La disparition de Jim Sullivan de Tanguy Viel

La disparition de Jim Sullivan de Tanguy Viel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bluewitch, le 30 mars 2013 (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 324ème position).
Visites : 2 107 

Quand un Français écrit un roman américain.

Écrire un roman américain, c’est prendre la bonne route : elle démarrerait évidemment dans la banlieue de Detroit, Michigan. Il y aurait des problèmes liés à un divorce, le personnage principal devrait être professeur de littérature dans une université, avoir une liaison avec une étudiante, quelques soucis avec l’alcool, se retrouver coincé dans une mésaventure qui le dépasse, crever de jalousie et être frustré de sa vie qui, finalement, n’a pas répondu « oui » au fameux rêve américain.

Quand on est un auteur français, ça demande de se renseigner un minimum, de savoir où on va, d’intégrer la guerre en Irak, l’attentat du 11 Septembre, tout un tas de références historiques, politiques et une longue présentation du héros qui, évidemment, doit avoir un nom qui sonne juste, en l’occurrence, Dwayne Koster.

En filigrane de cette histoire, la mystérieuse disparition du musicien Jim Sullivan, dont la voiture a été retrouvée presque vide (n’y restait que sa guitare) dans le désert du Nouveau-Mexique en 1975… kidnappé par les ovnis ?

Avec beaucoup d’humour et une pertinence sans faille, Tanguy Viel décortique les poncifs du genre et offre un regard espiègle sur ces éléments incontournables du roman américain. Et pourtant, il l’écrit, ce roman, usant d’ellipses là où les descriptions à rallonge auraient tenu la première place. Il l’écrit sans rien omettre, si ce n’est la lourdeur.

« J’ai souvent hésité pour savoir dans quel ordre écrire toute l’histoire, à cause des différents personnages qui la traversaient et donc les différentes lignes narratives qui finiraient par se recouper plus ou moins mais requéraient forcément la patience du lecteur. Mais je n’ai jamais douté que c’était comme ça qu’on écrivait un vrai roman américain, surtout si je voulais que ça fasse comme une fresque, ainsi qu’il est souvent écrit en quatrième de couverture, souvent il est écrit « véritable fresque qui nous entraîne dans les méandres de l’humanité » et ce genre de phrases tout à fait attrayantes qui expliquent le caractère international du livre. »

On suit le récit et on suit sa construction. Dans une époque où tout doit être « conceptionné » plus que conceptualisé, être défini, cloisonné, ce livre vient comme un pied de nez à toute catégorisation. Relevant le non-sens même d’une identité littéraire, sans se jouer complètement d’elle, il ouvre juste un peu plus le regard de ceux qui cherchent à se définir par leurs propres lectures.

Vive les clichés, pour une fois, tiens !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bravo

10 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 57 ans) - 12 juin 2019

"La disparition de Jim Sullivan" de Tanguy Viel (140p)
Ed; Minuit double.
Bonjour les lecteurs...
Après le fameux "Article 353 du Code Pénal" (une pépite pour moi), je me suis plongée dans ce récit de Tanguy Viel, avec un peu de réticence au départ je l'avoue.
Et … Bim …. quelle surprise !!!
Décidément, cet auteur m'enchante!!!
L'auteur de roman " made in France" qu'est Tanguy Viel, se prend d'envie d'écrire un roman américain.
Et nous voici plongé séance tenante dans une parodie où il nous fait part de ses réflexion, exemples à l'appui, pour sortir " The best seller amerloque.
Avec humour, il nous expose les clichés qui, selon lui, sont la base de la réussite du roman outre-Atlantique.
Il nous donne son avis et développe, avec humour, le pourquoi seule l'Amérique est capable de produire des romans internationaux.
Lecture qui m'a étonnée, enchantée, amusée.
L'auteur aurait-il réussi son pari en nous livrant un roman américain écrit par un français ?
Tous les ingrédients sont réunis pour en tout cas.
N'hésitez pas à vous y plonger.. régalez-vous !
Bravo !

Exercice de style...

5 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 80 ans) - 9 décembre 2013

Dès la première page, Tanguy Viel annonce la couleur : ce n'est pas un roman qu'il nous livre, il veut nous montrer comment il pourrait écrire un roman américain. Le choix des personnages, du lieu, de l'époque, de l'intrigue, il commente afin de bien nous montrer... Nous montrer quoi au juste ? Que les romanciers américains ne sont pas aussi forts qu'on le dit ?

La démarche m'a amusé un moment, mais j'ai fini par être gêné ; les "vacheries" ne sont pas toujours drôles, tout cela révèle de l'envie, de la jalousie... Il est vrai que les tirages de nos amis américains sont florissants.

J'ai poursuivi ma lecture, l'intrigue n'est guère originale et quand l'auteur "raconte" vraiment, cela manque nettement de souffle. Il nous a prévenus qu'il construisait son ouvrage sur internet...et je pensais qu'il connaissait un peu Detroit, où j'ai habité quelque temps et que j'aurais retrouvé avec plaisir. Pour moi, ce n'est pas de la littérature, les jurés en décideront peut-être autrement...

Forums: La disparition de Jim Sullivan

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La disparition de Jim Sullivan".