Paper Money de Ken Follett

Paper Money de Ken Follett
(Paper Money)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jaimeoupas, le 20 mars 2013 (Saint gratien, Inscrite le 4 octobre 2010, 45 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 432ème position).
Visites : 2 379 

Un livre qui a l'odeur et le goût de la city

Ken Follett a décidément une plume précise qui décrit à merveille les atmosphères.
Dans Paper Money, il réussit un subtil amalgame entre trois mondes celui de la finance, du journalisme et du banditisme.
Ce roman nous plonge dans la même journée de plusieurs hommes qu'en apparence rien ne relie, mais dont les chemins vont s'entrechoquer.
L'intrigue captive vite l'attention du lecteur, qui se plait à imaginer ce qui relie chacun des personnages.
Ce livre n'a pas de héros mais des multiples personnages d'hommes et de femmes sur lesquels l'auteur a un regard à la fois tendre et féroce.
L'histoire n'est pas forcément très originale mais le livre est vite addictif.
Il se lit avec délectation jusqu'à la dernière page.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Très intéressant

7 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 78 ans) - 16 avril 2014

Je suis à peu près d'accord avec tout ce qui s'est dit dans les critiques précédentes. Ce qui m'a intrigué, c'est le fait qu'il s'agisse d'un roman écrit par Ken Follett à ses débuts : il n'avait pas trente ans ! Et l'on y trouve les naïvetés du débutant mais aussi les promesses pour l'avenir !

Non ce n'est pas un "grand" roman, mais on y prend beaucoup de plaisir ; il ne faut pas d'ailleurs beaucoup de temps.

Bon moment de lecture

7 étoiles

Critique de Psychééé (, Inscrite le 16 avril 2012, 29 ans) - 10 décembre 2013

Un roman à la Ken Follett qui se lit encore une fois très bien ; il est assez court mais truffé de personnages donc un conseil : lisez-le en très peu de temps ! D'autant plus que le contenu se déroule en plein cœur de la City en l'espace de 24 heures prenantes qui s'accélèrent au fil de la journée. On a affaire à des personnages du monde politique, journalistique, boursier, criminel, à des vies de couples qui battent de l'aile...Tous étonnamment liés. Les choix qu'ils devront faire, bons ou mauvais, vont être déterminants pour les événements à venir. Un bon moment de lecture.

Années 70, à la City

6 étoiles

Critique de Caro des bois (, Inscrite le 27 février 2010, 7 ans) - 17 août 2013

Dans ce thriller , j'ai plutôt recherché l'histoire où se croisent des personnages aux vies semblables, cédant leur vie à des nombres à sept chiffres...call girls, politiciens... Disons que le thème transposé à cette époque et dans un ville gardienne de ses traditions m'intéressait.

En abordant la lecture, j'ai eu d'abord un regard ironique sur ce monde de parvenus et de voyous qui se perdent dans les frivolités et compromis: Laski évolue au milieu du champagne et des fraises à la crème, garden party et faux-semblants... pitoyable homme d'affaires, play boy et millionnaire , avec maîtresse , bureau, des actions, une banque...
Mais la magie opère ... si vous lisez les personnages un à un, en sautant donc des chapitres (crime de lèse majesté), vous découvrez que l'un s'invite dans le territoire d'un autre et qu'ils finissent par se rencontrer, ce qui offre un cocktail du genre détonant: braquage, chantage. C'est l' astuce imparable de Ken Follett !

L'intrigue est simple, efficace mais j'ai surtout été charmée par la ville en filigrane, le décor et l'ambiance des boutiques de tailleur ( pour la petite histoire, il existe encore des tailleurs à Saule Row pour une mode très haut de gamme) et amusée par les conventions désuétes et ce sentiment d'appartenance qu'ont exprimé certains personnages.
Le fond historique est donc très riche puisqu'il embrasse plusieurs domaines: ceux de la politique, de l'économie, de la littérature, de l'art, de la langue, des moeurs et coutumes...

Pour les qualités d'écriture, je rejoins la critique précédente, " Paper Money " n'est pas le roman du siècle (Ken Follett n'est pas un écrivain à proprement parler) mais ... c'est sa valeur intrinsèque, historique qui le fait peser plus d'un million de livres sterling !!
Aujourd'hui, le système bancaire me semble plus sécurisé et ne pourrait permettre à un Felix Laski de monnayer avec de l'argent issu de braquage ... mais c'est l'histoire vraisemblable de ces hommes et femmes, mise bout à bout, qui fait finalement la grande Histoire !
Mieux qu'un manuel scolaire, non ?

money for nothing

6 étoiles

Critique de Pytheas (Pontoise - Marseille, Inscrit le 5 avril 2012, 52 ans) - 2 juillet 2013

il n'y a pas de héros dans cette histoire, le personnage principal étant l'enchainement des évènements se succédant sur une journée et si nous rencontrons Tony Cox, Felix Laski, Tim Fitzperson ou Kevin Hart, c'est bien pour servir un enchainement d'évènements, qui, du suicide d'un secrétaire d'Etat à l'économie, au casse d'un fourgon de transports de fonds vont se lier les uns aux autres pour servir cette histoire improbable. chacun des personnages de ce récit détient sa vérité, Pour Felix, l'homme d'affaires, l'argent peut tout, pour Tony, le mauvais garçon, le sexe peut tout pour kevin le journaliste idéologue, la presse se doit d'informer et être indépendante..... mais qui aura raison ?
Livre sympathique de Ken Follett que les éditeurs ont ressorti de leur armoire d'archives pour surfer sur le succès du moment, toutefois ce n'est pas un grand roman. j'attendais davantage de profondeur et des personnages plus recherchés.

Belle découverte

10 étoiles

Critique de AE73 (, Inscrite le 25 janvier 2013, 50 ans) - 24 mars 2013

J'ai découvert Ken Follett par ce livre qui m'a passionnée. Les multiples personnages sont très intéressants avec des rebondissements et des liens entre eux que l'on découvre au fur et à mesure. J'ai passé un très bon moment dans ce London des années 1970. Pas de héros, mais des méchants qui ne le sont pas tant que ça et des gentils qui peuvent devenir méchants, beau panel de la condition humaine. Cela me donnerait presque envie d'entamer un des énormes livres de cet auteur mais j'ai peur d'être déçue.

Forums: Paper Money

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Paper Money".