Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
(The Buddha in the attic)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par TRIEB, le 13 septembre 2012 (BOULOGNE-BILLANCOURT, Inscrit le 18 avril 2012, 67 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (464ème position).
Visites : 8 573 

ODYSSEE JAPONAISE

La lecture de certains romans s’apparente, parfois, à une révélation douloureuse, une évocation puissante, grave. Celui de Julie Otsuka Certaines n’avaient jamais vu la mer est de ceux-là : c’est l’odyssée de jeunes japonaises , à qui on a promis de se marier en émigrant aux Etats-Unis pour rejoindre leurs compatriotes déjà établis en Amérique et censés leur apporter le bonheur conjugal , l’accès à l’aisance matérielle .

Hélas , ces candidates naïves sont cruellement déçues .Elles le sont dès leur traversée en bateau , accomplies dans les pires conditions , plus proches des transports d’esclaves que d’un voyage ordinaire . A leur arrivée, elles endurent des conditions de travail atroces, sont violées par leurs maris, êtres frustes, rustres, dont les métiers réels sont bien moins prestigieux qu’annoncés à leur départ du Japon.


Ce récit, c’est toute une chronique de la vie de ces immigrants japonais des années trente aux Etats-Unis, dont la cohabitation avec les Américains est difficile, parsemée d’embûches, dont l’éloignement culturel des deux civilisations n’est pas la moindre. La maîtrise de la langue anglaise par ces femmes est laborieuse, elles ne parviennent à apprendre que quelques mots durant leur séjour.

Puis vient l’épisode, le plus cruel, le plus bouleversant , de l’annonce par le gouvernement américain, de leur internement dans des camps du fait de l’entrée en guerre avec le Japon en 1941 , et la suspicion qui pèse alors sur ces immigrants , suspectés de traîtrise et de duplicité vis-à-vis de l’Amérique . La description des conditions du départ de ces Japonais de la côte ouest des Etats-Unis est poignante, bouleversante : « Nous possédions toutes les vertus des Chinois-travailleurs, patients, d’une indéfectible politesse-, mais sans leurs vives-nous revenions moins chers à nourrir que les migrants d’Oklahoma et d’Arkansas, qu’ils soient ou non de couleur Nous. Etions la meilleure race de travailleurs qu’ils aient jamais employée au cours de leur vie. »

Après leurs départs, la question, cruelle, est posée : ont-ils existé ? Ou sont-ils ? Des enseignes de commerce, à la consonance anciennement japonaise sont américanisées, des demeures sont à l’abandon, de jeunes élèves se demandent ce que sont devenus leurs condisciples nippons.
Julie Otsuka a parfaitement réussi à évoquer cet événement douloureux, et largement passé sous silence, de l’internement arbitraire d’immigrés japonais au début de la seconde guerre mondiale ; elle rappelle, s’il en était besoin, que le départ de son pays natal est toujours une souffrance, un arrachement, qui peut connaître des prolongements encore plus douloureux et dramatique .Un beau livre, bref, dense, qui frappe là où ça fait mal.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Certaines n'avaient jamais vu la mer [Texte imprimé], roman Julie Otsuka traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau
    de Otsuka, Julie Chichereau, Carine (Traducteur)
    Phébus / Littérature étrangère
    ISBN : 9782752906700 ; EUR 15,00 ; 30/08/2012 ; 144 p. ; Broché
  • Certaines n'avaient jamais vu la mer [Texte imprimé] Julie Otsuka traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau
    de Otsuka, Julie Chichereau, Carine (Traducteur)
    10-18 / 10-18
    ISBN : 9782264060532 ; EUR 6,60 ; 19/09/2013 ; 143 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fabuleux

8 étoiles

Critique de Krys (Haute-Savoie, Inscrite le 15 mars 2010, 36 ans) - 9 juin 2019

Très beau récit ! Original dans la manière d'amener les témoignages, original sur le sujet qui n'est pas souvent abordé... La lecture est rapide (je l'ai lu en une journée) car le rythme est soutenu. Une fois les premières lignes lues, on ne s'arrête pas !
On y découvre une culture japonaise d'avant-guerre, et encore une autre facette de la ségrégation et du racisme aux USA.
Je n'en rajoute pas, car les autres commentaires l'ont déjà largement décrit.
A lire !

Etonnant

6 étoiles

Critique de Eoliah (, Inscrite le 27 septembre 2010, 68 ans) - 10 juin 2018

Voilà un livre étonnant aussi bien pour le sujet traité que par le style adopté.
Il s'agit donc de mariages arrangés entre des Japonais installés aux USA et des Japonaises mariées à distance qui vont les rejoindre.
Plutôt qu'un roman ce serait un documentaire, d'abord le voyage et le profil des jeunes femmes. Dès ce moment on appuie sur la diversité des situations et des motivations avec une sorte d'inventaire à la Prévert. On comprend tout de suite que tout le monde a menti, les hommes n'ont pas une vie confortable et les femmes ont des choses à cacher. La vie que vivront les épouses nous est décrite de la même manière, domaine après domaine avec des énumérations très exhaustives: le travail, le logement, le comportement des hommes, celui des femmes, celui des patrons etc.... De fil en aiguille on voit la relative amélioration de leur condition de vie grâce à des choix audacieux.
La partie concernant la maternité et les enfants est présentée tardivement mais recouvre toute la période, on ressent parfaitement le basculement culturel dès la première génération née hors du Japon.
Le déplacement /expulsion/ disparition reste énigmatique mais l'atmosphère parfaitement rendue.
On ne sait pas trop où se positionne le narrateur, au début il serait une de ces femmes mais à la fin c'est plutôt un observateur.

water et go home.

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 16 avril 2017

Julie Otsuka a choisi pour thème ces jeunes femmes japonaises qui furent « importées » au début du vingtième siècle au pays de l'oncle Sam. L'Amérique avait besoin de main d'oeuvre et les japonais (hommes) qui s'occupaient des champs et des tâches ingrates (sous-payées) avaient besoin de compagnes, pas tellement pour leur bon plaisir mais surtout pour renouveler le « cheptel ». (mes excuses d'écrire avec aussi peu d'égards mais je transcris ce que j'ai ressenti de cette lecture),
Donc ces jeunes filles, choisies sur catalogue débarquèrent et virent que le rêve ne résistait que quelques secondes. Certaines à leur mort ne connaîtraient que deux mots d'anglais... water et go home.
L'auteure a choisi un style « en vrac » qui peut lasser mais qui m'a paru de bon ton, le texte est fluide, dur mais surtout vibrant.

« Nous avons accouché l'année du Chien, et du Dragon, et du Rat. Nous avons accouché par une nuit de pleine lune. Nous avons accouché un dimanche dans une grange et le lendemain nous avons attaché le bébé sur notre dos pour aller ramasser les fruits dans les champs. Nous avons accouché de tant d'enfants que nous avons vite perdu le compte des années. Nous avons accouché de bébés qui étaient citoyens américains au nom desquels nous pouvions enfin signer un bail pour exploiter la terre »
Puis vint la guerre... et comme tout le monde le sait jamais personne ne gagne une guerre : il n'y a jamais que des perdants.

Superbe livre.

Le chant du cygne

9 étoiles

Critique de Dededu59 (PARIS, Inscrite le 23 décembre 2012, 32 ans) - 20 mars 2017

J'ai été incroyablement touchée par cette histoire complètement omise de l'Histoire. Ces japonaises qui ont bravé l'Atlantique pour se retrouver dans les champs californiens. Violées, maltraitées, ... les roseaux se courbent mais ne cèdent jamais. L'écriture est majestueuse, poétique, lyrique, elle dénonce pourtant la violence et la dureté de cet évènement honteux. On doit saluer aussi la traduction qui retranscrit parfaitement l'atmosphère du livre.
Le travail d'investigation a dû être colossal compte tenu du peu de sources qui traitent de ce sujet délicat.
Ce livre m'a marquée et restera une de mes meilleures lectures.

Traite des « Jaunes ». Des femmes « jaunes » …

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans) - 19 octobre 2015

L’Amérique qui se donne volontiers l’image d’une nation jeune, dynamique et accueillante, cache quand même beaucoup de choses « sous le tapis ». Il y avait l’élimination des « Natives », un joli génocide tout de même (et n’oublions pas que l’Amérique ce sont d’abord les colons européens, nos parents en quelque sorte …), l’esclavage des Noirs qui perdura longtemps et dégénéra en ségrégation jusqu’à il y a peu finalement, pour le côté officiel –quant au côté officieux … !!
Il y a aussi le sort fait à la main d’œuvre japonaise (et chinoise aussi, selon probablement les mêmes modalités) venue des côtes lointaines de l’Asie. Une main d’œuvre appréciée, courageuse, travailleuse, pas foncièrement revendicatrice, mais soigneusement cantonnée tout de même. Cette main d’œuvre masculine, esseulée, il a bien fallu lui offrir des conditions minimales d’implantation. Une de ces conditions fut de faire venir des femmes ( !!!), des Japonaises, par bateaux entiers, pour les marier avec les travailleurs bloqués en Amérique. C’est l’histoire d’un de ces bateaux que nous raconte Julie Otsuka. Ou plutôt les histoires des femmes d’un bateau, de toutes ces femmes, en un gigantesque kaléidoscope qui porte le nom de « Nous ». Un « Nous » justifié par la similarité des histoires vécues.
Et l’on imagine bien qu’il ne s’agit pas d’histoires roses s’agissant de jeunes à très jeunes filles, plus ou moins vendues par leurs parents misérables, et convoyées en Amérique pour retrouver un « Roméo » qui ne ressemblera jamais à la photo échangée et dont la situation ne sera jamais celle décrite dans les lettres reçus. Evidemment la main d’œuvre japonaise importée n’avait pas des fonctions de négociants, de propriétaires, cette main d’œuvre relevait plutôt du lumpen – prolétariat.
Julie Otsuka raconte donc tout, depuis le choc subi par ces filles à la vision de ceux qui les attendaient sur le quai à l’arrivée du bateau à … la suite, vraiment pas reluisante, on s’en doute. Cerise sur le gâteau (si l’on peut dire !), celles qui étaient arrivées début des années trente, qui au bout d’une dizaine d’années pouvaient prétendre un peu mieux maîtriser une culture et une langue inconnues, se retrouvent confrontées, avec l’entrée en guerre du Japon contre les Etats-Unis en 1941 à une « déportation –internement » dans des camps du fait de la méfiance américaine vis-à-vis de ces Japonais, potentiels ennemis de l’intérieur.
Et là, ces évanescentes femmes qui ont tout subi disparaissent peu à peu de l’Histoire, s’évanouissant dans les limbes de l’ostracisme américain. Un destin terrible pour ces « Nous », un destin caché sous le tapis de « l’auto-légende » américaine.

... mais toutes ont pris le bateau

7 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 43 ans) - 2 janvier 2015

Certaines n'avaient jamais vu la mer, mais toutes ont quitté le Japon pour se marier avec un compatriote installé aux Etats-Unis. Elles quittent leur famille, leurs amis, leur pays, pour échapper à une vie à sarcler la terre pour se nourrir. Elles ignorent qui les accueillera à leur arrivée, et ont choisi leur fiancé sur la base de photos qu'on leur a envoyées, de lettres qu'ils leur ont écrit.
La traversée en cale dans des conditions déplorables n'est que la première des épreuves qu'elles traversent. L'Amérique manque de bras, les immigrés Japonais de femmes pour réchauffer leur lit et repousser la solitude de leur existence misérable. Les lettres envoyées sont des faux, et les photos datent de plusieurs années, ou sont celles d'amis ou d'inconnus.

Voilà un pan de l'histoire que j'ignorais complètement et dont les Etats-Unis ne doivent pas souvent se vanter : l'immigration officielle sous couvert de mariage de femmes japonaises pour servir de main d'œuvre dans les champs et de domestiques, entre les deux guerres mondiales ! Julie Otsuka se fait la voix multiple de ces femmes trahies par leur futur époux et par leur pays "d'accueil". Par absence de choix et de moyens, par honte, elles tairont à leur famille restée au pays les conditions misérables dans lesquelles elles vivent. Dans ce nouveau pays, elles perdront tout, leur vertu, leur dignité, jusqu'à leur culture.
Le procédé narratif de "Certaines n'avaient jamais vu la mer", en utilisant systématiquement le pluriel ("nous", ou "certaines") pour évoquer l'histoire de ces femmes, refusant de s'attacher à l'une ou l'autre pour mieux nous faire découvrir les destins multiples, donne un rendu souvent poétique. Pour ma part, il m'a gênée : à devoir m'attacher aux pas de toutes ces femmes, j'ai eu l'impression de n'en découvrir aucune. C'est dommage, car l'auteur nous en apprend beaucoup sur la culture japonaise et sur les conditions de vie des "petites gens" dans les années 30 aux USA.
Ce livre court est à découvrir, ne serait-ce que pour la jolie écriture de son auteur, l'originalité du procédé narratif, et l'évocation d'une page d'histoire très peu connue.

Et souvent en nous endormant nous nous prenions à penser à ce fils de paysan avec qui nous discutions chaque jour en rentrant de l'école – ce beau garçon du village voisin dont les doigts parvenaient à faire germer les graines les plus rétives –, et nos mères, qui savaient tout, y compris lire dans nos pensées, nous regardaient comme si nous étions folles. Veux-tu passer le reste de ta vie accroupie dans un champ ? (Nous avions hésité, presque répondu oui, car n'avions-nous pas toujours rêvé de devenir notre mère ? […]).

entre rêve et réalité : le rêve américain en prend un coup

8 étoiles

Critique de Clubber14 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 39 ans) - 28 mars 2014

j'ai trouvé ce livre très beau, très poétique, une forme faite de légèreté pour un fond assez lourd tout de même...
Nous partageons les rêves de jeunes filles japonaises qui partent vers l'Amérique pour y rencontrer un mari dont elles ne connaissent rien, si ce n'est vaguement leur visage. Elles arrivent plein d'appréhension, de rêves mais également de questions et de craintes.

Et, au fil de la lecture, nous nous apercevons que les craintes étaient, en effet, justifiées. Leurs maris ne les traitent souvent pas bien, elles sont prises de force sexuellement, selon le bon vouloir de leur mari, elles vont devenir des quasi esclaves à la maison, à faire le ménage, la cuisine, les enfants etc... sans tellement de reconnaissance. Au fur et à mesure elles s'habituent plus ou moins à leur vie. Ce qui est très intéressant ce sont les différences de culture entre la vie à l'occidentale et la vie à la japonaise, nous plongeons véritablement au coeur de ménages qui se construisent, avec leurs moments difficiles et les moments un peu plus légers. Puis arrive la guerre et les séparations.

Un livre puissant, empli d'histoire et qui m'a fait découvrir cette de l'Histoire justement que je ne connaissais pas du tout. Une magnifique plume de l'auteur, entre poésie et roman...

AMERICAN DREAM

6 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 51 ans) - 4 novembre 2013

Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce livre, ou qu'il n'était pas bon, au contraire, non seulement j'ai apprécié, mais j'ai même appris beaucoup de choses sur la culture orientale (vous saviez vous qu'au Japon l'opposé de la couleur blanche est... le rouge?), mais, en plus l'écriture de l'auteur est belle, très "fine", parfaite pour refléter l'histoire qu'elle veut nous faire partager.

Malheureusement, pour ce qui est du style, je rejoins la critique de Pascale EW. la longue, interminable litanie des phrases en cascade, commençant toujours par le même mot, finissent par lasser, et à la fin ennuyer même le lecteur.
La répétition des mêmes thèmes (jardin, mauvaises herbes, tromperies et coucheries en tous genres, enfants, animaux, travaux des champs etc. etc...) aussi d'ailleurs!...

Je reste à me demander si le procédé choisi par l'auteur, pour nous raconter une histoire comme celle-ci, est le bon? Surtout que l'histoire se déroule sur plusieurs dizaines d'années... Peut-être que l'histoire de quelques-unes des jeunes filles seulement, mais racontée plus en détail aurait largement suffit?

J'ai également des réserves à émettre sur la fin du roman, trop brusque, trop rapide, trop abrupte, trop bâclée!... J'aurais aimé une fin beaucoup plus ample, plus développée. C'est bien de nous raconter les départ de ces jeunes filles vers les "War Relocation Center", mais on aurait pu terminer sur une note plus positive, avec p. ex. la fin de la guerre et leur retour dans leurs maisons?

Mme. Julie OSTUKA, aurait pu nous concocter un tout autre livre, sans doute beaucoup mieux réussi dans un tout autre style, elle en est tout à fait capable, mais soit là c'est... trop tard!...

Je termine donc ce livre sur un sentiment très mitigé, beau et à lire sans aucun doute, mais en faisant abstraction du style d'écriture et de la fin pas du tout à la hauteur du reste du roman!..

A noter que ce livre à reçu le Prix Femina Étranger en 2012.

Style particulièrement lassant !

5 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 51 ans) - 26 mai 2013

Contrairement à tous les éloges que je lis dans les autres critiques, je n'ai pas apprécié ce roman. Je ne rajouterai rien aux résumés faits ci-dessus qui suffisent amplement.
A chaque étape de leur vie, l’auteur résume les différentes possibilités de ces destinées en répétant inlassablement la même phrase qui se termine différemment (« Ils nous ont prises… », « Nous avons accouché… », etc.). C’est terriblement lassant et même si ce livre est court, j’avais hâte de le terminer… pour au final, ne pas savoir ce qu’il advint de ces Japonaises.

Le rêve américain

7 étoiles

Critique de Débézed (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 72 ans) - 12 mars 2013

L’éditeur nous présente ce livre comme un roman mais, plus sérieusement, on pourrait parler d’un documentaire qui échappe cependant au genre grâce à l’adresse de l’auteur qui a su en utilisant la première personne du pluriel rassembler dans un même « nous » un ensemble d’expériences individuelles qui peut ainsi constituer la chronique, la vie, d’une communauté sans faire un catalogue fastidieux de ses heurs et malheurs. Ce mode narratif a aussi l’avantage de donner au texte une plus grande densité en évitant d’atomiser les émotions et les sentiments dans des histoires éparpillées.

Ces histoires ainsi regroupées forment, malgré la grande diversité des cas, l’épopée, devenue légende, de la naissance d’une communauté nipponne aux Etats-Unis, une légende inscrite selon le cycle : émigration, accueil viril, accouplement brutal, grossesses aléatoires, naissances sans hygiène, mortalité infantile, élevage des enfants parce qu’il ne peut pas être question d’éducation dans de telles conditions. Les dénominateurs les plus communs de toutes les expériences sont la souffrance et l’humiliation avec parfois un oasis de quiétude et même de bonheur pour certaines.

Au début du XX° siècle ces jeunes Japonaises, mariées à des concitoyens émigrés aux Etats-Unis qu’elles ne connaissent pas encore, prennent le bateau pour la première fois. Elles sont pour la plupart vierges et ne savent rien de la vie qu’elles ont passée jusqu’alors auprès de leurs parents. Sur le bateau, elles ont déjà la nostalgie de ce qu’elles fuient et l’appréhension de découvrir les maris qu’elles ont choisis sur dossier. Les rencontres avec ces époux inconnu sont souvent brutales, rarement tendres et presque toujours violentes. Les maris dont elles attendaient une vie « à l’américaine » ne sont souvent que des journaliers qui suivent le rythme des travaux agricoles dans les plaines et vallées de la Californie en suivant la route qui conduit vers une autre ferme, un autre chantier, une autre galère. Certaines échappent aux travaux de la terre mais effectuent toujours des métiers peu nobles, difficiles, pénibles, ardus, épuisants, que les blanches ne veulent pas faire. Elles découvrent aussi les blancs, les patrons, les propriétaires, maîtres incontestés des terres, qu’elles doivent obéir sans contradiction et même parfois subir jusque dans leur chair.

Stigmatisées, ces populations étrangères sont repoussées, humiliées, elles s’établissent dans des fermes perdues ou dans des quartiers miséreux, se regroupant en communautés embryons des quartiers japonais qui poussent rapidement sur la Côte Ouest. Et quand, après avoir dépensé des trésors de résignation, d’acceptation, de pugnacité, de persévérance, de souffrance et de douleurs, la communauté commence à assurer ses bases, ses fondations, un mode de vie acceptable, survient la guerre contre le mère-patrie qui génère une réaction brutale, une poussée de racisme, la suspicion, l’inquisition, la déportation, de nouvelles humiliations, de nouvelles souffrances, de nouveaux malheurs…

Un hommage à cette communauté d’origine nipponne devenue américaine dans la souffrance et l’humiliation.

"Kannon, où es-tu ?"

9 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 52 ans) - 21 février 2013


Kannon, c'est la Déesse de la Miséricorde, celle que certaines imploraient à bord du bateau qui les amenait vers l'Amérique... Et celle qu'elles ont continué à prier après leur arrivée, très certainement, mais quelle faute auraient commise ces Japonaises, pour à ce point demander pardon, à part celle d'avoir souhaité une vie meilleure ?

"Certaines n'avaient jamais vu la mer", c'est un pan de l'histoire que j'ignorais totalement, et ce livre m'a permis de découvrir l'histoire dramatique de ces femmes et leur condition.

Toutes ensemble, elles racontent leur vie, leur travail, leur mariage, le regard des autres, la naissance de leurs enfants, leur éducation, par une succession de phrases saccadées, des pensées intimes, des secrets bien gardés. Au fil des ans, elles subissent leur sort, car retourner au pays ne se fait pas, il n'est pas bon d'être "divorcée", et leur famille les rejetterait... Alors...
Alors elles s'accommodent comme elles peuvent de ce cauchemar américain, espérant toujours un mieux-être qui n'arrive jamais.
La dernière partie est des plus sombres, on ne sait pas ce qu'elles sont devenues, des rumeurs, seulement, circulent, mais ne restent que rumeurs...

C'est un joli hommage que rend Julie Otsuka à toutes ces femmes qui méritaient de ne pas sombrer dans l'oubli...


Boat people

10 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 59 ans) - 22 janvier 2013

Il faut dire et redire que le jury du Femina a souvent la main heureuse.
Voici dans la rubrique Étranger le retour de Julie Otsuka dont on avait déjà beaucoup apprécié Quand l'empereur était un dieu.
L'empereur racontait, après Pearl Harbor, la déportation dans les camps US des familles japonaises immigrées avant guerre : ces japs n'étaient soudain plus les bienvenus.
Ce roman-ci, Certaines n'avaient jamais vu la mer, est en quelque sorte l'épisode précédent : lorsque les vagues d'immigration étaient accueillies à bras ouverts pour peupler l'ouest et dynamiser à bas prix l'économie américaine.
C'est l'histoire d'un bateau de jeunes femmes venues du pays du soleil levant : mariages arrangés, photos des futurs maris au courrier postal, rêve occidental pour échapper aux rizières, ...
Évidemment la déception sera grande ... brutalité conjugale, racisme latent, labeur difficile et pauvreté persistante, rien ne leur sera épargné ... Le rêve américain n'est pas pour tout le monde.
Jusqu'à Pearl Harbor, la crainte de la dénonciation pour complicité avec l'ennemi, la déportation inévitable. La boucle est bouclée.
Mais revenons à ces jeunes femmes qui n'avaient pas encore vu la mer avant de traverser le Pacifique.
Comme avec son précédent roman paru dix ans plus tôt (celui qui est la suite, vous avez compris ?), Julie Otsuka confirme qu'elle a une plume très sûre. L'émotion est là, à fleur de mots et l'auteure déploie tous ses efforts pour maintenir la distance réglementaire.
Cette fois-ci, c'est en racontant l'histoire de toutes les femmes embarquées sur le bateau, simultanément, et comme dans un choeur antique les voix de ces femmes s'élèvent pour dire ce qui devait être dit.
Le procédé répétitif finit par composer une sorte de tableau impressionniste qui habilement, donne la vision d'ensemble de la vie de ces jeunes femmes perdues dans les profondeurs de l'Amérique naissante.
Non contente de ce coup de maître, Julie Otsuka clôt son bouquin par un dernier chapitre très émouvant dont on vous laisse découvrir le procédé : avec la déportation dans les camps US du middle-west il suffira de quelques saisons pour que ces japonaises soient oubliées, parties aussi discrètement qu'elles étaient arrivées.
Seule Julie Otsuka poursuit son travail de mémoire.

La complainte des disparues de l’histoire

10 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 12 janvier 2013

Un roman poignant dont la puissance réside dans son écriture , dans le choix opéré par l’auteur de faire entendre la voix collective de ces femmes racontant elles-mêmes leur histoire , ces Japonaises oubliées ou plutôt disparues de l’histoire.

Cinq des 7 chapitres sont constituées de phrases dont le verbe a pour unique sujet la première personne du pluriel NOUS . Jamais de JE, jamais de 1e personne du singulier comme si chacune se noyait dans le NOUS collectif , comme si chacune avait subi en elle le malheur des autres .

Ce NOUS est toujours lié à des phrases brèves, juxtaposées, qui donnent au texte un rythme rapide et nerveux. Elles relatent des faits , parfois même d’une manière presque clinique et sont autant d’images qui défilent dans notre esprit , un peu comme si des diapositives étaient projetées à vitesse rapide sur un écran . Ce NOUS produit aussi un effet d’écho sonore , de litanie, un effet envoûtant . Le lecteur se sent enfermé dans une sorte de huis clos , où il ne voit que des images où sont présentes ces Japonaises , où il n’ entend que leurs voix.

Dans le chapitre 2 : La première nuit , « Ils nous ont …… » le nous a laissé la place à ILS : les hommes, les maris, laissant au NOUS la charge de représenter l’objet sexuel que ces femmes sont alors devenues . Dans le dernier chapitre : Disparition, plus de NOUS ; les femmes ont disparu, il ne reste que leur souvenir, qu’on évoque parfois ……

Un livre bref, d’une rare intensité, qui prend à la gorge mais évite le pathos. Les images de ces femmes s’impriment en nous , leurs voix résonnent en nos oreilles .
Quand j’ai lu cette oeuvre, j’ai eu l’impression d’un chœur en mouvement sur une scène d’opéra, un chœur dont les interprètes nous regardaient dans les yeux , dont le chant incantatoire nous prenait à témoin.

"Bienvenue, mesdemoiselles japonaises!"

10 étoiles

Critique de Sissi (Besançon, Inscrite le 29 novembre 2010, 48 ans) - 14 décembre 2012

La très grande force de ce livre, c'est l'originalité de la narration, qui prend la forme d'un chant choral.
Toutes ces femmes ne parlent pas d'une seule voix, elles parlent toutes en même temps pour raconter ce périple qui les a menées, pleines d'espérance, vers une terre promise qui ne leur a finalement apporté que de la souffrance et de la désillusion.
De la "Première nuit" sur le bateau, jusqu'au "Dernier jour", les chapitres décomposent les différents aspects de leur rude vie: la terrible nuit de noce, les enfants, les Blancs, le travail, la guerre et ses conséquences.
Et puis un jour, tous ces japonaises ont dû partir, elle ont déserté tous les quartiers et les endroits où elles avaient vécu de nombreuses années, et on a fini par les oublier; ce chapitre "Disparition" laisse la parole aux Américains, et ainsi la chorale se tait.... ou meurt.

"Ce roman s'inspire de la vie d'immigrants japonais qui arrivèrent au Etats-Unis au début du XXème siècle Je me suis servie d'un grand nombre de sources historiques [...]" confie Julie Otsuka dans les Remerciements de fin d'ouvrage.
On ne peut que saluer ce gros travail de recherche qu'elle a réussi à transposer de manière originale et plus qu'élégante dans un projet littéraire réussi.

Poème ?

8 étoiles

Critique de Saperlipop (, Inscrite le 8 mars 2006, 37 ans) - 13 novembre 2012

Ce roman est magnifique. Il raconte, d'une façon douce et poétique, la triste vie des japonaises arrivées aux Etats-Unis dans l'espoir d'une vie meilleure.
Comme si la vie n'était pas assez difficile entre leur rustre mari, le racisme latent et les travaux physiques, la guerre arrive et les familles sont déportées.
C'est un roman très grave et très beau. Il a également le mérite de nous dévoiler un pan de l'Histoire complètement occulté.

Roman ?

10 étoiles

Critique de Idelette (, Inscrite le 11 mars 2005, 56 ans) - 16 septembre 2012

On doute que ce soit un roman, tellement il y a des accents de sincérité... L'écriture et les choix de Julia Otsuka jouent beaucoup sur la lecture : au début du livre, c'est elles, puis nous, puis les prénoms, les noms de famille... L'auteur n'élude aucune des difficultés, même si elles s’aplanissent, même si les femmes s'en accommodent dans le temps. Ce livre est terriblement humain, Julia Otsuka nous mène à l'essentiel.

Dans "quand l"empereur était un dieu", seul l'aspect post Pearl Harbour était traité, via une fillette, ici, c'est plus large. C''est l'émigration japonaise, en Californie au début du XXe siècle, leurs conditions de vie, leurs difficultés à s'insérer, la façon dont ils ont été considérés : ostracisme, incompréhension des 2 pans de la société, puis dans le couple et les familles entre les parents et les enfants, puis rejet, bouc émissaire arbitraire et facile... Seul le dernier chapitre est la vision américaine d'une période et d'une histoire rarement traitées. J'ai trouvé que c’était un livre qu'on porte en soi bien après l'avoir terminé.


Forums: Certaines n'avaient jamais vu la mer

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Certaines n'avaient jamais vu la mer".