Résurrection de Léon Tolstoï

Résurrection de Léon Tolstoï
(Voskrešenie)

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par Pierre-André, le 18 octobre 2012 (Inscrit le 18 octobre 2012, 28 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 719ème position).
Visites : 3 064 

Moraliste ou divin?

Ce roman est le dernier grand roman de Tolstoï, mais aussi l’un des moins connus.
J’ai été époustouflé par ce livre qui m’a profondément surpris. Il m’a d’autant plus surpris lorsque j’ai considéré les critiques et commentaires qui le qualifient souvent de roman secondaire de Tolstoï, qui n’est pas digne d’un « la Guerre et la Paix » ou d’un « Anna Karénine ». Or je l’ai trouvé bien supérieur à « Anna Karénine » et il n’a rien à envier à « La Guerre et la paix » dont, certes il est profondément différent.

Ces critiques le disent moraliste, qu’il est loin du style des premiers romans. Or je trouve que le style y est aussi remarquable bien que légèrement différent du fait du contenu qui l’est lui aussi.
Il reste ainsi des moments magiques dont Tolstoï seul a le secret, comme la messe de minuit lors la fête de Pâques, ou encore le moment le plus merveilleux à mes yeux : lorsque le protagoniste est dans le train et après une journée aride, et une pluie d’été tombe sur les prairies qui l’environnent.
Seul Tolstoï arrive à charger ces moments apparemment insignifiant en de purs moments d’expérience esthétique et lourds en symboles.

Voilà, pour ce qui est de la qualité littéraire. Mais ce roman, est aussi imprégné d’une profonde réflexion, ce que certains lui reprochent donc, en le qualifiant de moraliste. En effet, Tolstoï s’interroge sur les fondements de nos sociétés, leur fonctionnement, leur justesse. Il remet tout à plat, et il fonde tout son raisonnement sur enseignements du Nouveau Testament. C’est en cela que la morale jaillit, mais celle-ci n’amoindrit en rien ce roman et même le renforce. En effet, j’ai eu l’impression de lire un texte biblique moderne soutenu par le génie littéraire de Tolstoï. Et comme le Nouveau Testament le fait, il met à mal toute institution religieuse, pour nous montrer que Dieu et sa morale son partout autour de nous et non dans une église.

« Résurrection » est ainsi pour moi le meilleur roman qu’ait écrit Tolstoï, même si « La Guerre et la paix » n’est jamais très loin dans mon cœur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Prière punk ?

9 étoiles

Critique de Antinea (anefera@laposte.net, Inscrite le 27 août 2005, 38 ans) - 26 mars 2014

Le prince Nekhlioudov se retrouve juré dans le procès de trois criminels, accusés d'avoir empoisonné un marchand pour le voler. Parmi les prévenus, il reconnaît Katioucha, la jeune servante qui vivait chez ses tantes et qu'il avait séduite dix ans plus tôt, provoquant ainsi sa perte. Katioucha, la douce et belle jeune fille qu'il avait abandonnée au lendemain de la nuit fatale, depuis devenue prostituée, toujours belle mais gâchée, par sa faute, son indifférence. Les jurés n'ont que faire de ces accusés et bâclent leur délibération. Katioucha est condamnée aux travaux forcés et doit être déportée en Sibérie. Nekhlioudov, se sentant coupable de ce qu'est devenue la jeune femme et d'un jugement hâtif qu'il n'a pas su empêcher, décide de mettre tout en œuvre pour la faire rejuger et libérer.

Le repentir de Nekhlioudov face à Katioucha n'est qu'un prétexte à dénoncer la société et la justice de son époque. Une justice aveugle qui condamne les pauvres gens pour des motifs souvent dérisoires, des peines disproportionnées, des prisons pleines de ces pauvres réduits à l'état de bêtes, malades et se faisant dessus, des convois de déportés où l'on meurt en plein soleil dans l'indifférence des nobles qui quittent la ville en calèche pour aller se rafraîchir dans leurs isbas de campagne... A travers Nekhlioudov, Tolstoï démontre l'injustice de cette société féodale où les nobles possèdent tout et ont le droit de se servir sans vergogne sans prendre la responsabilité de leurs actions et ne devoir rendre de compte à personne. Il remet en cause les privilèges, plaide pour que les terres soient rendues aux paysans qui la cultivent, dénonce la pourriture et l'inutilité des prisons, la corruption, le zèle et la bêtise de fonctionnaires devenus des machines à faire respecter une loi inhumaine, accuse les religieux de participer à ce système en justifiant les peines par le repentir tout en prônant le pardon et la justice entre les hommes. Il dénonce aussi le sort des femmes, même si quelques vieux relents misogynes tenaces apparaissent à un moment du récit.

Les spécialistes de Tolstoï s'accordent pour dire que Résurrection est le plus mauvais des trois grands romans de l'auteur. Je n'en sais rien, je ne suis pas spécialiste. Mais si on lit ce livre pour y suivre un récit, alors je pense qu'on peut être déçu car au final les relations entre Nekhlioudov et Katioucha sont réduites à la portion congrue. Si l'on comprend que ce roman est un pamphlet presque révolutionnaire, alors on y trouvera une dénonciation argumentée et richement illustrée de la société russe de l'époque, où les contestataires à l'ordre établi finissaient en prison avec la complicité d'une population pauvre lobotomisée de travail et abrutie d'ignorance et de la population riche qui n'est pas prête à remettre en question ses privilèges ancestraux...

Passionnant

9 étoiles

Critique de Vigneric (, Inscrit le 26 janvier 2009, 48 ans) - 7 mai 2013

Pour moi c'est un grand Tolstoï, un peu en dessous de Guerre et Paix, mais à peine.
J'ai aimé les personnages qui sont profonds et complexes. L'évolution du personnage principal tout au long de l'histoire est parfaitement bien décrite.

Forums: Résurrection

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Résurrection".