Le journal d'Anne Rodway et autres nouvelles
de W. Wilkie Collins

critiqué par Pierrequiroule, le 13 novembre 2012
(Paris - 38 ans)


La note:  étoiles
Mystères et trahisons dans l’Angleterre victorienne
On ne présente plus Wilkie Collis, précurseur du thriller et du roman policier british ! Ces nouvelles, écrites dans les années 1850, précèdent les grands romans de l’auteur, comme « Le Secret » ou « Pierre de Lune ». Pourtant elles contiennent déjà les thèmes chers à Wilkie Collins : conspiration familiale, duplicité des personnages, position inférieure de la femme dans la société …
Le recueil contient quatre récits, jamais regroupés jusque-là .

- Dans « Le journal d’Anne Rodway » les confessions d’une couturière laborieuse nous mènent sur la piste d’un meurtre. La meilleure amie d’Anne est retrouvée agonisante. Sa blessure à la tempe, tout comme le lambeau de cravate qu’elle serre entre ses doigts, semble indiquer qu’il ne s’agit pas d’un accident. Dès lors, Anne et son fiancé s’emploient à éclaircir cette affaire.

- Malgré son fanatisme, le pasteur de Pendilly paraît avoir trouvé le bonheur domestique en épousant Emily. Mais quel lourd secret cache cette compagne, en apparence si parfaite ? Le couple pourra-il surmonter la crise ou est-il voué à l’échec à cause des « Scrupules d’un homme d’Eglise » ?

- « La Quarteronne » est la plus longue et la plus palpitante nouvelle du recueil. Le narrateur est ici William, un jeune domestique, entièrement dévoué à sa maîtresse, Mrs Norcross. Aussi, lorsque cette lady est affreusement trahie par son mari et accusée de meurtre, le fidèle serviteur mène l’enquête. Quant à Joséphine, la femme de chambre de Madame, elle possède une âme encore plus sombre que sa peau. Animée par la vengeance, cette métis incarne le personnage machiavélique présent dans tous les récits de Wilkie Collins.

- « Un secret de famille » est toujours lourd à porter. C’est ce que découvre le jeune Charley lorsque ses parents décident de rompre tout lien avec l’oncle George. Mais de quel méfait s'est rendu coupable cet homme humble et affectueux? Serait-il impliqué dans la mort de Caroline, l’enfant chéri de la famille ?

Entre noir mystère et mélodrame, ces nouvelles sont un condensé de l’art « collinsien ». Le suspense y est très présent et on se laisse rapidement happer par le talent de conteur de Wilkie Collins. Si vous avez aimé ce livre, ne ratez pas « Quand la nuit tombe » et « La reine de cœur », deux autres recueils de nouvelles du même auteur.