Matin de roses
de Naguib Mahfouz

critiqué par Aaro-Benjamin G., le 8 août 2012
(Montréal - 50 ans)


La note:  étoiles
Portraits
Ce livre regroupe trois textes. Deux courts, un long. Celui qui donne son titre au livre est un étrange kaléidoscope des habitants d’une rue au Caire. Maison par maison, on visite chacun des personnages. Mahfouz nous raconte une tranche de leur vie, leur position dans la famille. Ils ne sont pas extraordinaires ou singuliers. Il s’agit d’un échantillon d’une population représentative d’une Égypte moderne attachée à ses traditions.

Je ne suis pas un grand admirateur de ce que j’appelle le ‘tourisme littéraire’, de ces livres sans trame romanesque, axés sur le climat, l’analyse sociologique. Par conséquent, je me suis ennuyé tout au long, presque frustré par cette impossibilité de s’accrocher à une figure directrice pour suivre son histoire. Comme des photographies que l’on consulte dans un album familial, à la longue on oublie les visages et les noms.