La Grippe coloniale, tome 1 : Le Retour d'Ulysse
de Appollo (Scénario), Serge Huo-Chao-Si (Dessin)

critiqué par PPG, le 30 décembre 2012
(Strasbourg - 42 ans)


La note:  étoiles
Attention c'est contagieusement bon !
31 mars 1919, la Grande Guerre est finie depuis cinq mois et le paquebot "Madona" ramène 3200 hommes (permissionnaires et poilus créoles) dans l'île de la Réunion. A leur débarquement, ils sont fêtés en héros, mais rapidement le retour à la réalité sera plus dur que prévu.
Nous suivons le parcours chaotique de quatre "camarades" du front qui tentent de reprendre le cours de leur ancienne existence, mais ce n'est pas facile : l'un est défiguré, l'autre, Sénégalais, a une couleur de faciès qui dérange certains, le dernier, surnommé "baraka" tant il a échappé au pire (Verdun, Chemin des Dames, la Marne) ne ressent plus la peur de la mort ce qui ne facilite pas son intégration, trop en décalage qu'il est avec les autres. Seul Evariste semble s'en sortir et être plus lucide. Mais ce n'est pas seulement physiquement qu'il sont marqués, c'est surtout dans leur tête. Les comportements primaires, décalés, parfois brutaux des anciens soldats côtoient ceux, pas forcément mieux, des autochtones qui n'ont pas fait la guerre : hypocrisie, racisme, voire jalousie.
Et si finalement la grippe espagnole arrivée sur l'île avec ces derniers ne serait pas une bonne chose, telle une purification ? Ca dépend pour qui...

Cette bédé rend bien compte de l'ambiance de l'île et de sa complexité : coexistence de "groupes ethniques" différents, dialectes, rapport au monde décalé du fait d'être insulaire, loin de la métropole, renforçant ainsi notre compréhension du malaise vécu par ces survivants. Les dessins font penser à ceux de Christophe Blain (l'auteur de la série "Isaac le Pirate). Nous parcourons ce livre tour à tour empreint de joie, d'amusement, mais aussi de tristesse et de désarroi.
Sorti en 2003, ce premier tome trouvera (enfin) sa conclusion dans le deuxième et dernier qui vient de sortir en juin 2012.