À la dure 1: Dans les mines d'argent du Nevada
de Mark Twain

critiqué par Windigo, le 7 décembre 2012
( - 36 ans)


La note:  étoiles
Une digne aventure du far-west
Mark Twain a le don de conter des histoires digne de ces bûcherons américains et québécois, nous transportant dans un monde fabuleux de mines d'or, de prostitution et de tout ce qu'offre la ruée vers l'ouest.

Nous sommes en plein far west. Un ex-soldat voyage à travers les États-Unis, du Mississippi jusqu'au Nevada, pour y trouver fortune dans les camps de bûcherons, puis dans les mines d'argent. Son voyage, qui durera quelques mois, puisqu'il voyage en diligence, aura son lot d'agitations tumultueuses. Un cheval qui est si apeuré qu'il en fait presque la danse de saint Guy, un buffle qui grimpe à un arbre pour attaquer notre héros téméraire, voilà le genre de chaos qui le surprend lors de son voyage.

Rendu à destination, les problèmes continuent. Alors qu'il a construit un campement pour aller bûcher quelques hectares de forêt, un feu de camp allumé incendie toute la forêt des alentours. Puis, se reconvertissant dans les mines d'argent, malheur par dessus malheur survient jusqu'à la fin du récit.

Malgré tout le poids du fardeau, du travail acharné, des rencontres avec des alcooliques notoires et des joueurs de cartes invétérés, notre héros voit grand, et rêve de richesse et se nourrit de l'espoir que l'ouest sauvage engendre en lui.

Un excellent roman pour les amateurs du véritable western.