Lucky Luke, tome 53 : Le Daily Star de Xavier Fauche (Scénario), Jean Léturgie (Scénario), Morris (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Humour

Critiqué par Kalie, le 30 avril 2013 (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 50 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 663 

Edition spéciale ! Edition spéciale !

Dans cet album, Lucky Luke se fait littéralement voler la vedette par Horace P. Greely, un journaliste intègre, fondateur du Daily Star et imprimeur. Avec sa presse, une Washington impériale n°3 offerte par ses parents, il sillonne l’Ouest américain pour vendre son journal. Il se fait expulser de plusieurs villes parce que la vérité n'est pas toujours bonne à écrire. Le goudron et les plumes, il connaît. Lucky Luke l’aide à s’installer Dead End City où une fois de plus, il ne tarde pas à se faire des ennemis.

Les détails amusants fourmillent dans cet épisode. Le personnage de Greely est vraiment truculent. Ainsi, enfant naturellement doué à l’école pour la rédaction, Horace vendait déjà ses copies en cour de récréation ! Si Lucky Luke tire plus vite que son ombre, Horace lui, donne les nouvelles quasiment en temps réel ! Il y a aussi sa manie d’interviewer systématiquement son prochain (même des bandits pour sa rubrique « Les hommes et leur métier » !). Le Daily Star doit trouver son public. Vendre le carnet de naissance du journal au croque-mort ou « comment réussir à tous les coups les beignets aux pommes » aux joueurs d’une table de poker n’est peut-être pas judicieux. Mais proposer à la place « rechute de scarlatine pour le doyen » ou « Mille et un trucs pour tricher sans être démasqué » et les ventes décollent. Il est alors temps de prendre des risques, de passer de 30 à 35 exemplaires ! Arrive le premier abonnement payé en nature (poules, pommes de terre etc.). Horace invente même une nouvelle forme de publicité avec les fers de son cheval gravés d’un « Lisez le Star » que ce dernier laisse sur son passage…

Mais l’intransigeance du Daily Star mécontente certains lecteurs. Les scandales éclatent comme le whisky frelaté du saloon ou les marges exorbitantes des tomates de l’épicerie. Aucune catégorie professionnelle n’échappe au sens de l’investigation du journaliste. Ces « victimes » vont tenter d’empêcher la publication du Daily Star en détruisant le papier servant au journal, en supprimant l’encre, en créant un nouveau journal ... Mais, il en faut plus pour stopper notre ardent défenseur de la liberté de la presse. A chaque fois, Lucky Luke et Horace font preuve d’ingéniosité pour que vive le Daily Star. Par exemple, ils remplacent l’encre par du café et Lucky Luke d’ajouter « Ouaip ! Et votre style y gagne en nervosité ». Sur la première page du journal dans la rubrique « Le conseil du jour » : « Vous manquez de café ? Faites infuser votre Daily Star ! ». Il y a des gags plus classiques : dans une fusillade « Vous ne rechargez jamais ? », « Si, après chaque histoire ». Drôle, je vous dis. De nouvelles formes éditoriales sont même lancées avec deux cents ans d'avance ! (journal gratuit, journal parlé).

Cet album sorti en 1984, donc de la période post-Goscinny, est mon préféré avec « Le fil qui chante ». Depuis longtemps déjà, les dessins de Morris ont atteint leur maturité. C’est la richesse du scénario signé Fauche et Léturgie ainsi que l’humour omniprésent qui font la différence par rapport à d’autres albums de la série plus ordinaires.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Forums: Lucky Luke, tome 53 : Le Daily Star

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lucky Luke, tome 53 : Le Daily Star".