La confiture d'abricots et autres récits de Alexandre Soljenitsyne

La confiture d'abricots et autres récits de Alexandre Soljenitsyne
(Abrikosovoe varenʹe)

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par Henri Cachia, le 7 août 2018 (LILLE, Inscrit le 22 octobre 2008, 57 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 751 

Pour la confiture d'abricots...

« La confiture d'abricots » est un recueil de neuf récits d'Alexandre Soljénitsyne rédigés dans la première moitié des années 1990.

Aucune nouvelle ne traite des camps de travaux forcés, comme « l'Archipel du Goulag », par exemple, qui l'a rendu célèbre dans le monde entier.

Les différents thèmes abordés ici concernent l'histoire de la Russie depuis sa révolution : économie, patriotisme, paysannerie, révoltes, privilèges, etc...

Comme le signale Natalia Dmitrievna, veuve du Prix Nobel de littérature, à propos de ce recueil : « L'idée de composer des récits « binaires », en deux parties, était venue depuis longtemps à l'esprit de mon mari, mais il lui était impossible de s'y atteler avant d'en avoir terminé avec l'épopée historique de « la Roue rouge » ».

Cette construction en deux parties tient toutes ses promesses dans le premier récit, « La confiture d'abricots » :

-Dans la première partie, un jeune adolescent « koulak » envoie une lettre à un écrivain célèbre qui a ses entrées dans les hautes sphères du pouvoir, pour lui demander d'améliorer son sort. Enrôlé de force pour la construction de l'usine Kharkov, il travaille comme un forçat en crevant de faim.

« … Je suis tout assoti mais si je déraille en écrivant lisez quand même jusqu'au bout, ça sera pas du creux. Vous êtes un écrivain célèbre, à ce qu'on m'a dit. On m'a apporté de la bibliothèque un livre avec vos articles. (Chez nous, au village, j'ai fait toutes les classes de l'école.) J'en ai lu seulement quelques-uns, tous j'ai pas eu le temps. Vous dites là-dedans que le fondement du bonheur de chacun est notre agriculture collective et que le paysan traîne-misère roule maintenant en vélo. Vous dites encore que l’héroïsme est en train de devenir chez nous un fait de la vie quotidienne et que c'est le travail dans la société communiste qui donne à la vie son but et son sens. A quoi je vous répondrai, moi, que cet héroïsme et ce travail-là, ça n'est que de la boue, de la crotte qu'on engraisse avec notre sueur à nous en faire crever. Je ne sais pas où vous avez vu tout ce que vous dites, vous parlez aussi beaucoup de l'étranger, que ça y va si mal et que vous avez tant de fois saisi sur vous des regards d'envie : ah, c'est un Russe ! Eh bien moi aussi je suis un Russe, je m'appelle Fédia, Fiodor Ivanytch si vous préférez, et je vais vous raconter ma vie. »...


-Dans la deuxième partie, le « Grand Ecrivain », entouré de ses « amis » : critique, professeur d'art cinématographique et autres privilégiés se retrouvent pour parler de littérature, autour d'une coupe de cristal où se trouvent des confitures de griottes, d'abricots.

« … Et je vous dirai que même de nos jours, il émerge de temps à autre des profondeurs du public une lettre écrite dans une langue intacte. J'en ai reçu une dernièrement de l'un des bâtisseurs de l'usine Kharkov. Quelle manière personnelle, mais qui en même temps s'impose, d'assembler les mots ! A faire pâlir d'envie un écrivain ! «... il nous a roulé dessus une grande colère », «... Elles me guettaient au sortir », «... J'ai trouvé restance ». Pas mal, hein ? Seule une oreille qui n'est pas encombrée de culture livresque peut vous suggérer ces choses-là. Et le vocabulaire est de la même veine, à s'en lécher les doigts : «... je suis tout assoti », «... on m'a laissé dévivre », «... un routin frayé dans la neige », «... une secouée de pluie ».
-Vous répondez à ces gens-là ? S'enquit Vassili Kiprianovitch.
-A quoi bon répondre ? L'important n'est pas là. Ce qui compte, c'est la trouvaille linguistique... »


Ca commence donc très fort avec cette confiture d'abricots, et petit à petit, mon intérêt a diminué, notamment dans les nouvelles qui comportent de nombreux personnages, où l'écriture en deux parties me semble moins bien fonctionner.
Peut-être est-ce dû aux traducteurs? : pas moins de quatre pour ces neuf textes.
J'avais également tendance à décrocher dans certains récits aux nombreux personnages, dont les diminutifs à rallonge n'ont certainement pas facilité la lecture à un bon rythme. M'obligeant bien souvent à revenir en arrière pour vérifier la véritable identité de chacun.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La confiture d'abricots et autres récits en deux parties [Texte imprimé] Alexandre Soljénitsyne traduits du russe par Geneviève et José Johannet, Lucile Nivat, Nikita Struve
    de Soljenitsyne, Alexandre
    Fayard / Littérature étrangère
    ISBN : 9782213668437 ; EUR 22,00 ; 29/08/2012 ; 414 p. ; Relié
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La confiture d'abricots et autres récits

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La confiture d'abricots et autres récits".