À coups redoublés de Kenneth Cook

À coups redoublés de Kenneth Cook
(Bloodhouse)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Perlimplim, le 24 janvier 2013 (Paris, Inscrit le 20 mars 2011, 41 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (38 451ème position).
Visites : 1 164 

Jeu de dupes

Ce livre est un jeu de dupes, finement construit. Le lecteur assiste à un procès: quelqu'un a été tué, quelqu'un a tué. Mais tout l'art de Kenneth Cook est de parvenir à ne dévoiler qui a été tué et qui a tué qu'à la fin du roman. Pendant toute l'histoire, il trompe le lecteur, joue au chat et à la souris en l'aiguillant sur de fausses pistes. La surprise finale est totale, et telle que si crime il y a, en définitive y a-t-il un coupable?
Car l'histoire de "A coups redoublés" est des plus simples, mais l'auteur la conduit de façon déconcertante pour n'abattre toutes ses cartes qu'à l'avant-dernière page. Il entremêle narration de l'histoire et propos des protagonistes lors du procès qui suit les faits. L'univers décrit est souvent glauque et sombre, un monde où l'on s'ennuie et où l'on s'enivre, on fornique, on se bat. La seule perspective d'avenir est la gueule de bois du lendemain matin. Puis de recommencer à boire.
Le livre déçoit un peu, car si l'exercice de style de l'auteur est brillant, il paraît un rien superficiel, voire scolaire dans l'enchevêtrement entre la narration de l'histoire avec les propos tenus lors du procès. Il manque une nécessité qui aurait porté l'ensemble, et réellement accroché le lecteur. Car ce livre se lit facilement parce qu'il glisse sous le regard. Le lecteur reste à distance sans jamais se sentir totalement concerné par le sujet. Détendant donc, mais vain.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Brutes australiennes

7 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 28 juillet 2014

Décidément, le tableau que nous brosse Kenneth Cook de l’Australie au fil de ses romans n’est pas glamour. Après les cinglés de l’outback (« Cinq matins de trop »), voici les brutes épaisses, gavées à la bière et dont l’horizon du week-end ne dépasse pas le bar local, les hectolitres de bière à ingurgiter et les coups à tirer. Les coups à tirer et à donner, car « coups redoublés » fait bien référence à des coups … de poing, ou de masse pour abattre les animaux.
La construction de ce court roman est déroutante de prime abord puisque Kenneth Cook nous fait rentrer de plain – pied dans un procès en cours, au cours duquel les trois intervenants ; le procureur, l’avocat de la défense et le juge, font avancer l’histoire – en flash-back – au fur et à mesure de leurs interventions. L’originalité supplémentaire est qu’on ne découvre qui est jugé et qui fut la victime qu’à la toute fin, un procédé assez bluffant dans la mesure où l’histoire nous est justement racontée pour qu’on puisse se faire une idée du jugement à rendre !
John Verdon et Bob Harris sont deux jeunes australiens, frustres (avec Kenneth Cook on finirait par croire qu’il n’y a que des êtres frustres en Australie !), la vingtaine d’années. Ils travaillent tous deux comme abatteurs de bœufs à l’abattoir local et passent systématiquement le week-end à l’hôtel-bar local, à descendre des bières, chercher la bagarre et honorer leur quota de sexe (pas belle la vie australienne selon Kenneth Cook ?!!).
Et quelque chose déraille ce samedi précis, le samedi du drame. Rien ne se déroule comme de coutume, à commencer par l’apparition dans le bar de Peter Watts, pas vraiment « gaulé » en brute, pas intégré à un quelconque clan et qui va finir par devoir subir un conflit terrible avec John Verdon, le plus décérébré du lot de brutes que nous propose Kenneth Cook.
En fait, davantage que l’histoire que le lecteur finit par reconstituer, qui mène au procès, c’est l’environnement de ce bar-hôtel, de son propriétaire sans scrupules, de la faune qui le fréquente et de l’indigence de la vie sociale locale qui est le véritable sujet.
C’est de la sociologie que fait Kenneth Cook, sociologie de « l’homo australianus », et ce n’est pas joli – joli …

Forums: À coups redoublés

Il n'y a pas encore de discussion autour de "À coups redoublés".