Rani, Tome 3 : Esclave de Alcante (Scénario), Jean Van Hamme (Scénario), Francis Vallès (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Shelton, le 29 septembre 2012 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 1 271 

Une suite attendue...

Avec le temps, nous devenons excessivement exigeants avec le scénariste Jean Van Hamme. C’est assez normal et c’est bien de sa faute. Il nous a enchantés avec Thorgal, XIII, Largo Winch, Les maîtres de l’orge, SOS Bonheur… et j’oublie quelques autres petits bijoux… Du coup, chaque fois qu’il signe ou cosigne un album, l’attente est très élevée. Trop ? Peut-être ! Cela explique que nous attendions trop de chaque nouvel album…

Lors du premier album de Rani, j’ai dit, ici et ailleurs, à la radio et par écrit, ma satisfaction, ma double satisfaction même ! D’une part je retrouvais l’association artistique et narrative Van Hamme-Vallès qui m’avait émerveillé dans la série des Maîtres de l’orge. Mais en plus, le ton du premier album me replongeait dans les romans feuilletons du dix-neuvième siècle, avec rebondissements multiples, nombreux personnages, ambiance cape et épée… bref, que du bonheur ! Je sais que certains avaient pointé, non sans raison, un début très classique, mais on pouvait attendre de Jean Van Hamme quelques pirouettes scénaristiques pour nous emporter dans un récit magique et extraordinaire…

Certes, cela ne vous aura pas échappé, Jean Van Hamme ne travaille pas seul. Les mauvaises langues iront même jusqu’à s’interroger sur son travail. La présence d’Alcante est-elle une aide réelle ou une façon déguisée d’utiliser un nègre ? Mais, quant à moi, je ne pense pas ainsi. Je crois que Jean Van Hamme voulait réellement une aide et il a choisi Alcante car il avait apprécié ses différents travaux. Alcante a travaillé à partir d’un scénario TV et il l’a adapté à la bande dessinée. Mais si Alcante a pu réussir seul – que l’on pense à Pandora Box !– il est évident que de travailler avec un maître n’est pas aussi simple. Faut-il faire du Van Hamme ou de l’Alcante ? En l’occurrence, on se demande même s’ils ne sont pas en train de faire du Dumas ou, pire, du Anne et Serge Golon ? Oui, il se pourrait bien que cette série qui promettait beaucoup ne s’enlise que dans une sorte d’Angélique marquise des anges…
Je sais que je suis certainement un peu dur car finalement j’ai lu ce tome trois avec plaisir, mais je crois que j’attendais plus, tout simplement. Jolanne, pour ceux qui n’ont pas lu les deux premiers tomes de la série, a été piégée par son demi-frère, s’est retrouvée condamnée à mort pour un crime qu’elle n’avait pas commis, et elle a réussi à sauver sa vie en prenant l’identité d’une prostituée sur le point de partir pour les colonies. Jolanne arrive donc au comptoir français de Mahé, sous le nom de Jeanne Dubois. Elle est vendue comme femme de joie à madame Rose, la tenancière du bordel local… et c’est ainsi que nous entrons dans ce troisième opus de Rani.

Je ne veux pas tout vous raconter, mais Jeanne veut s’en sortir, elle ne veut pas mourir à Mahé, elle veut se venger de tout ce qu’elle a déjà souffert et enduré. Elle va donc en un tome devenir tenancière du bordel et trouver les moyens de tenir à sa merci le gouverneur, le prêtre local, les bourgeois, les commerçants et même les autochtones…

Malheureusement pour elle, il semblerait que certains n’entendent pas la laisser agir à sa guise. Il y a un personnage mystérieux qui connaît sa véritable identité… et, aussi, un certain prisonnier qui vient d’arriver à Mahé qu’elle connaît bien… ces connaissances deviendront-elles des obstacles ou des alliées, ce sera l’objet de la suite car comme dans les feuilleton, c’est le « à suivre » qui est le plus important ou presque…

La narration graphique de Francis Vallès est toujours aussi limpide, agréable, classique. De ce côté, aucune déception. L’univers du dix-huitième siècle aux Indes est bien incarné et nous nous y mouvons, pas toujours avec plaisir car les temps sont difficiles, mais avec un bonheur de lecteurs indiscutable…

Enfin, je dois avouer que je n’ai pas du tout suivi Rani à la télévision et donc je ne vous en parlerai pas du tout. Est-ce fidèle ? Aussi bien agencé ? Si vous avez vu la série, vous connaissez probablement la fin de l’histoire de Jolanne, moi, patiemment, j’attendrai les cinq albums annoncés pour clore la série en espérant ne pas me lasser, bien sûr !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Rani

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Rani, Tome 3 : Esclave

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Rani, Tome 3 : Esclave".