie irrépressible de retrouver Oral (mormon de son état), dont elle est follement tombée amoureuse durant le séjour de celui-ci dans sa contrée nordique.

Pendant ce temps, une méga machine avance inexorablement sur ses sabots, raclant tout sur son passage. Un immense Goliath de métal conçu pour éradiquer tous les obstacles au progrès, sa lente progression vers la terre promise au profit est terriblement trompeuse, car en fait rien ne semble pouvoir l'arrêter. Mgr Love veille tendrement à sa progression, ce qui pour lui incarne sa propre progression vers les plus hautes fonctions de l'état.

On retrouve les personnages du premier opus, à la retraite de leurs activités éco-révolutionnaires, coulant des jours paisibles dans une péniche au bord d'une rivière qui berce leurs souvenirs des jours de gloire qu'ils connurent quelques années auparavant. Hayduke, porté disparu suite à leur fuite désespérée dans les canyons, reste pour eux un souvenir très vivace. Oral, leur agent de probation les surveille attentivement lors de parties de poker où il perd systématiquement.

Un personnage aux multiples facettes vient tour à tour les solliciter pour qu'ils le rejoignent dans son ultime combat. Celui d'abattre purement et simplement Goliath.

L'auteur se plait à nous convier à faire plus ample connaissance avec ses personnages qu'il semble chérir plus que tout. Il construit son histoire petit à petit autour de ceux-ci, tout en y intégrant le personnage d'Erika, une idéaliste lumineuse et amoureuse.

Le récit est louable et propice à susciter des vocations de résistance face aux forces destructrices de l'environnement, mais malgré tout j'ai ressenti une sensation de désillusion face à toute cette mécanique implacable qui nivelle le monde pour en faire un immense terrain de joute sur lequel s'affrontent les multinationales pour y bâtir leur monde de cupidité idéal.

Forums: Le retour du gang de la clef à molette

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le retour du gang de la clef à molette".