Fort comme la mort de Guy de Maupassant

Fort comme la mort de Guy de Maupassant

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lolita, le 6 mars 2003 (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 31 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 337ème position).
Visites : 3 929  (depuis Novembre 2007)

A la poursuite du temps qui s'enfuit....

Pour moi, qui adore les livres de Maupassant, je me suis fait un devoir de lire les plus classiques. C'est donc par hasard que je suis tombée sur "Fort comme la mort", qui ne me disait rien. Je l'ai entamé avec curiosité sans même savoir de quoi traitait le sujet. En réalité, ce livre est certainement Le meilleur des livres de Maupassant. Une vraie merveille que j'ai lu presque d'une traite.
Maupassant évoque une sublime histoire d'amour entre Olivier Bertin, un peintre très en vogue et la comtesse de Guilleroy. Années après années leur amour est toujours aussi intense, fort comme la mort. Malheureusement, si leur amour est intact comme au tout premier jour, le temps passe et chaque jour rappelle un peu plus que désormais ce n'est plus la comtesse qui est complimentée et demandée de toutes parts.... mais sa fille. D'ailleurs, celle-ci lui ressemble comme deux gouttes d'eau. Elles sont identiques. Détail d'autant plus troublant qu'Olivier Bertin s'accroche un peu plus à la jeune fille comme à une seconde jeunesse. Illusion, désespoir l'amèneront à ne plus savoir qui est qui. La comtesse, de plus en plus, malheureuse se laisse flotter dans une atmosphère pesante. Elle ne sort plus que dans les salons grisâtres où la lumière du jour ne permet pas de percevoir ces quelques rides creusées dans sa peau et ce visage terne qui contraste singulièrement avec la beauté de sa fille. Elle se laisse dépérir petit à petit alors que le peintre se laisse bercer d'illusions qui la conduiront à la mort....
Un livre absolument sublime, sur un sujet dramatique. Je le conseille vivement!!
Un petit extrait :
"Certes, elles étaient différentes, mais si pareilles en même temps que celle-ci était bien la continuation de celle-là, faite du même sang, de la même chair, animée de la même vie. Leurs yeux surtout, ces yeux bleus éclaboussés de gouttelettes noires, d'un bleu si frais chez la fille, un peu décoloré chez la mère, fixaient si bien sur lui le même regard, quand il leur parlait, qu'il s'attendait à les entendre lui répondre les mêmes choses. Et il était un peu surpris de constater, en les faisant rire et bavarder, qu'il y avait devant lui deux femmes très distinctes, une qui avait vécu et une qui allait vivre. "

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fugitifs, hélas, comme les années !

8 étoiles

Critique de Lisancius (Poissy, Inscrit le 5 juillet 2010, - ans) - 15 février 2011

C'est, disons-le tout de suite, un très grand roman. Je pense, d'ailleurs, que c'est le meilleur, après Une Vie, qu'ait écrit Maupassant, un écrivain au style tellement agréable qu'on ne lirait que ses ouvrages, s'ils n'étaient pas que six...
On a beaucoup parlé de Proust pour qualifier cette histoire, plutôt banale, d'ailleurs, du peintre en panne qui retrouve dans la chaleur de la jeunesse le vestige de ses amours décadents, et on a raison : la psychologie fine et rigoureuse qui parsème les diverses étapes de cette grande histoire de fidélité impossible n'a rien à envier à celui qui, un demi-siècle plus tard, posera sur le papier les vertiges du temps perdu, et que l'on cherche avec impuissance.
Je n'ai pas grand chose à ajouter pour convaincre les amoureux de Maupassant de se jeter sur ce livre, d'autant plus que la superbe critique de Lolita se suffit à elle-même. Un roman qui se lit d'un coup, avec fluidité, trempé dans un style merveilleux, et qui a fait le renom de son auteur.

Forums: Fort comme la mort

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Fort comme la mort".