Réveillez-vous ! de Nicolas Baverez

Réveillez-vous ! de Nicolas Baverez

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités , Sciences humaines et exactes => Essais , Sciences humaines et exactes => Divers

Critiqué par Falgo, le 12 novembre 2012 (Lentilly, Inscrit le 30 mai 2008, 80 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 1 984 

La fin de la France?

Ceci n'est pas de la littérature. Ceci concerne notre vie quotidienne et, encore plus, celle de demain.
Je tente d'abord de rendre compte du constat de l'auteur, de manière un peu lapidaire, j'en ai peur. Mais le sujet est complexe et le livre beaucoup plus riche que le sera le résumé.
La France pâtit d'avoir connu 30 années (1950-1980: les Trente Glorieuses) d'expansion continue pendant lesquelles a été élaboré un certain modèle économique et social. Cette période semble avoir anesthésié les français et leur classe politique, ce qui a mené les uns et les autres à la négation des réalités apparues lors des trente années suivantes (1980-2010: les Trente Piteuses, selon notre auteur).
On oublie facilement que l'introduction de l'euro interdit toute dévaluation et reporte tous les ajustements sur l'économie réelle: faillites d'entreprises, fermetures d'usines, chômage endémique. Et sortir de l'euro serait paradoxalement pire que d'y rester fidèle.
En conséquence les français, et leurs gouvernements, n'ont qu'une idée en tête: pérenniser le modèle des trente Glorieuses, pensant que le jouer au théâtre fera revenir la réalité. Ce mensonge est entretenu depuis trente ans par d'innombrables feuilletonistes et la classe politique la plus pitoyable possible, lâche et cynique derrière ses rodomontades et déclarations péremptoires.
Or la situation est la suivante:
- La France porte une dette démesurée générant le paiement d'intérêts qui plombent le budget de l'Etat (les caisses sont vides) et constituant un report sur nos enfants.
- Elle continue de financer à crédit (la dette) sa vie quotidienne.
- Elle augmente chaque jour son déséquilibre entre les importations (qui alimentent la consommation) et les exportations (qui faiblissent par manque de compétitivité internationale).
- Elle tente de pérenniser des structures, des modes de pensée et de vie inadaptés au monde dans lequel nous vivons.
Tout ceci est catastrophique.
La question est alors: comment en sortir?
Baverez dit: "Dans l'ordre intellectuel et politique, l'optimisme et le pessimisme n'ont pas de sens. Seuls comptent les faits, l'analyse et le jugement." (p.134) Et: "..la politique française souffre d'un triple déficit de volonté, de transparence et d'action." (p.110)
Comment faire? Quelques pistes:
-Tenir compte de l'étroitesse des marges de manoeuvre dans le monde ouvert qui est le nôtre et de l'accumulation de la dette.
- Redresser la capacité productive (donc la compétitivité internationale) de l'industrie française et la balance des paiements.
- Réinventer un modèle économique et social permettant d'assurer la prospérité de tous, ce qui revient à modifier profondément les réflexes de l'Etat-providence, les structures économiques et nombre de nos comportements.
- Ce mouvement va toucher immanquablement revenus, prestations sociales et retraites.
- Agir dans le monde pour établir de nouvelles règles de coopération-concurrence.
- Rétablir la dynamique démocratique, c'est à dire la confiance dans les dirigeants politiques, les institutions et les entreprises.
- Acquérir collectivement le sens des responsabilités.

COMMENTAIRES. Nicolas Baverez est catalogué comme "décliniste" depuis la parution de ses ouvrages précédents et ses nombreuses chroniques. Cette catégorisation permet, en fonction de ses propres inclinations, de le croire ou de le rejeter. Sans le lire, bien entendu. "Réveillez-vous" devrait, si les français n'étaient pas aussi légers, superficiels ou idéologues, être plus lu que l'ensemble des prix littéraires du moment. Mais.... Cet ouvrage me rappelle un débat radiophonique d'il y a une dizaine d'années pour lequel le journaliste avait réuni les correspondants de la presse étrangère en France. Le sujet était: décrypter la situation française. Les discussions s'orientant vers des jugements sévères par rapport à notre pays, une question portant sur l'absence de mouvement de redressement adressée au correspondant anglais s'était attirée la réponse suivante: "Vous n'êtes pas encore tombés assez bas." Baverez ne dit pas autre chose. Il dit simplement que l'échéance approche et regrette profondément cet état de choses. Je partage largement son point de vue et lui reproche seulement de ne pas suffisamment intégrer à ses réflexions les préoccupations écologiques et, partant, la problématique du taux de croissance: peut-on assurer la prospérité de tous avec une croissance réduite, voire nulle? Mais, pour discuter ses vues, il importe de le lire et le comprendre et ne pas contourner les problèmes par le truchement de références tronquées à d'autres auteurs, comme je le vois faire. Donc, lisez-le. Après, on discutera, éventuellement. Manifestement écrit dans l'urgence, le texte n'est pas construit de manière linéaire et comporte redites, retours en arrière et chevauchements. Pour autant, il est d'un intérêt majeur pour ceux qui veulent prendre en mains leur destin.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Réveillez-vous !

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Réveillez-vous !".