Bohème
de Olivier Steiner

critiqué par Pucksimberg, le 1 mai 2012
(Toulon - 40 ans)


La note:  étoiles
Une histoire d'amour par sms et e-mail.
Après avoir lu la critique élogieuse de ce roman dans "Le magazine littéraire", je me suis empressé de me procurer ce roman.

Cette oeuvre ne se compose que de sms et de mails dans lesquels Pierre, un metteur en scène, communique avec un jeune homme de 26 ans, Tarek, rebaptisé Jérôme, vendeur d'huile d'olive à l'île Saint-Louis. Bien que marié, Pierre tombe sous le charme de ce jeune homme homosexuel. "Le Magazine littéraire" présente ce roman comme fortement inspiré par "La princesse de Clèves". Le postulat de départ est original, mais bien vite l'ennui a prédominé, pour ma part.

Les sms et les mails, bien écrits, soulignent les balbutiements amoureux, la naissance de la dépendance sentimentale, l'expression du désir, des angoisses ... Souvent, l'on tombe dans les clichés ( "vous me manquez", "je pense fort à vous" ... ). Il est intéressant de découvrir le travail de metteur en scène de Pierre qui s'attèle à l'opéra de Wagner "Tristan et Iseut", de voir les liens entre les deux histoires d'amour, celle des personnages médiévaux et celle de Pierre et de Jérôme, de découvrir qu'aujourd'hui de nombreuses histoires d'amour naissent de mails comme si l'écrit permettait de séduire par le fait même que l'on est plus sincère et plus libéré. Il n'en demeure pas moins que je me suis vite lassé de leurs échanges ...

En revanche, la fin est de qualité, les trente dernières pages accrochent le lecteur, leur lyrisme est fabuleux et l'on sent la qualité d'écriture d'Olivier Steiner.

Le roman m'a paru inégal, j'ai balancé entre ennui et fascination à la fin du roman ... L'écriture est sans nul doute belle. Certaines scènes sont d'une extrême franchise et d'une crudité nécessaire pour bien comprendre le personnage de Tarek. C'est sans doute le rythme du roman qui m'a posé problème ...