L'étudiant étranger de Philippe Labro

L'étudiant étranger de Philippe Labro

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Zélie, le 1 octobre 2002 (Lipsheim, Inscrite le 14 août 2002, 40 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 11 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (968ème position).
Visites : 5 802  (depuis Novembre 2007)

Voyage aux Amériques

Le roman décrit l'aventure d'un jeune français qui, grâce à une bourse d'études, va passer une année de sa vie dans une université américaine de Virginie. C'est donc le récit de cette grande découverte que nous conte Philippe LABRO : les Etats-unis des années soixante, avec la naissance du rock, commençant à bousculer les moeurs puritaines des états du sud. Les valeurs d'un pays telles qu'un jeune français peut les percevoir... Au delà de cela, c'est aussi l'histoire d'un garçon de 18 ans, avec ses envies, l'histoire de beaucoup de garçons de 18 ans en fait.
Le livre est très facile à lire. Le sujet traité est léger et on se laisse emmener gaiement par le héros et ses nombreuses péripéties. La peinture de l'Amérique est un peu légère, mais les divers petits "flash" historiques sont divertissants : les début d'Elvis, qui n'est pas encore le King, les premiers pas de James Dean... C'est un livre que l'on peut conseiller à tous ceux qui ont envie de passer un court moment (les quelques 300 pages se lisent très très vite !) en compagnie d'un jeune adulte, et ainsi se rappeler ses jeunes années, ou anticiper sa future émancipation !
Bien quoi !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La folle aventure d'un étudiant.

7 étoiles

Critique de Balzac1999 (, Inscrit le 26 février 2016, 19 ans) - 26 février 2016

Le roman explique l'histoire d'un jeune étudiant français qui part pour passer une année dans une université américaine, dans l'état de Virginie. Cet étudiant reste très brillant mais reste quand même étranger. Il apprend la vie aux Etats-Unis, dans les années 50, durant lesquelles le racisme est toujours fort présent. L'étudiant a d'ailleurs une relation avec une jeune noir qui doit rester secrète car elle était très mal vue. Les blancs n'ont pas le droit d'aller dans les quartiers noirs, pourtant le héros n'hésite pas à aller dans des clubs de noirs. Après sa première relation avec April, la fille noire, il revoit une fille qui a bien fort changé depuis la première fois qu'il l'a vue. Mais cette histoire ne se passe pas comme il l'avait imaginé.
Grâce à ce roman, il nous est facile de nous imaginer une année à l'étranger à l'âge de 18 ans. L'histoire est facile à lire mais je trouve que l'auteur part des fois dans des détails inutiles.

Insouciance et nostalgie

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 4 février 2012

Si les espoirs juvéniles de concrétiser un rêve et de partir à l'aventure sont assez banals, l'auteur reste sincère, décortique sans pathos, ni larmes, ni sensationnalisme, en effet, une page de son histoire, propice à stimuler l'envie et les fantasmes de sa génération et de celles qui ont suivi. La prise de distance est la bonne. Si écrire ce livre constitue bien une nostalgie, il n'en fait pas étalage : les descriptions et analyses suffisent. Cet ouvrage constitue donc un témoignage assez fin et sensible.

Le mythe américain ......

8 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 52 ans) - 1 mai 2010

les états-unis des années 1960 , la jeunesse insouciante en plus et la ségrégation raciale........ les cartes sont posées pour produire une superbe oeuvre romanesque.

USA années rockabilly

8 étoiles

Critique de Jfp (Yerres (Essonne), Inscrit le 21 juin 2009, 70 ans) - 23 janvier 2010

Un parcours initiatique, à la découverte de l'amour et des problèmes raciaux dans l'Amérique des années 50. Le narrateur, un brillant lycéen français, a gagné une bourse qui va lui permettre de poursuivre ses études aux États-Unis. Sur le campus d'une université de Virginie, il va devoir déchiffrer les codes d'une mini-société très hiérarchisée, très blanche et très propre sur elle (du moins le croit-elle), qui intègre dans l'univers protégé des "colleges" américains tous les tabous de la société américaine bien-pensante du Sud des États-Unis. On est loin, très loin encore des émeutes raciales et des manifestations étudiantes des années 60. Grâce à April, une institutrice noire dont il va tomber amoureux (en cachette, bien sûr !), il va découvrir la face cachée de cette Amérique chérie, dont il semblait tout ignorer à son arrivée. Malgré son amour sincère (et partagé) pour cette belle jeune femme, il va comprendre assez vite que leur relation ne les mènera nulle part. Comme son cœur (?) déborde, il ne va pas tarder à reporter son affection sur Elisabeth, une étudiante sexy, bien blanche celle-là et riche héritière. Elisabeth incarne, des années avant qu'elle n'éclate, la révolte de la jeunesse des années rock. Hélas, le rappel à l'ordre ne va pas tarder, les parents rappliquant dare-dare pour reprendre en main leur fifille chérie, au grand dam de notre jeune premier bien esseulé. Malgré ce scénario digne d'un roman-photo, ce roman d'initiation, d'une facture très classique mais bien écrit et plein de charme, constitue un témoignage sur une certaine époque de l'histoire américaine. Le héros nous paraît aujourd'hui un tantinet ridicule, figé qu'il est dans son conformisme et son désir de réussir à tout prix, mais à travers le regard sincère qu'il porte sur les gens et sur la vie, l'auteur réussit à le rendre attachant.

un super roman.

10 étoiles

Critique de Kyp (, Inscrit le 4 septembre 2009, 25 ans) - 5 septembre 2009

Un roman qui m'a vraiment accroché, une histoire très bien tournée. Je le conseille. Alors, chapeau Labro.

sentimental

8 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 43 ans) - 6 octobre 2006

j'avais bien aimé ce roman que j'ai lu il y a quelques années pendant mes études. Cela m'avait donné envie de partir à l'étranger. Je recommande ce roman, cela permet de connaître et de s'immerger dans la vie sur un campus américain.

L'insouciance de la jeunesse...

10 étoiles

Critique de Morganedetoi (, Inscrite le 8 septembre 2005, 30 ans) - 20 septembre 2006

j'ai beaucoup aimé ce livre comme d'ailleurs la plupart des livres de Philippe Labro. J'ai trouvé ce roman plein de sensibilité, le héros qui cherche à s'intégrer dans la société américaine et à comprendre son fonctionnement. L'auteur vit ainsi ses premières expériences dans tout les domaines: l'amour, l'amitié.... J'ai également bien aimé la description que fait l'auteur de cette période où le racisme prédominait encore mais où l'insouciance régnait.
C'est un roman frais, léger que je recommande à tous les nostalgiques de ce temps là!

Les études aux Usa

8 étoiles

Critique de Tyty2410 (paris, Inscrite le 1 août 2005, 31 ans) - 2 juin 2006

J'ai mis du temps à rentrer dans l'univers que crée Philippe Labro ..mais une fois rentrée on ne peut plus s'en échapper . On a un regard neuf , notre regard (comme si c'était nous-mêmes qui étions dans cette université , mais paradoxalement on se sent américain tout de même .Un style limpide simple et clair . On passe un très bon moment en lisant ce livre .

L'Amérique estudiantine

8 étoiles

Critique de Libris québécis (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 76 ans) - 5 septembre 2005

Un beau roman dont le héros français de 18 ans n'est pas un garçon flamboyant qui s'élève au-dessus de la masse. C'est le roman du quotidien ordinaire de l'université de l'état de la Virginie (du Sud ou du Nord ?). Pour une fois, on ne voit pas un jeune qui veut refaire le monde parce que tous ceux qui l'ont précédé étaient des nuls, d'Aristote à Einstein. Il regarde les Américains, ne le juge pas. Il constate leur manière de vie, apprend leurs valeurs. Il verra comme partout ailleurs, que l'on se construit des barricades à l'ombre desquelles on vit. On se moque des valeurs des époques anciennes, mais le monde n'est pas encore sorti du Moyen Âge. On n'aime pas une fille qui appartient à un standing supérieur au sien, on s'initie à la sexualité dans une auto avec une Noire qui appartient généralement à un standing inférieur. Des petites découvertes qui révèlent notre étroitesse d'esprit. Quand même, le jeune étudiant aime les États-Unis. Enfin un qui ne partage pas la haine de ses concitoyens. Il se trouvera même un mécène américain pour se payer une autre année scolaire. À travers les yeux d'un jeune, l'auteur jette un regard honnête sur un pays qui n'a pas de leçons à donner aux autres et qui n'a pas de leçons à recevoir d'autrui. Que les vierges offensées se le tiennent pour dit.

Good job

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans) - 17 juin 2004

Prix INTERALLIE 1986, l'ETUDIANT ETRANGER a bien franchi le cap d'une quinzaine d'années maintenant. On sent un vécu derrière. Philippe LABRO a manifestement eu la chance de partir faire 2 ans d'étude aux USA à un âge où tous les possibles existent. Ode à la fois à cette période bénie des alentours des 20 ans et à cette vie, artificielle certes, mais certainement bluffante qu'on doit mener dans une Université américaine. Certains passages faisaient résonner en moi des tranches de vie déja lues dans certains romans de John IRVING. Il n'y a pas de surenchère, de sensionnalisme. Bravo Philippe LABRO.

Forums: L'étudiant étranger

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'étudiant étranger".