Nandiman le brave chasseur (+CD)
de Fouma Traoré

critiqué par JulesRomans, le 7 mai 2013
(Nantes - 63 ans)


La note:  étoiles
L'héritage des griots
Il s’agit d’un livre-CD qui permet d’approcher l’univers culturel du Burkina-Faso, c’est-à-dire la Haute-Volta des premières années de l’indépendance. Après une introduction qui explique la portée des contes en Afrique, ce sont cinq contes d’une moyenne de huit pages qui nous sont offerts. Ils nous parlent de héros (et antihéros) qui sont un baobab, une hyène, un chat, une souris, un lièvre, un chasseur … On pressent qu’avec la rencontre de certains d’entre eux, nous aurons un récit qui s’apparentera à un concours de ruses. C’est l’un de ces contes "Nandiman le brave chasseur" qui donne son nom au recueil ; à l’exception de ce dernier les autres récits se terminent par une ou deux réflexions.

Certaines pourront devenir, plus aisément que d’autres, prétextes à l’exercice du débat philosophique à l’école primaire tel qu’il est en usage. Voici ces adages :

« Si tu es sage et patient, tu peux boire une soupe de cailloux.

Quand un enfant intelligent construit une case, l’adulte peut dormir dedans. (…)

La mort ne prévient plus de l’heure du départ et en plus, on ne la voit pas arriver. (…)

Chaque jour, l’oreille et l’œil vont à l’écoute de la connaissance. (…)

Quelque soit le trône, on n’est jamais assis que sur son cul. (…)

L’amitié est sacrée, il faut la préserver. (…) »

Seul est véritablement illustré "Nandiman le brave chasseur" et un bon prolongement pédagogique pourrait être de repérer les phases essentielles des autres contes pour que des enfants se répartissent la tâche d’en représenter un chacun ou un par groupe.

Le CD, où on assiste à une belle dramatisation, est idéal pour inciter des enfants qui aiment peu déchiffrer à devenir lecteurs pour retrouver les instants de l’histoire qu’ils ont préférés.