Mémorial Sherlock Holmes
de Auteur inconnu

critiqué par Fabian, le 25 juillet 2012
( - 38 ans)


La note:  étoiles
Pastiches récréatifs...
Présentation de l'éditeur :
On le sait, Sherlock Holmes, le roi des détectives, l'amateur boulimique des mystères, l'immortelle créature de son immortel créateur, Sir Arthur Conan Doyle, s'il envahit l'existence et la création de son géniteur au point que ce dernier alla jusqu'à tenter de le tuer, n'en a pas moins suscité depuis sa naissance l'engouement d'une quantité incalculable de lecteurs et l'admiration de multiples écrivains dont un grand nombre a souhaité lui rendre la vie que l'abandon, puis la mort de Conan Doyle, lui avaient ôtée. Depuis sa dernière apparition publique officielle dans « Son dernier coup d'archet », on ne compte plus les textes d'auteurs aussi innombrables qu'éclectiques qui l'ont mis en scène ou pastiché. Ce premier Mémorial Sherlock Holmes s'est voué à la découverte ou redécouverte, des œuvres par lesquelles ces auteurs ont souhaité prolonger, dans leur propre écriture, le mythe. S'il s'agit parfois de pastiches - toujours savoureux – il peut tout autant s'agir de véritables récréations. C'est dans la masse de ces écrits " holmesolâtres " ou " holmesoplastes " que nous avons puisé la substance de cette anthologie, tout entière vouée à la célébration de l'hôte du 221B Baker Street.

Critique:
Ce mémorial conte 10 nouvelles de 10 auteurs différents écrient entre 1892 et 1975.

1 : Arthur Porges « Le dernier coup d'archet de Miss Marple » dans cette nouvelle Sherlock Holmes se nomme Stately Homes, le crime est intéressant et inexplicable. Mais la solution m'a paru rocambolesque et inimaginable. 3/5
2 : Miles Kington « L'affaire du prince danois » Sherlock Holmes résout si facilement cette affaire (une simple discussion avec un témoin) que je n'ai même pas eu le temps de me mettre dans l'énigme. À noter une scène finale surréaliste où Sherlock Holmes jette un coup de poing à Watson sans raison (pas très dans l'esprit du personnage) 1,5/5
3 : Robert L.Fish « L'énigme de Lotteries l'anormal » Sherlock Holmes se nomme Shlock Homes, ici, Homes n’enquête pas sur un crime, mais il doit comprendre pourquoi un joueur de cricket porte des vêtements inhabituels au milieu de la nuit. Sans intérêt. 1/5
4 : John Basil Boothroyd « Le fusil à air comprimé, Colonel Moran » le colonel Moran, criminel et ami de cœur de Moriarty interpelle Sherlock Holmes et les siens dans cette lettre ouverte. Intéressant. 4/5
5 : Un membre de l’Oulipopo « Le Vol du Cormoran » texte très bien documenté. Conan Doyle aurait pu écrire cette nouvelle. Affaire intéressante et bien menée par Sherlock Holmes. Une note à la fin de la nouvelle nous fait part du doute de certaines personnes sur l’authenticité de cette aventure du cormoran, à chacun d’en juger. 4,5/5
6 : Rod Reed « La Leeb ou la Mort » nous avons affaire cette fois-ci à des détectives au féminin. Goldilock Holmes et ses acolytes résolvent un vol d’un milliard de dollars aux n(o)tions unis. Humour et élégance dans cette nouvelle. 3/5
7 : Barry Perowne « Raffles sur la piste du chien » A.J Raffles gentleman cambrioleur créé par le beau-frère d’Arthur Conan Doyle et son fidèle Bunny enquêtent sur une lettre envoyée au journal Strand magazine (qui publie les aventures de Sherlock Holmes). Dans cette lettre, un homme souhaite éclaircir la vraie histoire du Chien des baskerville et convie Conan Doyle à revenir dans la lande. Flairant la supercherie A.J Raffles part appréhender l’homme, et souhaite préserver Conan Doyle de cette histoire. Un dénouement intéressant, qui nous fait replonger dans la meilleure aventure de Sherlock Holmes. 4/5
8 : Poul Anderson « Les Joyaux de la Couronne martienne » N’étant pas un fan de science-fiction, cette nouvelle ne m’a pas intéressé. Je pense que Sherlock Holmes et science-fiction sont incompatibles. Dans cette histoire Sherlock Holmes appelée Syaloch, est un martien détective. L’enquête du vol des joyaux de la couronne est crédible, mais pourquoi en faire une science-fiction ? À oublier. 1/5
9 : A.E.P « Le Fils de Sherlock Holmes » une nouvelle très drôle, narrée par Watson où l’on voit Sherlock Holmes, complètement dépassé et fatigué par l’intelligence de son fils. À lire. 4/5
10 : Robert Barr « Le Grand Mystère de Pegram » Sherlaw Kombs (Sherlock Holmes) est ici, incroyable. Ses dons de déductions et sa facilité à trouver la solution sont à la limite du rationnel. N’est pas Conan Doyle qui veut. Mais l’enquête tient la route et le dénouement est intéressant. 4/5