Le seigneur de la montagne
de Walter Macken

critiqué par Spirit, le 19 février 2012
(Ploudaniel/BRETAGNE - 60 ans)


La note:  étoiles
La paix de l'âme...
Paru l’année de son décès en 1967, « Le seigneur de la montagne » de Walter Macken nous entraine sur les chemins d’une Irlande traditionnelle en passe de faire le grand saut vers la modernité. Sur cette trame le roman nous montre que quels que soient les événements, les passions des hommes sont toujours guidées par les mêmes pulsions…

De retour dans son village après une longue fuite de jeunesse à travers le monde et la guerre, Donn reprend le cours de sa vie au sein de sa communauté. Il apportera sa fougue et son dynamisme afin de mener le village vers le progrès au risque d’entrer en conflit avec les milieux ecclésiastiques toujours puissants et quasi souverains en Irlande. Sa famille aura une nouvelle fois à souffrir et rien ne sera simple pour cet homme à l’intelligence visionnaire et humaniste.

Un grand livre, comme tous ceux de Walter Macken, qui parle infiniment bien de son pays et de ses habitants avec une affection certaine et parfois quelques piques que l’on réserve à ceux que l’on aime par-dessus tout. Un roman qui parvient à nous plonger dans l’humanité sans verser dans le pathos…