Un repas en hiver de Hubert Mingarelli

Un repas en hiver de Hubert Mingarelli

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Ndeprez, le 17 octobre 2012 (Inscrit le 22 décembre 2011, 43 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 14 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 321ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 177 

Magnifique

Sur les recommandations de mon libraire indépendant préféré (Resonances à Avion), et bien qu'il connaisse mes goûts pour les polars et thrillers , j'ai acquis ce livre de Hubert Mingarelli.
Nous suivons la destinée de trois soldats dans un paysage plus qu'enneigé, traquant le Juif, et mourant de faim et de froid,ils trouvent refuge avec un de leurs prisonniers dans une maison abandonnée où ils vont préparer un repas de fortune.
Arrive un polonais visiblement très antisémite, s'invitant à ce "banquet"....

Magnifique de bout en bout , très court et très vite lu, ce récit bouleverse par son (in)humanité.Les soldats allemands étaient-ils tous des bourreaux ? Le peuple n’était-il pas encore plus extrémiste que les militaires ?
Un très très bon livre dont le prix un peu élevé pour sa taille ne doit absolument empêcher sa lecture.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Un repas en hiver [Texte imprimé], roman Hubert Mingarelli
    de Mingarelli, Hubert
    Stock
    ISBN : 9782234071728 ; EUR 17,00 ; 22/08/2012 ; 144 p. ; Broché
  • Un repas en hiver [Texte imprimé], roman Hubert Mingarelli
    de Mingarelli, Hubert
    J'ai lu / J'ai lu
    ISBN : 9782290070789 ; EUR 7,20 ; 15/01/2014 ; 123 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Nuit d'insomnie

5 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 22 septembre 2015

Lire c'est percevoir (grâce au ciel).
Pour ma part j'ai été très déçu par ce texte qui se veut si froid qu'il se dénature. On sent poindre des thèmes : l'amitié, les relations père-fils, la honte, l'armée qui écrase... mais rien n'est vraiment abouti.
Le livre manque cruellement de rythme. Bref un de nous deux n'aimait pas l'autre.

Le dilemme.

8 étoiles

Critique de Myrco (village de l'Orne, Inscrite le 11 juin 2011, 70 ans) - 2 septembre 2015

Dans ce court récit, dense, de facture classique, écrit dans une prose assez minimaliste, et que j'ai lu d'une traite, Mingarelli nous propulse au cœur de ce que l'Histoire a retenu sous le nom de Shoah par balles et ce, dans la peau de trois simples soldats allemands.
Des hommes ordinaires, plutôt même des braves types, dotés de sensibilité (le flocon brodé), capables de fraternité, de reconnaissance, embarqués dans une horreur qui les dépasse, bras exécuteurs d'ordres iniques. Mais avaient-ils d'autres choix hors celui de l'héroïsme du refus, au péril de leur propre vie sans doute? Comme le dit Frunny, qu'aurions-nous fait à leur place?
Parce qu'ils ne peuvent plus supporter ce "travail" qu'on leur impose, ils usent de la seule latitude dont ils disposent entre participer directement à la tuerie ou traquer, sans conviction, les futures victimes... Et leur choix n'est peut-être pas le moins difficile: endurer ce froid glaciaire de l'hiver polonais, marcher des kilomètres à moitié enfoncés dans la neige, le ventre vide au bord de l'inanition. Mingarelli a l'art, par la lenteur du récit, l'accumulation de petits détails matériels qui peuvent paraître inutiles mais sont en réalité loin de l'être, de nous faire éprouver la pénibilité de leur condition, de mettre au centre du récit cet instinct de survie, qui dans le contexte détermine toute action: on a froid avec eux, on a faim avec eux, on salive avec eux devant ce rêve de soupe qui peine à se concrétiser.
Oui, ces hommes ont une conscience, même s'ils veulent l'anesthésier pour se protéger, depuis qu'un geste d'humanité vis à vis de leurs victimes s'est retourné contre eux. Mais devant la bête immonde qui surgit à leurs yeux à travers le personnage du polonais antisémite, de dégoût leur conscience se réveille...Laisser échapper ce jeune homme juif dont l'un d'entre eux se dit qu'il pourrait être son fils suffirait-il à leur redonner un peu de bonne conscience? Cela pourrait-il changer la face des choses? Revenir bredouille, c'est à nouveau être confronté à l'insupportable, dès le lendemain. Dans cet enfer, il faut parvenir à survivre, jour après jour...

Mingarelli nous livre là un récit fort, humain... trop humain, remarquablement amené et construit jusqu'au dilemme final, un récit qui questionne notre propre conscience et peut infléchir notre perception de ceux qui se sont trouvés du mauvais côté de l'Histoire. Un récit qui devrait laisser des traces dans ma mémoire.

N.B:Si je n'avais pas été tentée de le hiérarchiser par rapport à deux autres livres de qualité lus auparavant dans le cadre du même Prix CL, je lui aurais peut-être attribué 5 étoiles compte tenu de mon plaisir à lire ce texte.

Intéressant ...

6 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 39 ans) - 26 août 2015

Je ne reviendrai pas sur le résumé du roman déjà fait par d'autres CLiens. Mon avis sera très proche de celui de Saint Jean-Baptiste. Le roman repose sur une bonne idée et repose sur un problème humain intéressant, mais je dois reconnaître que j'ai ressenti de l'ennui durant sa lecture. Seules les 25 dernières pages m'ont captivé et je les trouve particulièrement réussies. J'aurais voulu partager l'enthousiasme général, mais je ne suis pas parvenu à entrer dans ce roman.

Ce texte impose une certaine lenteur, ce qui est cohérent avec ce qui est décrit, mais cette lenteur a souvent été un obstacle. L'inquiétude de ce père pour son fils ne m'a pas vraiment touché et le roman reste essentiellement descriptif ( le feu et l'élaboration du repas ). J'aurais bien voulu appuyer sur le bouton "avance rapide". Le style ne m'a pas particulièrement plu. Je l'ai lu parce qu'il fallait le lire, sans parvenir à m'y intéresser. Cela reste assez frustrant quand je lis vos critiques. En même temps, les goûts et les couleurs ...

Je n'ai pas un avis négatif sur le roman. L'idée est bonne, la relation qui unit les trois soldats au polonais est intéressante. On a presque le sentiment parfois que la guerre n'est plus contre le Juif, mais contre le polonais édenté. C'est aussi un sacré défi de décrire une seule soirée durant ces pages. Mais il doit manquer le petit truc qui fait que j'aurais pu aimer. Tant pis pour moi ...

Quelque chose m'a gêné

5 étoiles

Critique de Ben75011 (Paris 11e, Inscrit le 19 février 2014, 31 ans) - 17 juin 2015

Pour résumer ce livre en quelques mots, ce sont trois soldats Allemands qui se retrouvent missionnés par leur chef, et après une longue journée de marche, partagent et passent la nuit dans une maison.

J'ai bien aimé l'ambiance, c'est bien décrit et on se retrouve confiné dans cette ambiance de huis-clos. Vous sentez le froid qui attaque les soldats au cours des pages qui défilent.

Cependant, ces trois soldats vont ramasser un juif (il s'agit d'une traque au juif) et je n'ai pas du tout aimé la manière dont ce dernier personnage a été traité. Mi homme, mi bête, cette traque et rétention est à la limite de toute humanité.

Cela m'a laissé assez mal à l'aise une fois le livre terminé.

Une bonne intrigue, mais...

6 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 83 ans) - 3 mai 2015

Dans toutes les armées du monde on vous dira : le soldat n'est pas là pour penser, il est là pour exécuter les ordres ! Mais nous avons affaire, ici, à trois soldats qui font plus qu'exécuter les ordres. Pour échapper aux corvées de la caserne, dont la plus pénible est de fusiller des innocents, ils vont dans la forêt pour traquer des victimes et les ramener au camp.

Ce sont, à mon avis, des hommes encore pires que les autres. Et pourtant, ils en découvrent un, qui est encore plus abominable qu'eux ; et cet homme ranime le tout petit peu de conscience qui leur reste... Oh ! pas pour longtemps ! à la guerre la conscience n'a pas sa place. Tel est le thème du livre.

Ce thème n'est pas nouveau mais il est bien traité. L'auteur a bien évoqué le cas de conscience de ces soldats. Les décors sont bien plantés et les souffrances endurées sont bien évoquées.
Mais le récit manque de densité. Le début est trop lent et l'histoire s’embarrasse de trop de détails inutiles. C'est dommage parce que tous les ingrédients étaient là pour susciter l'émotion forte que le thème laissait prévoir. Alors, à mon avis, un bon livre, oui ! mais pas un grand livre.

A hauteur d'hommes....

9 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 54 ans) - 21 mars 2015

Hubert Mingarelli est un écrivain français né en 1956 en Lorraine.
Il commence à publier à la fin des années 1980, lauréat du Prix Médicis en 2003 pour son roman "Quatre Soldats".
Auteur fécond qui a reçu de nombreux prix littéraires.
"Un repas en hiver" parait en 2012 (Stock).

Le roman s'ouvre sur la marche de 3 soldats dont la quête sera révélée ultérieurement.
Cette marche va les conduire dans une sombre et glaciale maison polonaise, décor du roman.
Nous sommes au coeur de la 2 ième guerre mondiale, en Pologne.
Les 3 soldats allemands frigorifiés et affamés vont préparer un repas en présence de leur victime.

Une oeuvre courte, dense où la symbolique est omni-présente.
Une trame narrative "à hauteur d'hommes"... Les silences, les rires, les malaises, l'humanité de ces hommes "bourreaux enrôlés".
Une étrange fraternité naît dans ce bref moment de trêve.
L'auteur parvient magnifiquement à nous faire "aimer" ces 3 soldats et nous questionne sur le " Qu'aurions-nous fait à leurs places ? "
Un incroyable moment de lecture !

un autre point de vue

8 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 44 ans) - 16 février 2015

Bauer, Emmerich et le narrateur sont des soldats de l'armée allemande, actuellement en Pologne. L'armée et la guerre ont rapproché ces quarantenaires, bien que leur "vie d'avant" et leur caractère soient différents. Ils partent tous les trois en reconnaissance dans le froid sur les inhospitalières terres polonaises. Leur but officiel est de chasser et ramener au campement des juifs en fuite, mais officieusement, ils cherchent surtout à échapper à la journée de corvée de "fusillade" des prisonniers.
Il fait horriblement froid. Presque par hasard, ils découvrent un fuyard qui se cachait sous la neige. C'est une aubaine, qui leur permettra sans doute d'échapper de nouveau aux corvées dont ils ne veulent pas. Pas pressé de rentrer au camp, ils s'arrêtent avec leur prisonnier dans une maison abandonnée pour s'y restaurer et se réchauffer. Faire un feu dans le vieux poêle est une gageure. C'est alors qu'un Polonais s'invite au repas improvisé.

Avec son repas en hiver, H. Mingarelli nous propose de découvrir et de se mettre à la place de soldats allemands lors de la seconde guerre mondiale. Roman d'atmosphère, les premières pages sont lentes, avec des répétitions, comme cautérisées par la neige qui virevolte dans le paysage ouaté. A l'image de la semoule italienne qui n'en finit pas de cuire, j'ai trouvé que le livre prenait de la consistance au fil des pages.
Le parti pris de l'auteur est d'évoquer pour nous le quotidien des soldats allemands. Non, ils n'étaient pas tous nazis. Les trois personnages principaux, Bauer, Emmerich et le narrateur, essaient surtout de survivre à la guerre. Leurs conditions de vie ne sont pas des plus simples : en état de guerre, eux aussi connaissent le rationnement, la discipline militaire est aussi exigeante que partout ailleurs, l'environnement inhospitalier. Militaires, ils obéissent aux ordres, même quand ceux-ci consistent à fusiller les prisonniers qu'ils connaissent parfois. Ils obéissent, mais ça ne veut pas dire qu'ils approuvent ou apprécient ce qu'on leur demande.
Le talent d'H. Mingarelli est de se servir d'un étranger au duo "allemand-juif", d'un Polonais, vulgaire et raciste, pour servir de révélateur à la conscience de ces hommes. Parce que le comportement du Polonais leur déplaît au plus haut point, parce que ce dernier maltraite un prisonnier résigné qui se comporte dignement, le regard des trois compères sur "leur Juif" va évoluer. Alors vont s'affronter l'humanité et la prise (crise ?) de conscience de l'un face au devoir à accomplir et au bien-être des autres.
Un livre à découvrir, assez original, bien écrit, humain. Certes. Mais dont le contenu, survenant juste après la lecture de livres évoquant cette guerre, comme par exemple "Si c'est un homme" de P. Levi, me laisse un goût de cendres dans la gorge.

Parce que si vous voulez savoir ce qui moi me faisait du mal, et qui m'en fait jusqu'au jour de maintenant, c'était de voir ce genre de choses sur les habits des Juifs que nous allions tuer : une broderie, des boutons en couleur, ou dans les cheveux un ruban. Ces tendres attentions maternelles me transperçaient. Ensuite je les oubliais, mais sur le moment elles me transperçaient et je souffrais pour les mères qui s'étaient donné ce mal, un jour. Et ensuite à cause de cette souffrance qu'elles me donnaient, je les haïssais aussi. Et vraiment je les haïssais autant que je souffrais pour elles.
Et si vous voulez savoir encore, ma haine était sans fin lorsqu'elles n'étaient pas là pour serrer contre elles leurs joies sur terre pendant que moi je les tuais. Un jour, elles avaient brodé ou mis un ruban dans les cheveux, mais où étaient-elles lorsque je les tuais ?

Huis-clos glacial

9 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 61 ans) - 8 février 2015

Trois allemands, pour éviter d'être "de fusillade" obtiennent l'autorisation de partir à la chasse.
Il faudra quelques pages pour découvrir qu'ils partent chasser le juif.
Et dans ce paysage hivernal polonais glacial, les trois hommes vont rapidement en trouver un.
À l'abri dans une maison abandonnée, ils seront rejoints par un polonais.
Mais la haine et l'antisémitisme de ce polonais envers ce juif résigné et docile, l'enfermement dans cette masure glaciale, la lutte contre le froid et la faim finiront par ébranler les convictions du trio allemand.

Si les premières pages de descriptions m'ont semblé un peu longues, le voile se lève doucement sur la réalité glaciale et atroce de ces hommes, sur l'autre côté de la guerre, celui qu'on connait moins, sur ces soldats qui devaient fusiller chaque jour d'autres hommes, comme un travail banal quotidien, leur interdisant pour leur propre survie, tout rapprochement avec leurs victimes.

Un récit émouvant, bref, concis, des mots justes pour faire comprendre l'essentiel.

Constantes mingarelliennes

9 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans) - 8 janvier 2015

Des hommes – que des hommes - unités de temps, de lieu … Des constantes mingarelliennes …
Une étude de mœurs par temps de guerre. En hiver, vers le lointain Est – en Pologne ici – « Un repas en hiver » louche fortement du côté de « Quatre soldats » qui valût le Prix Medicis 2003 à Hubert Mingarelli. De femmes, point, mais c’est une habitude.
Le contexte est rude : c’est la guerre, l’hiver, en Pologne. Trois Allemands, soldats d’occasion et d’infortune, tentent de survivre à l’horreur, entre les exécutions de juifs qu’on leur demande d’effectuer, la faim, le froid … Situation extrême qui les fait se porter volontaire pour une chasse au juif dans la plaine enneigée, à jeun, plutôt que de participer aux exécutions sommaires. Ils vont en trouver un, de juif, et tenter de passer le reste de la journée planqués, à se confectionner une sorte de « repas » dans une maison abandonnée, havre improbable en ces temps de misères morale, physique …
Et puis arrive un Polonais – soldat ? – pour le coup violemment antisémite, et les cinq vont cohabiter par force quelques heures, le temps de la préparation du repas et de sa consommation. Le Juif enfermé, déjà résigné, le Polonais remonté comme « un coucou suisse » et nos trois gaillards, soldats d’occasion, hommes perdus, dépassés comme toujours chez Mingarelli.
C’est merveilleux de justesse, terrifiant de misère … C’est une plongée dans ce que des âmes humaines peuvent faire pour tenter d’échapper à l’inhumanité dans lesquelles elles sont immergées. Avec des mots simples, des phrases simples, des sentiments simples, Hubert Mingarelli nous fait participer à l’innommable. Ca a existé. Ca existe encore. La bête immonde ne fait que sommeiller dans la nature humaine. Survivre quand elle est réveillée, c’est ce que nous décrit Hubert Mingarelli. Enfin, survivre … tenter de survivre …

Le froid glacial d'une horreur passée

10 étoiles

Critique de Pieronnelle (Dans le nord et le sud..., Inscrite le 7 mai 2010, 71 ans) - 13 décembre 2014

Etrange ce petit livre ; qui évoque l’horreur avec douceur dans un univers de froid et pourtant de chaleur. Enfin, de chaleur humaine entre ce petit groupe de trois soldats allemands, hommes bien ordinaires qui se trouvent confrontés à un ordre monstrueux : exterminer des groupes de juifs chaque jour, et qui préfèrent aller chasser dans la forêt ceux qui ont pu fuir afin d’échapper à ce qui les rend de plus en plus malades...
Alors il parlent de leurs vies, s’attendrissent sur le fils de l’un d'eux et ce décalage entre leurs rapports d’hommes simples démunis par les petits problèmes de leurs “vraies” vies, celles d’avant, d’avant la folie dans laquelle ils ont été plongés sans idéologie mais uniquement par devoir militaire, ce décalage rend particulièrement fort le tragique de la situation.
La belle idée c’est ce “repas en hiver” dans une cabane qui va réunir ces soldats avec un juif et un polonais.
Le juif qu’ils vont débusquer dans son trou où il s’est enterré avec seulement une petite cheminée de respiration ;
Le polonais qui va s’avérer bien plus cruel que les soldats à cause de son antisémitisme révoltant.
Ils ont froid ; froid qu’ils préfèrent affronter plutôt que de se retrouver face à un charnier ; froid qui vient de ce désespoir qui s’est infiltré en eux. Et face à ce juif replié comme un chien dans un coin de la cabane où va se dérouler ce repas, ils ont conscience d’un sentiment d’humanité. Sentiment qui va les déstabiliser, les amener à rejeter ce polonais qui symboliquement par son antisémitisme représente cette horreur qu’ils sont obligés d’assumer. Car eux ils ne le sont pas antisémites ; d’ailleurs ils ne sont plus grand chose, ils ne comprennent plus rien et ce n’est même pas leurs vies qu’ils désirent sauver ; ils veulent seulement ne plus avoir à tirer sur des hommes nus, sans défense. Ils ne sont pas en guerre mais en enfer. Car s’il leur arrivait un seul instant, de voir ces juifs comme des hommes, le moment du passage à l’acte devenait insupportable :

“Au début de l’automne, au mois d’octobre, deux juifs, deux frères, on pensait, avaient fait notre linge. Ils le savonnaient, le mettaient à bouillir dehors dans une baignoire et l’étendaient. Parfois nous passions à côté d’eux. Parfois nous les regardions travailler. Un jour comme ça, après les avoir regardés un moment, nous leur avions parlé de leur façon de rincer. (...) Sauf que, lorsque leur tour vint, on se souvenait tous bien les uns des autres.(...) Et par malchance pour eux, pour nous, parmi la centaine qu’ils étaient ce jour-là, c’est devant Bauer et moi qu’ils s’allongèrent sur le ventre, dans la clairière (...) Alors bien obligés on tira sur nos laveurs de linge, et juste avant, l’un des deux nous avait jeté un regard plein de tristesse, parce qu’il allait mourir, bien sûr, mais aussi nous avait-il semblé, parce que c’était nous qui le tuions.”

Il est vrai que le nazisme dans toute son énormité monstrueuse a occulté ce qu’ont pu être les états d’âme de ces simples soldats qui ont été obligés d’exécuter ces ordres d’extermination en masse. Il semble d’ailleurs qu’il y ait eu de telles perturbations dans les comportements de ces soldats que les nazis ont été “obligés” d’utiliser d’autres méthodes...

Un très beau livre où le froid glacial de cette horreur passée nous envahit...

Une journée en hiver

10 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 55 ans) - 12 décembre 2014

L'auteur nous décrit une journée de trois soldats allemands envoyés par leur hiérarchie débusquer des Juifs. Cela se passe dans une forêt polonaise en plein hiver. Les conditions climatiques sont désastreuses mais nos trois soldats préfèrent partir à la chasse que de participer à des fusillades qui les rongent et qui hantent leurs nuits.
Trouver au moins un Juif et le ramener au camp, sera leur laissez-passer pour retourner à la chasse et rater la prochaine fusillade...
Ils en trouvent un et décident de manger chaud dans une petite maison abandonnée.
Ils feront la connaissance d'un Polonais antisémite.
La cohabitation de ces cinq personnes n'est pas évidente, pas plus que de faire du feu sans bois pour faire de la soupe à base de neige.
Très belle description de l'atmosphère. J'avais froid en lisant ce livre!
Ce roman nous amène à nous poser beaucoup de questions même après avoir refermé le livre.
Une très belle sélection CL.

Je savais que c'était un petit bijou...

10 étoiles

Critique de LesieG (CANTARON, Inscrite le 20 avril 2005, 53 ans) - 12 décembre 2014

Et je ne me suis pas trompée.
C'est vrai que le livre est très court (124 pages), mais quelle intensité.
Je ne saurai dire si c'est la relation entre les personnages- décrite avec pudeur et retenue, le fond de l'histoire- qui est quand même assez difficile à aborder ou l'ambiance qui est très lourde qui m'a le plus interpellée.
Quoi qu'il en soit, j'ai tellement eu envie de faire durer ce livre, que je l'ai lu très doucement et en tirant en longueur pour pouvoir en profiter le plus longtemps possible.
En tous les cas, c'est un très bon choix pour le prix CL que je remercie pour m'avoir fait découvrir ce roman.

On reste sur sa faim!

4 étoiles

Critique de Hazdu (, Inscrit le 21 février 2011, 49 ans) - 29 janvier 2013

Il s'agit d'une nouvelle et non d'un roman.
Mingarelli a misé sur la sobriété, cela se ressent dans la lecture. L'évocation du froid est particulièrement bien réussie car ressentie physiquement. Je regrette l'expression malheureuse et péjorative de "sale petite maison polonaise"

Forums: Un repas en hiver

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Un repas en hiver 2 Catherine de france 19 mars 2015 @ 22:03

Autres discussion autour de Un repas en hiver »