Human Punk de John King

Human Punk de John King
(Human punk)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Patman, le 20 septembre 2012 (Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 57 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 009ème position).
Visites : 1 963 

No Future (ou presque...)

Joe a 15 ans en cet été 1977... Il vit à Slough, ville satellite du Grand Londres, autant dire nulle part... Et quand on a 15 ans à Slough en 77, on est Punk ou Skin... Joe et ses potes Gary (dit Smiles), Dave et Chris ont opté pour la version Punk. Ils ne jurent plus que par les Pistols ou The Clash. Boire des "snakebites", s'envoyer du speed et mater les filles plus âgées et donc inaccessibles, voilà la vie de ces gamins de banlieue... Et puis y'a les bastons bien sûr, avec les Teds ou les Skins. C'est au soir de l'une de ces bastons que Joe et Smiles sont roués de coups et jetés à l'eau... Joe s'en tire bien, mais Smiles garde des séquelles mentales irréversibles après plusieurs semaines de coma...

Eté 1988... Joe vient de passer 3 ans en Asie. Barman à Hong-Kong, il est parti pour faire un long séjour en Chine. C'est là qu'il apprend le suicide de Gary qu'on n'appelait plus Smiles depuis longtemps...

Eté 2000... Joe est maintenant un DJ... l'époque Punk est bien loin derrière, mais les souvenirs sont bien présents pourtant encore dans sa mémoire. Dans un cimetière, il rencontre Gary ! Mais est-ce bien lui ????

Superbe roman de John King, peut être le meilleur. Moins violent que ses livres sur les Skins et Hooligans, l'histoire touchante d'un gamin de la banlieue londonienne en ces années noires du thatchérisme et de la récession.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

God save the queen !!!!

10 étoiles

Critique de Pytheas (Pontoise - Marseille, Inscrit le 5 avril 2012, 54 ans) - 10 décembre 2012

L’histoire, c’est celle de 4 garçons d’une quinzaine d’années, issus de milieux modestes dans la banlieue Sud de Londres, une ville nouvelle, Slough, comme il en a fleuri tant dans les années 70’ autour de Londres comme autour de nos grandes villes.
Joe, le narrateur a 15 ans en 1977 il aime la Bière, la Baston, sortir avec ses potes, Smiles, Dave et Chris et par-dessus tout, la musique Punk, celle qui raconte sa vie dans la banlieue, celle qui ne fait pas de fioriture, celle des Pistols, de Clash, des Saints ou des Ramones.
L’essence de ce livre est là, dans ce que représente le mouvement punk pour la jeunesse des banlieues Anglaises, ce sentiment d’abandon, d’horizon bouché par un no man’s land culturel, cette pensée nihiliste faite d'anti-autoritarisme et d'anarchisme. Être Punk n’est pas simplement aimer la musique Punk, c’est une philosophie celle du « No Future », il est intéressant de voir que comme beaucoup de mouvements musicaux, le Punk, nait d’une remise en cause de la société, mais contrairement à la plupart des autres il ne sera pas récupéré et il en mourra. Le parallèle est facile à faire avec le rap qui lui aussi a été un mouvement de révolte de nos cités mais qui a été aujourd’hui récupéré par l’establishment qui, d’un mouvement qui devait déstabiliser le monde, a fait un produit marketing. Il faut reconnaitre que nos grands médias sont forts pour endormir le peuple en colère.
Lors d’une bagarre de rue Joe et Smiles sont pris à partie et jetés par-dessus la rambarde d’un pont, dans le canal, Joe s’en sort, mais n’est pas assez prompt pour secourir son pote, qui restera des semaines dans le coma et qui en sortira transformé. Après cet épisode Smiles ne sera plus jamais tout à fait le même et petit à petit basculera dans la folie….
Nous retrouvons Joe en 1988 au retour d’un séjour de 3 ans en Asie, il a appris la mort de Gary (Smiles) et rentre chez lui pleurer son ami. Sa conscience Punk est toujours ancrée en lui. Il a fait son chemin, fait de petits boulots et de chambres miteuses de Hong Kong à Pékin en ayant juste cette impression d’être libre et de ne rien devoir, de ne pas avoir cherché à exploiter son prochain, en paix avec lui-même. En paix, pas tout à fait, Joe continue de se poser des questions sur sa part de responsabilité dans la folie de son ami Smiles et aujourd’hui dans son suicide. De retour au Pays, dans sa banlieue Joe retrouve ses amis Dave et Chris qui eux n’ont pas bougé, a-t-il vraiment changé ? Son expérience l’a-t-elle éloigné d’eux ?
2000, Joe est toujours à Slough, il est bien, tranquille, ses amis Dave et Chris sont toujours là, il mène sa barque comme il l’entend, ne devant rien à personne, il travaille en indépendant achète et vend des vieux disques de Punk et autres il deal un peu et est DJ amateur dans un groupe à 3 avec Alphonso et Charly, tout se passe bien, il est resté fidèle à lui-même et à la musique, ne se reniant jamais. Le souvenir de Smiles toujours présent. Jusqu’au jour où …….
Nous retrouvons dans le livre de John King un peu de « Full Monthy » un zeste d’ « Orange mécanique » et beaucoup de « Trainspotting » l’insouciance et la violence, un décor sinistre, un gouvernement qui dresse les minorités les unes contre les autres pour ne pas avoir à régler les problèmes de fond. Ce livre est dédié à Georges Orwell, Big Brother existerait il ?
Pour ceux qui comme moi avaient une quinzaine d’années à la fin des années 70` vous ne sortirez pas indemnes de cette lecture.

Forums: Human Punk

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Human Punk".