La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi... de Rachel Joyce

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi... de Rachel Joyce
(The unlikely pilgrimage of Harold Fry)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Yotoga, le 25 janvier 2013 (Inscrite le 14 mai 2012, - ans)
La note : 1 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (24 732ème position).
Visites : 5 373 

Sans intérêt aucun

Voila encore un livre publié en 30 langues différentes et qui a joui d'un extrême marketing dans le monde mais qui reste inconnu en France... Heureusement.

C'est l'histoire du retraité Harold Fry, qui marche 1000 km entre l'Angleterre pour sauver une ancienne collègue du cancer, Queenie. Harold est marié à Maureen et il part sur un coup de tête, sans vraiment impliquer sa femme.

Par le titre "pilgrinage", j'ai eu peur que ce roman soit religieux, direction Saint Jacques de Compostelle, mais non. Harold ne croit pas en Dieu, il le répète souvent.

Ensuite, j'ai pensé que ce livre était peut-être un roman d'aventure, avec son chemin prédestiné et ses embuscades, ses alliés et ses adversaires... Mais non, il ne se passe presque rien.

Harold ne marche que 10km par jour, il fallait bien remplir les 300 pages... Pour ceux qui font de la rando-marche soutenue, même en chaussures de marin et retraité, je trouve que 10km/jour, c'est bien peu pour quelqu'un de motivé.

En ouvrant ce livre qui m'a été offert, je pensais faire monter en moi l'envie d'aller en Angleterre... L'auteur aurait pu décrire quoi que ce soit de toutes ces villes passées, mais non... Pas d'historique, pas de monuments...

Pour ajouter 100 pages, l'auteur fait venir la presse et, copie de Forrest Gump, un groupe de personnes qui le suivent... On se perd dans des mini-histoires sans intérêt...

Bref... Le livre parle du rapport avec le deuil et des problèmes de couples. Comment partir tout seul pour mieux se retrouver à deux... En chemin, Harold se souvient et travaille des moments de sa vie qu'il a enfouie avec le temps. Une psychoanalyse sans instruction. Maureen, elle, au bord de la folie depuis des années, se réveille tout d'un coup page 363, et hop, tout est bien qui finit bien.

Vous l'aurez compris, économisez votre temps...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sympathique, sans plus

5 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 53 ans) - 9 février 2015

Harold Fry, nouveau pensionné, vit une vie pépère, rangée, sans imprévus, avec sa femme Maureen. Quand soudain, tout bascule… Harold reçoit une lettre d'une ancienne collègue, Queenie Hennessy, qui se meurt d'un cancer. Harold se sent une dette envers elle et, parti pour poster sa réponse, il s'embarque dans un périple à pied de plus de 800 km pour rejoindre Queenie, dans l'espoir fou que cela puisse la guérir. Et en fait, c'est lui qu'il guérit ! Ce pèlerinage va entraîner beaucoup de conséquences autour d'Harold (avec les personnes qu'il croise) et en lui. Au fil des miles, il revisite sa vie. Par ce voyage, il tente de racheter ses fautes. Harold se rend compte qu'il n'est pas le seul à porter un fardeau. ("Il comprenait que dans sa marche pour racheter les fautes qu'il avait commises, il y avait un autre voyage pour accepter les bizarreries d'autrui.") pendant que sa femme fait beaucoup de chemin également… dans sa tête et dans son cœur.
Ce roman est typiquement anglais avec un personnage principal régi par la politesse et la peur de déranger, de se faire remarquer, qui apprend petit-à-petit à recevoir et à se dépouiller de ce qui n'est pas essentiel.
La traduction n'est vraiment pas fameuse et le style de ce conte philosophique est un peu convenu. C'est plutôt un roman de plage, sympathique, mais un peu long sur les bords.

Original

7 étoiles

Critique de Psychééé (, Inscrite le 16 avril 2012, 33 ans) - 16 novembre 2014

Ce pèlerinage en Angleterre, même s’il est périlleux pour un sexagénaire comme Harold, (environ 1000 km de marche !) était tout à fait essentiel pour lui permettre d’oublier le passé et de repartir à zéro. Il lui a permis de repenser à sa vie, aux choses qu’il a faites ou pas et qu’il regrette aujourd’hui. De réaliser l’énorme fossé qui le sépare de sa femme et de leur fils. Pendant son voyage, il rencontre plusieurs personnes avec lesquelles il partage des souvenirs, bons ou mauvais. Les gens peuvent être gentils et serviables lorsque vous apprenez à les connaitre. Vous découvrez leur véritable nature : ceux qui vous suivent par besoin d’aventures, pour vous soutenir ou pour être reconnu.
Je recommande chaudement ce livre dont j’avais beaucoup entendu parler et qui m’avait intriguée. Un pèlerinage est d’abord très difficile car il vous oblige à sortir de votre confort quotidien mais une fois que vous y êtes habitué, vous réalisez n’avoir besoin que des fondamentaux, pour ne pas dire de rien pour survivre. J’ai aimé la manière dont l’histoire est racontée, au fur et à mesure, par les points de vue de Maureen (sa femme) et d’Harold. Nous devrions tous rencontrer Harold ou faire notre propre pèlerinage pour être en harmonie avec la nature et écouter nos sentiments les plus profonds.
Finalement, cette histoire traite de l’oubli du passé, des souvenirs douloureux qui nous empêchent d’avancer et de vivre pleinement le présent. C’est un hymne aux couples qui ont besoin l’un de l’autre pour pouvoir faire face à la vie, à la mort et être plus forts ensemble.

Sévère !

7 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 61 ans) - 29 septembre 2014

Je trouve les critiques bien sévères envers ce joli roman.
Il faut savoir que "Harold Fry" vient du scénario d'une série radiophonique comme seuls les anglais savent encore en faire.
Quand j'étais enfant ils étaient encore d'actualité ces "feuilletons à la radio"... de grands moments !
Tout cela semble avoir disparu dans la culture francophone au profit d'autre chose.
Donc notre livre au titre interminable est agréable à lire. C'est l'histoire d'un homme ordinaire, un simple passant, qui finit par se rendre attachant.
Une agréable lecture

Très bon roman

9 étoiles

Critique de Mcchipie (, Inscrite le 16 mai 2007, 44 ans) - 10 mars 2014

Présentation :

Harold Fry est bouleversé par la lettre qu’il reçoit de Queenie Hennessy, une ancienne amie, mourante. Au moment de poster sa réponse, il passe devant la boîte aux lettres sans s’arrêter… Et traverse l’Angleterre à pieds pour la porter en mains propres ! Car tout ce qu’Harold sait, c’est qu’il doit continuer à marcher. Pour sa femme, pour son fils, pour Queenie, pour nous tous.

Mon avis :

Un roman intéressant. L'histoire est touchante. Harold Fry poursuit un cheminement qui va autant le mener vers Queenie, que vers lui-même. Ce cheminement lui permet de se débarasser du superflu pour se rapprocher de l'essentiel, et de renouer avec sa propre identité, et ses proches. Très jolie oeuvre que je recommande.

J’ai a-d-o-r-é...

9 étoiles

Critique de FranBlan (Montréal, Québec, Inscrite le 28 août 2004, 78 ans) - 23 octobre 2013

Harold Fry, récent retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérée par le moindre de ses gestes, reçoit un matin une lettre de Queenie qui le bouleverse; Queenie Hennessy, une vieille amie perdue de vue depuis plus de vingt ans, lui annonce sa mort prochaine.
Harold quitte la maison pour poster sa réponse. Mais il passe devant la boîte aux lettres sans s’arrêter, continue jusqu’au bureau de poste, sort de la ville…
Mû par l'intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie et que, tant qu’il marchera, elle vivra, habillé comme à chaque jour d’une chemise/cravate, sans boussole, sans carte, sans téléphone, ni chaussures appropriées, il marche durant quatre-vingt-sept jours, parcourant plus de mille kilomètres à pied, du sud de l’Angleterre à la frontière écossaise.

Un pèlerinage improvisé, l’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie: son enfance douloureuse entre un père alcoolique et une mère absente, sa relation avec sa femme, Maureen, et leur première rencontre, ses rendez-vous manqués avec son fils David, sa vie professionnelle ratée, l’alcool, Queenie...
Le destin d’un homme ordinaire prêt à traverser à pied un pays tout entier sur la seule certitude qu’il peut par ce geste sauver son amie.
Au début, il marche sans trop savoir pourquoi, et nous non plus! Et plus on avance aux cotés de Harold, plus on réalise que cette marche lui permet de voir la vie d'une autre façon, de se retourner sur la sienne et d'exprimer des choses qu'il avait enfouies.
Parfois on envie son courage, d'autre fois on s'agace de son manque de discernement, notamment quand il laisse la presse et les profiteurs accaparer son histoire; on suit en parallèle sa femme Maureen, qui ne sait pas comment elle doit considérer cette marche. Fuite ? Renoncement ? Comment comprendre quelqu'un avec qui on ne partage plus rien ? Doit-elle faire comme si de rien n'était ? Doit-elle essayer de comprendre ? Pour elle aussi, cette marche sera une longue route, même sans bouger de chez elle.

Dans ce roman, pas d'actions époustouflantes, pas d'histoire d'amour romantique, juste des rencontres, de la pudeur et les émotions que nous transmet Harold au long des routes d'Angleterre qui le mènent vers le nord. Un très beau voyage.
Il s’agit d’un premier roman pour Rachel Joyce; elle a d’abord été pendant plus de vingt ans scénariste pour la radio, le théâtre et la télévision, ainsi que comédienne de théâtre.
L’écriture est magnifique, souple, fluide, la langue est précise, l’humour sans cesse présent.
Au fur et à mesure de cette marche, l'histoire d'Harold se dévoile par petites touches, mais le chemin qu'il emprunte pour aller rendre visite à son amie est surtout un cheminement intérieur.
Ce héros original prend enfin à soixante ans passés le temps de passer les événements importants de sa vie en revue et notamment les plus douloureux qui vont lui permettre de rentrer chez lui.

N.B. Lu en version originale anglaise sur mon Kindle.

leçon de vie

6 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 73 ans) - 16 juillet 2013

L'histoire d'un retraité qui reçoit une lettre d'une personne qu'il a connue au boulot dans sa jeunesse et qui se trouve en soins palliatifs à 1000 km de chez lui...

Il lui écrit une réponse et décide de la poster à deux pas de chez lui... mais en route il décide d'aller à la boîte suivante... et l'idée lui vient de lui porter la lettre, à pieds, avec dans son coeur l'impression que s'il marche pendant X jours, elle l'attendra pour mourir.

C'est parti d'une bonne intention... mais quel périple pour y arriver !

Belle leçon de vie que ce roman sous forme de pèlerinage.
C'est son premier roman, mais c'est vraiment bien écrit et donne à réfléchir.
Au sens de la vie, les regrets, les rapports humains.

Je mets 3 étoiles pour l'écriture et l'idée originale.

la lettre qui allait changer le destin d'harold fry

6 étoiles

Critique de Sarazohra (, Inscrite le 3 mars 2012, 33 ans) - 10 mai 2013

J'ai beaucoup aimé l'histoire d'Harold.

je n'étais pas forcément emballée par le livre car la plupart des critiques étaient décevantes...
Et pourtant je trouve que l'histoire est intéressante, bien racontée et bien décrite.
On s'attache aux personnages et on veut connaitre la fin... qui n'est au final pas décevante.

Forums: La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...".