Pastorale américaine
de Philip Roth

critiqué par Jules, le 12 janvier 2001
(Bruxelles - 74 ans)


La note:  étoiles
Un très grand livre !
Seymour Levov, dit " le Suédois " (parce qu'il est blond comme les blés), est le petit-fils de petits immigrants juifs qui vivaient dans les taudis et se sont élevés lentement, par la force du travail quotidien.
Par lui, l'intégration est totalement réussie : il est l'incarnation du parfait américain. L'idole de son école, puis de sa ville natale. Grand et bel athlète tout lui réussit. Son père a une petite usine de gants, dans laquelle il entre. Il épouse une belle " shikse " (non juive), ancienne Miss New Jersey. Ayant repris l’affaire de son père, il la développe, en fait une très grosse usine et devient un des principaux employeurs de la ville. Le ménage a une petite fille qui est des plus intelligente et assez bonne musicienne. Une seule petite ombre au tableau : elle bégaie dès qu’elle est saisie de la plus légère émotion. Qu’à cela ne tienne, on l'enverra où il faut pour tenter de résoudre ce problème. Seymour est un vrai américain !. Il adore sa fille et lui consacre du temps. Celle-ci grandit...
Seymour va découvrir l’étendue de l'hypocrisie de la société, de ses amis, de sa femme et même parfois la sienne...
Ce livre aborde le problème de l'intégration des juifs à la société américaine ; jusqu'où va-t-elle, jusqu'où peut-elle aller ?… Mais c’est aussi le procès de la société américaine elle-même et de ses objectifs. " Qu'est ce que c’est, un homme qui passe sa vie à détourner les yeux parce que ce qu’il verrait est trop ancré dans la réalité pour lui ? Parce que rien n’est en harmonie avec le monde qu'il connaît. Qu’il croit connaître ? ".
Un livre qui pose beaucoup de questions, qui force à se les poser. Un grand livre, comme tous ceux de Philip Roth.
Récit d'un drame américain 7 étoiles

Qu’il est difficile de passer après toutes ces critiques mais surtout qu’il est compliqué de critiquer un tel roman. Il est vrai que pour les amateurs d’actions et de péripéties, Pastorale américaine aura un goût amer, le rythme est plutôt lent et Roth tire un peu trop son roman en longueur. Néanmoins on ne peut occulter ses nombreuses qualités : notamment les enseignements et les nombreuses réflexions que suscite une telle lecture sur l’American way of life. L’académie Pulitzer ne s’y est d’ailleurs pas trompée en lui décernant le prestigieux prix en 1998.
Pour ma part je ne dirais pas que je me suis ennuyé au cours de cette lecture mais je ne dirais pas non plus que j’ai été séduit. Je me répète en disant que la critique est ardue tant ce livre comporte plusieurs niveaux de lecture. J’ai apprécié les nombreux passages consacrés aux USA et à l’américanité incarnée par Seymour Levov dit le « Suédois ». Un homme dont la famille doit tout à l’Amérique mais un homme brisé par le rejet de ses valeurs par sa propre fille. Un rejet qui va virer au drame. Ce roman, publié il y a un peu plus de 20 ans et ancré dans les années 60, vaut également par son analyse de la société américaine et reste profondément d’actualité. Comment ne pas penser aux jeunes européens radicalisés ?
Pastorale américaine n’est clairement pas le roman le plus prenant que j’ai lu mais contre toute attente il a laissé des traces. C’est indéniable.

Sundernono - Nice - 36 ans - 8 février 2019


Diktat de la réussite et conséquences 10 étoiles

L'Amérique bien-pensante, juive comprise, impose donc un modèle de réussite, économique, sociale, également physique. Le protagoniste le comprend fort bien, au point d'incarner ce mythe... qui se retourne contre lui, à l'heure où il doit affronter les affres d'une fille pour le moins rebelle, l'hypocrisie de la société qui l'entoure. Le narrateur, ce cher Zuckerman, dans sa première rencontre avec le grand public, retrouve le "Suédois", héros de son enfance et de sa jeunesse, pour mieux relater les mirages, les effets pervers des vertus et valeurs mises en avant par cette société, et qui viennent composer cette "pastorale américaine".
Décapant, comme il s'apprête à en prendre l'habitude, Philip Roth dresse un bilan aussi lucide que sans concession de la société qui l'entoure, et qu'il arrive quand même à apprécier, tout en lui rendant proportionnellement sa rudesse, son austérité et sa violence. Ce roman fait comprendre beaucoup de choses aux mécanismes sociologiques de la société américaine, et fait comprendre la grande césure que constitue l'assassinat de John Kennedy.
C'est un roman marquant, riche, à conseiller, en somme brillant.

Veneziano - Paris - 41 ans - 25 décembre 2013


Tout sur les gants..et le reste! 10 étoiles

Beaucoup de choses ont déjà été écrites ici, lecture trop ancienne pour écrire un vrai commentaire, mais en tous points d'accord avec certains.
C'est , pour ma part , dans cette trilogie américaine, le roman que j'ai préféré . Peut-être parce qu'il aborde un sujet tellement complexe, le devenir de nos enfants, quel que soit notre bon vouloir à leur sujet. Cette sensation d'impuissance..

Il me reste cet extrait, recopié, que j'aime beaucoup:

On lutte contre sa propre superficialité, son manque de profondeur, pour essayer d’arriver devant autrui sans attente irréaliste, sans cargaison de préjugés, d’espoirs, d’arrogance; on ne veut pas faire le tank, on laisse son canon, ses mitrailleuses et son blindage; on arrive devant autrui sans le menacer, on marche pieds nus sur ses dix orteils au lieu d’écraser la pelouse sous ses chenilles; on arrive l’esprit ouvert, pour l’aborder d’égal à égal, d’homme à homme comme on disait jadis. Et, avec tout ça, on se trompe à tous les coups. Comme si on n’avait pas plus de cervelle qu’un tank. On se trompe avant même avant même de rencontrer les gens, quand on imagine la rencontre avec eux; on se trompe quand on est avec eux; et puis quand on rentre chez soi, et qu’on raconte la rencontre à quelqu'un d’autre, on se trompe de nouveau. Or, comme la réciproque est généralement vraie, personne n’y voit que du feu, ce n’est qu’illusion, malentendu qui confine à la farce. Pourtant, comment s’y prendre dans cette affaire si importante- les autres- qui se vide de toute la signification que nous lui supposons et sombre dans le ridicule, tant nous sommes mal équipés pour nous représenter le fonctionnement intérieur d’autrui et ses mobiles cachés? Est-ce qu’il faut pour autant que chacun s’en aille de son côté , s’enferme dans sa tour d’ivoire , isolée de tout bruit, comme les écrivains solitaires, et fasse naître les gens à partir de mots, pour postuler ensuite que ces êtres de mots sont plus vrais que les vrais, que nous massacrons tous les jours par notre ignorance? Le fait est que comprendre les autres n’est pas la règle, dans la vie. L’histoire de la vie, c’est de se tromper sur leur compte, encore et encore, encore et toujours, avec acharnement et, après y avoir bien réfléchi, se tromper à nouveau. C’est même comme ça qu’on sait qu’on est vivant: on se trompe. Peut être que le mieux serait de renoncer à avoir tort ou raison sur autrui, et continuer, rien que pour la balade. Mais si vous y arrivez, vous.. alors vous avez de la chance.

Paofaia - Moorea - - ans - 29 octobre 2013


La crèche ! 7 étoiles

La pastorale.
On a dit beaucoup de cette pastorale version Roth.
une fresque de la société, Une crèche de Noël, avec la vierge belle à faire pleurer et Saint Joseph illuminé d'un sourire qui donne envie d'être heureux tellement c'est beau. Au pied de l'âne et du boeuf un poupon tout menu. Un ange. Mais attention l'ange peut déraper et ne pas suivre le chemin tracé.
Ce qui m'interpelle dans ce livre c'est la douleur de Seymour dit "le suédois". Il souffre de mille façons mais en silence car son rôle est d'être parfait.
Au début du livre, comme pour donner le ton en décrivant Seymour Levov l'auteur écrit :" Il en va des athlètes comme des idoles de l'écran, chacun de leurs fans se croit uni par des liens personnels et sacrés".
Et l'inverse est vrai dans le cas présent. Le suédois restera toujours emprisonné dans son carcan.

Un tout grand roman. Pas facile à lire (mais chez Roth rien n'est simple).
J'ai été séduit par les deux premiers chapitres : le paradis de la mémoire et la chute. Dans la troisième partie, je me suis laissé manger par quelques lourdeurs.

Rien de surprenant que ce livre fut récompensé d'un Pulitzer.

Monocle - tournai - 59 ans - 6 août 2013


Euh, pardon ? 2 étoiles

Il est aisé de jouer les père-la-pudeur, surtout quand c'est tendance. Pastorale Américaine a d'ailleurs l'air d'avoir été écrit par un calviniste mormon, avec l'histoire exemplaire de cette famille du suédois. Quoique dans ce roman l'écriture exagère juste un peu du point-virgule tout en abusant également de cette exclamation qu'on ne saurait voir, alors qu'on ne saisit en fait vraiment pas pourquoi il tient tant à nous intéresser à ce joueur de base-ball de province...

Bref, l'ensemble de ces pages reliées sonne comme un gag carrément grotesque sinon bien trop bavard, et on se demande au final à chaque page si l'auteur s'est relu, le récit dérivant de chapitre en chapitre vers franchement une sorte de n'importe quoi, et au + bas commun dénominateur.

Pour finir le tout a l'air d'une propagande hystérique ainsi que très américano-centré: heureusement Roth lui-même est capable du pire comme du meilleur - au contraire de certains !

Tout sauf brillant.

Antihuman - Paris - 36 ans - 17 mai 2013


Une vie sans gants 7 étoiles

Modèle de réussite et d'intégration, le Suédois incarne toutes les promesses d'une Amérique où les rêves les plus fous peuvent s'accomplir. A la tête de l'entreprise familiale de confection de gants fondée par son père, il mène une existence paisible et confortable ; jusqu'au jour où sa fille, Merry, qu'il chérit plus que tout, fait voler en éclat tout l'édifice qu'il croyait inébranlable. A partir de ce jour toutes ses illusions et ses croyances se mêlent à la poussière des vestiges du magasin général que sa fille a fait sauter.

Sa vie lui apparaît sous un autre jour et il en vient à s'interroger sur les valeurs véhiculées par l'Amérique, ainsi que sur le sens des relations, parfois naïves mais profondément sincères, qu'il entretient avec sa famille et ses amis.

Un roman magnifique qui dissèque les liens ténus qu'entretiennent les personnages avec un univers imaginaire qu'ils ont construit comme une formule magique destinée à assurer leur pérennité dans une société en mouvement perpétuel.

Heyrike - Eure - 51 ans - 17 mai 2012


Le testament d'une génération ! 7 étoiles

Seymour Irving LEVOV ( dit , le Suédois ) et Dawn Aurore DWYER forment la 3 ième génération de ces immigrants juifs venus s'installer aux Etats-Unis pour se construire un nouveau destin ( et fuir les violences d'une Europe que ne veut pas d'eux )
Seymour est " l'Apollon des foyers juifs de Weequahic , star du Base-ball " et fils de riches gantiers.
Dawn est une belle irlandaise , élue Miss New Jersey .
Ils forment un couple " modèle " , donnent naissance à Méredith ( Marry ) qui - à l'adolescence - devient " américaine en haïssant l'amérique " et en commettant l'irréparable ; poser une bombe dans un magasin , tuant un médecin de quartier.
A compter de ce jour , leur fille les " exile de leur pastorale américaine tant désirée pour les précipiter dans un univers hostile".
Marry , qui appartient à un mouvement révolutionnaire , les Weathermen , intellectuels communistes luttant contre l'intervention des états-unis au Vietnam et - plus largement - l'hégémonie du capitalisme sur le monde opprimé ( ... )

Au travers la famille LEVOV , l'auteur brosse un portrait acide de cette génération d'après-guerre ( les 30 glorieuses, la guerre du Vietnam , les soixante-huitards )
" 3 générations qui ont fait tous les sacrifices pour se fondre dans un peuple et la 4 ième qui anéanti les espoirs , vandalise leur monde ".
" La société a changé davantage depuis 1945 que dans toute l'histoire " .
L'auteur aborde l'industrialisation ( la fabrique des gants en cuir ) ,les délocalisations (vers Porto Rico, ...) et leurs conséquences sociales.
Mais également l'hypocrisie d'une bourgeoisie intello gauchiste.
C'est une forte remise en cause du système des valeurs américaines

De nombreuses critiques élogieuses m'ont fait tenter l'aventure .
J'avoue être resté sur ma faim , même s'il s'agit - convenons-en - d'une oeuvre forte.
On s'ennuie un peu dans cette histoire de famille .
Roman qui ne restera pas mon coeur !

Frunny - PARIS - 53 ans - 13 août 2011


Un chef-d'oeuvre 10 étoiles

Résumer l'intrigue qui, à bien y regarder, est somme toute secondaire comme dans la plupart des livres du grand Philip, ne donnera qu'une pâle idée du roman . Mais elle sert admirablement les réflexions, les méditations autour des thèmes typiquement rothiens: l'enfance comme paradis perdu, la vie de couple et ses illusions, le désenchantement du rêve américain, l'impossible transmission des valeurs d'une génération à une autre, le poids de l'éducation sur l'identité de l'individu, etc... C'est un roman ample, dense, profond et sans longueurs qui prend le temps de dérouler toutes les implications de l'histoire, avec des personnages ultra attachants (mention spéciale pour Seymour Levov) qui restent longtemps en mémoire. Un livre qui suscite l'émotion, la méditation et qui ne nous laisse pas tout à fait dans le même état une fois refermé...

Bartleby - Piré sur seiche - 43 ans - 14 octobre 2010


une claque!! 10 étoiles

Beaucoup de choses ont déjà été écrites ici à propos de ce chef-d'oeuvre... "Pastorale américaine" est un livre d'une profondeur que l'on sous-estime énormément. En plus de cette histoire vraiment prenante, Roth nous dévoile les facettes de "l'Américan Way Of Life". Il dépasse le cadre de la population juive pour l'étendre à tout le peuple américain. Les générations qui se sont développées jusqu'au début du XXème siècle ont réussi par leur vaillance et leur force de travail mais aussi des prédispositions déjà acquises par le temps. Ces générations se sont senties quasiment intégrées car elles ont pu construire et acquérir une situation et une descendance bénéfique à leur propre entreprise. La génération suivante, celle de Seymour Levov a reçu cette éducation de la réussite, a baigné dans l'Ambition et l'intégration. Mais l'essoufflement d'un modèle qui finalement n'était qu'une chimère, la médiatisation de la politique nationale et de ses guerres ainsi que le blocage progressif de l'économie a stoppé net cette transmission de génération en génération. La nouvelle jeunesse se retrouve sans repère face au marasme général dans lequel plonge l'Amérique. La fille rebelle de Seymour en est l'exemple type par son refus d'embrasser la vie de ses parents mais aussi par sa désobéissance face à toute forme d'éducation. L'Amérique enfante désormais des individus aux réactions imprévisibles qui font preuve d'impatience et de radicalité tout en cherchant une échappatoire dans la spiritualité.
Un livre d'Histoire nous en aurait pas appris plus ou du moins nous aurait pas autant marqué. Philip Roth signe ici un grand roman qui doit certainement prendre encore plus de valeur à la deuxième lecture.

Baader bonnot - Montpellier - 35 ans - 24 décembre 2008


Ca sera sans moi ... 3 étoiles

Je n'étais pas fasciné par le résumé du livre mais devant vos critiques dithyrambiques, je me suis laissé aller à le lire ... le démarrage fut déjà assez douloureux mais ce n'est pas si rare ; dans de nombreux cas, l'histoire et le style d'un auteur demandent un temps d'adaptation. Sauf que cette fois-ci, mon moteur diesel ne s'est jamais réchauffé et mon ennui a été croissant. J'étais quasi pressé d'arriver au chapitre suivant ... puis déçu d'y être arrivé étant donné qu'il conservait malheureusement le rythme du précédent. Heureusement qu'il y a eu le délicieux moment du cocktail des anciens élèves pour m'égayer un peu ...
Etant donné que je suis le seul (avec Follet peut être ?) à ne pas avoir apprécié ce roman, peut être suis-je tout simplement "inadapté" à cet auteur ... ce qui me rassure, c'est que ma femme n'a pas apprécié Portnoy et son complexe ; et finalement ne vaut-il pas mieux 'avoir des points communs avec sa moitié plutôt qu'avec le reste du monde ?

Nanardstef - - 42 ans - 17 novembre 2008


Qu’est qu’une vie réussie ? 7 étoiles

« Le suédois » a semble-t-il réussi sa vie, son intégration, un grain de sable vient enrayer la machine sérieusement, sa fille. Elle renie en bloc tout ce qu’il représente lui et sa famille. Cet événement lui permet de s’arrêter et d’analyser vraiment sa propre vie et de se rendre compte que cette réussite n’était qu’apparente et qu’en fait elle ressemble à bien d’autres vies, ni plus belle, ni moins, .. en fait une vie. Je regrette certaines longueurs de ce livre qui m’ont fait mettre de côté celui-ci à quelques reprises. Je pense que Philip Roth aurait pu exprimer les mêmes sentiments en plus court.

Ichampas - LAMBALLE - 55 ans - 29 mai 2006


Très bien 8 étoiles

J'ai aimé ce livre, mais j'ai pourtant un avis assez partagé.

D'un côté je trouve l'histoire plutôt bien trouvée et écrite d'un style agréable. Il renferme de nombreuses considérations sur l'homme dans toute sa splendeur, sa réussite, son destin...

Par contre, j'ai ressenti quelques longueurs au trois quarts du livre. Rien de grave mais à cela vient s'ajouter le fait que l'auteur a voulu toucher à beaucoup de thèmes, ce qui fait du livre une sorte de grand recueil. Un léger manque de cohésion donc.

C'est quand même un bon livre qui se lit avec plaisir

Adelio - - 32 ans - 5 juin 2005


Derrière les apparences 9 étoiles

Quel livre ! L’histoire de cet homme Seymour Levov, surnommé le « Suédois », à qui tout semble réussir : la gloire par le sport dans son lycée, l’entreprise paternelle florissante dont il hérite, un mariage avec une irlandaise élue Miss New-Jersey 1949, une fille, une maison rustique en pierres grises,…. Le rêve américain en quelque sorte.
Modèle de réussite et de tolérance, le « Suédois » verra pourtant sa vie s’écrouler à cause de sa fille Merry, l’idéaliste, la rebelle, refusant l’image si lisse et polie de cette famille de cartes postales. Car voilà, on ne construit pas une vie uniquement sur des apparences. Derrière toute médaille, il y a un revers que le « Suédois » va apprendre à connaître. Dépouillé de ses certitudes, Seymour Levov va assister impuissant à sa propre chute, à la disparition de l’ « american way of life » idyllique qu’il avait passé toute une vie à construire. Et, au-delà de cette famille en complète perte de repères, c’est le portrait plus général et critique d’une Amérique vertueuse et mythique peu à peu condamnée à disparaître : l’affaire du Watergate, le Viet-Nam, les émeutes sanglantes,....
Que dire de la seconde partie de ce roman, « La Chute », particulièrement réussie où l’on ressent la détresse et l’impuissance d’un homme tentant de garder le navire familial à flots malgré les nombreuses tempêtes ? « Pastorale américaine », c’est un peu comme regarder un film de Martin Scorcese, l’Italie en moins : derrière la gloire et la réussite de façade se cache toujours une chute amère et tragique. C’est un roman très dur et souvent injuste mais d’où ressort quelquefois une légère ironie. Comme cette ex Miss New-Jersey élevant des taureaux de compétition, de véritables bêtes de concours dans la vaste propriété familiale. Comme quoi Philip Roth peut se montrer fantasque et malicieux…

Nothingman - Marche-en- Famenne - 39 ans - 11 février 2005


excellent 9 étoiles

Tout réussit au suédois. Ancien champion de baseball au lycée, il se marie avec miss New Jersey et dirige une des grosses entreprises de sa ville.
Et, puis il a une fille qui rejette toute cette réussite et finit par poser une bombe dans une poste.
Comment en est-elle arrivée là?
A lire.

Manhud Yrogerg - Bruxelles - 41 ans - 3 juillet 2003


Précision... euh... décidément 8 étoiles

Pour nos amis qui hésiteraient encore à lire ce livre (ou un autre) de Roth et pour mon ami Jules afin que nous nous comprenions bien...
Quand je qualifie ce livre de difficile, je ne parle nullement de sa prose, de son style, de son contenu, de son message, de sa phraséologie, de sa philosophie ou autre... Non ! Je voulais simplement dire que la trame temporelle est tout simplement inexistante et qu'il s'agit à proprement parler plus d'un livre de réflexions que d'un roman suivi... et cela enlève à la facilité de lecture, parce que cela demande un peu plus de concentration qu'un autre roman qui respecte à la lettre la ligne temporelle.
Non !?

Pendragon - Liernu - 48 ans - 29 avril 2003


Roth, les Juifs et l'Amérique 9 étoiles

Ce livre est le premier d'une trilogie qui regroupe aussi "J'ai épousé un communiste" et "La tache". J'ai préféré le second (bien que très politique) et le troisième.
Et pourtant je n'ai pas trouvé "La pastorale" difficile à lire. Quel personnage que le Suédois ! L'adolescent beau, sportif, plein de charme. L'homme qui reprend l'usine du père et réussit, qui épouse une "Miss" et catholique, bref, l'homme qui "s'intègre" à merveille dans son milieu. Et puis arrive sa fille qui bégaie tant elle est mal à passer de la Vierge Marie à Yahvé, mal de se comparer à sa mère, mal de cette vie qui ne lui semble pas la sienne. Et tout grippe, tout dérape... Le Suédois va tomber de haut !... Oui, bien sûr, c'est un livre sur l'intégration et pas qu'en Amérique. Cela pourrait aussi tout simplement être un livre sur l'intégration dans son propre milieu, un milieu que l'on rejetterait pour n'importe quelle raison. Pour raison d'intolérance, par exemple, comme dans "J'ai épousé un communiste" avec le Mac Carthysme et la chasse aux sorcière, Bush et ses mesures pour lutter contre le terrorisme qui ont détruit la démocratie en Amérique etc... Je suis dans une société et je m'y sens mal ! C'est aussi le problème dans "La tache" et ce sentiment entraînera le héros de ce livre à prendre des décisions très dures...
J'ai aimé ces livres, mais à "La pastorale" j'ai préféré "Pornoy et son complexe", "La tache", "L'opération Shylock" et "Le théâtre de Sabbath"
On ne peut pas, à propos d'étude sur l'intégration, oublier son livre intitulé "La contrevie"... Là, nous atteignons un sommet dans le domaine !

Jules - Bruxelles - 74 ans - 26 avril 2003


Mythe, rêve, grandeur... et chute vertigineuse ! 8 étoiles

Grand, musclé, blond, intelligent et d’une droiture d'esprit époustouflante, Seymour Levov, le « suédois » a tout pour réussir dans cette Amérique de rêve. Dans cette Amérique des années cinquante. Dans cette Amérique où il est la troisième génération d'immigrés juifs. Et, comme de juste, il réussit ! Il reprend et agrandit l'usine paternelle, il est instructeur chez les Marines, il se marie avec une « miss », il achète la maison de ses rêves, il fonde une famille, il s’élève socialement…
Le Suédois adore cette Amérique, il adore ses possibilités, il vit par et pour son pays, il s’adapte, il se fond, il est l'image même de la société, il fait ce que l’on attend de lui, il représente le mythe, il est l'incarnation du mythe, c'est même le parangon du mythe américain.
Oui mais, il y a une faille, une faille terrible dans la belle vie du Suédois : sa fille, qu’il a tendrement élevée, sa fille chérie qui a bénéficié du meilleur de la vie, sa fille qu'il croit avoir éduqué exactement comme il faut… sa fille Meredith est une poseuse de bombe ! Et c'est alors tout son monde qui s’écroule. Pourquoi ? Pourquoi et comment ? Sans cesse, Seymour va se poser et se reposer la question. Où est l’erreur, qu'a-t-il fait ? Que n'a-t-il pas fait ? Pourquoi ce rejet de l’Amérique, cette si belle nation qui est l’accueil personnifié ?
Au travers du Suédois, c’est l’entièreté des valeurs « habituelles » qui sont remises en question, non pas tellement en tant que telles, après tout, il y a du bon, mais surtout au travers du « pourquoi » des choses.
Pour ma part, je ne crois pas que ce livre traite du « problème » de l'intégration juive, mais plutôt d’intégration tout court. Seymour aurait pu être Irlandais, Allemand ou autre, l'histoire aurait été la même. L’auteur nous interpelle (comme on dit) au travers de Seymour certes, mais aussi au travers de sa femme, Dawn, qui n'est pas QUE « miss », au travers de son frère, éternel révolté, au travers des parents, … Et c’est cela qui en fait la force, ce roman nous parle d'une Amérique qui peut se décliner sous différentes formes.
Par rapport aux remarques déjà faites, il est vrai que le « récit » de Roth n'en est pas vraiment un ! Il nous offre des idées et des idées, des remarques, des constatations, des interrogations, mais il n’y a aucune trame, aucun fil conducteur, il n'y a pas de roman à proprement parler. Il y a juste une histoire, celle du Suédois et de sa fille, mais ce n'est pas ça qui semble important aux yeux de Roth, seules les réflexions mentales de celui-ci comptent. On est sans cesse balancé de gauche et de droite sur la ligne temporelle et il est vrai que l’on s'y perd rapidement. mais le « truc » est qu’il ne faut pas s'y attacher. Roth nous présente un recueil de réflexion, pas un roman, alors, baste des trois règles.
Grand livre s'il en est, force m’est de l'admette, mais pas facile à lire (et pourtant j’aime ça ;-)) et, oserais-je le dire, un peu fouillis. Roth est un écrivain qui a des choses à dire, il fait certes partie des « bons » si chers à Jules, mais son écriture n'est pas la meilleure… si je puis me permettre. d’où la perte d’une étoile.

Pendragon - Liernu - 48 ans - 22 avril 2003


Pas fort d'accord avec Follet 9 étoiles

Je ne trouve pas que ce livre a autant de pages en trop, même si l'on peut toujours en trouver quelques unes de trop... Je ne trouve pas non plus que l'on s'y emmêle parfois les pinceaux. Les portraits de Levov et de ses parents me semblent des plus réalistes !... Ce tiraillement entre l'univers juifs des parents et celui des enfants, devenus étrangers aux anciennes valeurs de cet univers et qui ne se comprennent plus, me semble très bien rendu. Il y a là un choc des cultures provoqué par l'assimiliation qui doit être vécu par beaucoup. C'est d'ailleurs une des plus grandes craintes des juifs orthodoxes: la seconde ou troisième génération de juifs en Amérique est perdue pour eux, à cause des mariages avec des "chrétiens" ou "chrétiennes", et ils y voient la fin de la diaspora à terme. A quoi Finkelkraut, lors d'un débat télévisé, a répondu à un rabin "Vous devez savoir ce que vous voulez. Quand les juifs ne sont pas acceptés, vous n'êtes pas contents. Quand ils le sont trop bien, vous n'êtes pas plus contents. Que voulez-vous à la fin ?..." Mais bien sûr, je respecte l'opinion de Follet. A chacun sa perception d'un livre.

Jules - Bruxelles - 74 ans - 16 octobre 2001


Quel bilan à tirer? 4 étoiles

Cette histoire d'enfant juif qui a réussi dans sa vie, icône au lycée de toute une génération, qui a repris avec succès l'entreprise familiale, qui a réussi son mariage avec une catholique ne pouvait pas être si parfaite que cela, sinon le roman lui même n'aurait pas lieu d'exister. Un grain de sable qui viendra arrêter cette belle machine se trouve sous les traits de la propre fille du héros, Merry, qui anéantira la vie de son père et l'avenir de la famille. La rebelle reniera ses parents, leur monde idyllique rempli de toutes les réussites et deviendra terroriste, faisant par ce geste exploser toutes les valeurs auxquelles croyait Seymour Levov, son père. L'auteur nous présente deux visages de l'Amérique, où l'on finit par perdre ses repères, les références du passé et du présent se mélangent continuellement, créant parfois un malaise chez le lecteur. Il y a 150 pages de trop dans ce roman, on perd l'intérêt et le fil de l'histoire par moment, sinon ce livre aurait pu être une grande réussite.

Follett - Guebwiller - 51 ans - 15 octobre 2001