Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare

Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare
(A Midsummer night's dream)

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Bluewitch, le 23 décembre 2002 (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 12 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (919ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 6 761  (depuis Novembre 2007)

Rêve et Enchantements

Alors que Thésée, roi d'Athènes, s’apprête à célébrer ses noces avec la belle Hippolyte, quatre jeunes gens s'égarent dans la forêt, fuyant ou poursuivant des amours contrariées. Lysandre aime Hermia et est aimé d'elle en retour, Héléna aime Démétrius qui n'a d'yeux que pour Hermia. Alors que les deux premiers fuient un mariage arrangé entre Démétrius et Hermia, les deux autres s’en vont à leur poursuite, Démétrius pour retrouver sa fiancée, Héléna pour trouver grâce aux yeux de celui qu’elle aime en ayant éventé le secret des deux amants.
Obéron, roi des elfes, est témoin de ces disputes entre Démétrius et Héléna. En discorde avec Titania, reine des fées, il envoie son serviteur, l’espiègle Puck, à la recherche d’une fleur rare capable, une fois son suc versé sur les paupières, de rendre amoureux du premier être aperçu au réveil… Comptant donner une bonne leçon à Titania, il ordonne à Puck de faire de même avec Démétrius afin de le réconcilier avec Héléna. Mais par mégarde, l’elfe appliquera l’essence de la fleur sur les yeux de Lysandre, qui à son réveil, apercevra Héléna.
Quant à Titania, c’est d’un homme transformé en âne, Bottom, dont elle tombera amoureuse !! Car Puck, jamais avare d’une farce, a joué un mauvais tour à ce tisserand maladroit venu répéter dans le bois avec des compagnons une pièce en l’honneur de Thésée et Hippolyte : « La très lamentable comédie et la très cruelle mort de Pyrame et Thisbé »…
Imbroglio amoureux, magie, sensualité, rêve et humour (Shakespeare, ce qui ne me semblait pas habituel de sa part, parsème son texte de quelques double-sens parfois coquins !!). Si « Le Songe d'une nuit d’été » ne passe pas pour la meilleure œuvre de Shakespeare, elle est celle pour laquelle je garde un attachement tout particulier. Joyeuse, enlevée, elle quitte la lourde tragédie de « Roméo et Juliette » ou de « Hamlet » tout en n'enlevant rien à la poésie fidèle de l'auteur.
Je l’ai découverte jouée par une troupe extraordinaire « Les Baladins du miroir », dans une atmosphère fabuleuse où résonnait la voix unique d’un certain Jean-Luc Dietritch, comment ne pas être ensorcelée ?? Je me suis empressée de lire la pièce et, aujourd'hui, de la relire. L’enchantement reste identique. Le fantastique et l’humour trouvent un terrain d'entente sans verser dans l’incongru. Le féerique côtoie l'humain, se déjoue des vérités et métamorphose les aventures d'une nuit en un simple songe dont le souvenir persiste étrangement.
J’ai toujours accordé une grande part au rêve et cette pièce en est un joli symbole…
Voici un site consacré aux Baladins du Miroir, dont j'ai parlé dans ma critique et qui ont si merveilleusement bien joué "Le Songe...". Si jamais ils passent du côté de chez vous, sautez sur l'occasion, c'est une troupe extraordinaire... http://www.lesbaladins.be/07songe.html

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Puck :« Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement que vous n’avez fait qu’un mauvais somme. »

10 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 37 ans) - 29 janvier 2012

Il est des pièces enchanteresses que nous marquent à vie. Celle-ci, qui pour certains n'est pas la meilleure de Shakespeare, est une pure merveille. Il est aussi des oeuvres qui nous ancrent cruellement dans la réalité, d'autres qui nous font oublier tout du monde. "Le Songe d'une nuit d'été" appartient à ces pièces dont l'imaginaire nous ensorcelle par sa féerie.

Cette pièce confronte trois mondes :
Le premier est celui des hautes sphères de la société. En effet, le roi Thésée doit épouser Hippolyta, la reine des Amazones. Le roi reçoit la visite d'Egée dans son palais athénien qui se plaint du comportement d'Hermia, sa fille. Ingrâte selon lui, elle refuse d'épouser Démétrius, homme qu'elle n'aime pas et auquel elle préfère Lysandre. Classique dilemme ! Doit-elle épouser un homme qu'elle n'aime pas ou bien désobéir à son père ? Lysandre et Hermia décident de fuir le palais afin de s'aimer librement. La forêt sera leur refuge magique.
Le second monde est celui des habitants de la forêt. Obéron est le roi et Titania est son épouse. Le roi des elfes et la reine des fées se disputent au sujet d'un enfant sacré que protège Titania. Je n'en dirai pas plus. Cet univers peint est celui des contes de fées. Toutes sortes de créatures habitent cette forêt qui sera le berceau de nouvelles amours. Puck, espiègle elfe dévoué à Obéron, est chargé de déposer le suc d'une fleur magique sur les yeux endormis de divers personnages. Grâce à ce sort, au réveil, la première créature vue sera fatalement aimée par les personnes ensorcelées par ce suc. Lysandre et Hermia en seront les victimes, tout comme la reine Titania qui se voit amoureuse d'un homme à tête d'âne, transformation sujette à des remarques grivoises, comme souvent dans les comédies de Shakespeare.
Le troisième monde qui participe à cette comédie est le monde des artisans. Ces représentants du peuple sont chargés de monter une pièce de théâtre pour le mariage royal. Nous assiterons donc à une pièce de théâtre dans une pièce de théâtre, soit une mise en abyme.

J'aime la poésie de cette oeuvre ( vocabulaire et certaines scènes ). Ces trois mondes qui s'entremêlent apportent une véritable richesse à l'histoire et rappellent au lecteur la célèbre métaphore du théâtre du monde. Nous ne serions que des comédiens dans ce vaste monde. J'ai particulièrement apprécié l'intrusion du merveilleux dans cet univers. Le personnage de Puck reste le fil conducteur de cette pièce, il est en quelque sorte metteur en scène, bien que maladroit, et amuse par ses réflexions. Il est aussi surtout réputé pour ses facéties : ôter la crème du lait, égarer les voyageurs perdus, effrayer les jeunes filles ... c'est aussi lui qui salue le spectateur/lecteur à la fin de la pièce.

Cette pièce est un chef-d'oeuvre ! Je conseille fortement le téléfilm de Elijah Moshinsky fait pour la BBC avec Hellen Mirren ( "The Queen") dans le rôle de Titania. Une merveille !

Fantasmagorique

5 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 34 ans) - 28 janvier 2012

Cette pièce nous fait entrer dans un univers enchanteur, comme dans un conte de fée.
L'histoire est amusante, pleine de qui-proquos. Bien que n'étant pas vraiment adepte du genre "féérique", j'ai tout de même pris du plaisir à lire cette pièce. Mais, malgré cela, je ne la retiendrai pas comme étant la plus grande oeuvre de Shakespeare.
A lire pour les adeptes du genre et en tant que classique littéraire.

What visions have I seen!

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 26 août 2008

Je ne rappellerai pas l’intrigue embrouillée de cette comédie légère qui se déroule dans une Grèce inspirée à la fois de l'Antiquité et du Moyen Âge. Pas moins de quatre couples mêlent leurs passions : Lysandre et Hermia, Démétrius et Hélène, Thésée et Hyppolita, Obéron et Titania.
Confusion des sentiments, mélange de vers et de prose, rencontre du merveilleux (porté par des vers aériens) et du comique (suscité par les calembours les moins subtils), opposition entre la nuit (royaume du songe et du rêve), et le jour (espace de la réalité) : c’est une pièce sans autre prétention que de distraire le spectateur qu’a composé Shakespeare avec une totale liberté d’imagination.

Cette création de pure fantaisie ne m’a pas enthousiasmé, mais c’est à connaître en tant que classique et en tant que source d’inspiration pour de nombreuses autres œuvres littéraires, musicales, cinématographiques.

Une pièce à voir dans une très bonne mise en scène plutôt qu’à lire, et à lire de préférence dans une édition bilingue pour pouvoir savourer les vers du poète (but O, methinks how slow this old moon wanes !) tout en ayant la possibilité de se rattraper à la traduction lorsque l’anglais littéraire et moyenâgeux devient trop dur à suivre.

Drôle et étrange

8 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 5 août 2008

On retrouve un peu de tout dans cette comédie de William Shakespeare. Elle fait partie des pièces que j’aime de cet auteur, elle est plus vivante que certaines. J’ai de la difficulté avec l’écriture (ou la traduction ?) de Shakespeare qui me laisse souvent de glace, mais ce n’est pas le cas ici. J’ai aimé les touches mythologiques du récit, la magie, le bizarre et surtout, je me suis attachée aux personnages. Tout est bien qui finit bien.

superbement drôle et bien construit

9 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 42 ans) - 30 novembre 2007

Trois mondes s'entrecroisent dans cette superbe pièce de Shakespeare, pour le bonheur du lecteur, et plus encore, je l'imagine, du spectateur.

Cette lecture m'a ravi et je continue à plcer le Grand William parmi mes auteurs préférés.

Une lecture qui fait rêver, tout en contours flous et en fantaisie...

magique

9 étoiles

Critique de Ice-like-eyes (nantes, Inscrite le 26 mars 2005, 33 ans) - 2 juin 2005

A noter qu'il fait partie de mes auteurs préférés
J'adore cette pièce de théâtre où une immense farce et quiproquos se trament sous l'oeil taquin de Puck. on peut y voir sous ce conte de fées ( oui on peut le dire ainsi dû au personnage présent) une métaphore de la société. Et puis sans forcément regarder la signification l'histoire ne peut que plaire.

L'un des plus belles pièces de l'auteur...

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 9 mai 2005

... avec Beaucoup de bruit pour rien, Much Ado About Nothing, dont le film qui en a été tiré par Kenneth Branagh est d'ailleurs excellent.
Dans ces deux pièces, Shakespeare nous offre de nous fondre dans une évasion amoureuse via des détours et des contournements plus ou moins dramatiques et rieurs.
Un enchantement, en effet.

Rien que le titre...

8 étoiles

Critique de Sallygap (, Inscrite le 18 mai 2004, 40 ans) - 4 mars 2005

…est enchanteur. Poétique, prometteur de rêveries, de féerie. L’espièglerie de Puck, les imbroglios, les amourettes, une forme de légèreté dans le sujet, tout ceci fait aussi de cette pièce de Shakespeare ma préférée parmi celles que j’ai lues, devant « Hamlet », ou « Roméo et Juliette », exemples cités par Bluewitch, ou d’autres. Je suis du même avis, ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle a une couleur particulière, une saveur de magie, un p’tit quelque chose qui m’accroche !

Baguenaudons gentiment...

9 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 50 ans) - 23 décembre 2004

Comme tout le monde, j'avais énormément entendu parler de cette pièce, montée partout et par tous les types de troupes. Notamment dans le très beau film "Le Cercle des Poètes Disparus", avec un Puck d'exception... Et sa lecture a été un enchantement de bout en bout. Quelle finesse, quel humour, quelle poésie...

"Pyrame : -... Et maintenant vous voyez un décédé !
Démétrius : - Je vois le décès, mais je ne vois pas le dé. En tout cas, c'est un as qui retourne, car il est tout seul.
Lysandre : - Alors, c'est un as à sein; car il se l'est percé.
Thésée : Un chirurgien qui le guérirait n'en ferait pas un as saillant."

Cette comédie-féerie a été écrite et montée en 1595, Shakespare a alors 31 ans. La traduction du fils cadet de Victor Hugo a été qualifiée de exacte, il entreprit de 1860 à 1864 de traduire Les Oeuvres complètes de Shakespare.

3 mondes se cotoient ici : celui de Thésée, avec sa promise Hippolyte, Hermia et son Lysandre, Démétrius qui d'abord repousse Héléna, de l'équipe de bras cassés qui présenteront une pièce aux mariages, et celui des fées, avec leur roi et reine et leurs lutins et sylphes... Chassés-croisés d'aventures sentimentales, magie, farces... C'est une symphonie joyeuse et enlevée qui s'achève par l'apostrophe de Puck au public, "ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé) que vous n'avez fait qu'un somme, pendant que ces visions vous apparaissaient."

Pour ma part j'ai dévoré !

complètement loufoque

7 étoiles

Critique de Nelibelul (TOURS, Inscrite le 19 juillet 2004, 48 ans) - 24 juillet 2004

ou comment intégrer deux pièces en une...

très drôle, on est souvent "largué" par l'histoire car les deux histoires se mélangent...

très bien, déroutant, j'aime.

Baladins

9 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 23 décembre 2002

Voici un site consacré aux Baladins du Miroir, dont j'ai parlé dans ma critique et qui ont si merveilleusement bien joué "Le Songe...". Si jamais ils passent du côté de chez vous, sautez sur l'occasion, c'est une troupe extraordinaire... http://www.lesbaladins.be/07songe.html

Forums: Le songe d'une nuit d'été

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Traduction des oeuvres classiques? 153 Math_h 14 octobre 2008 @ 03:14

Autres discussion autour de Le songe d'une nuit d'été »