L'échiquier du mal de Dan Simmons

L'échiquier du mal de Dan Simmons
( Carrion comfort)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Olorin, le 12 septembre 2002 (HobbitTown, Inscrit le 29 août 2002, 116 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 19 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 180ème position).
Visites : 10 960  (depuis Novembre 2007)

Mais où Diable Dan Simmons va-t-il s'arrêter ?

Je tiens à préciser avant toutes choses que la critique qui va suivre prend en compte les deux tomes de ce magnifique roman. Pour des raisons techniques, je n'ai pu que mettre l'ISBN du tome 1; Je vais réparer tout de suite ce petit incident pour vous permettre d'aller l'acheter plus facilement. L'ISBN du tome 2 est donc 2070415880, il fait 533 pages et se trouve dans la même collection que le 1.
Pour résumer grossièrement le livre, je ne dirai que quelques mots dessus. Certaines personnes dans ce monde ont un talent caché qu'ils ne doivent pas révéler pour leur survie. Ils sont capables de donner des ordres à d'autres personnes en rentrant dans leurs pensées. Les victimes de ce viol n'en ont qu'un vague souvenir. Enfin pour la plupart ...
Un chef d'oeuvre, que dis-je une pure merveille, difficile de décrire ce que j'ai ressenti en lisant un tel roman tant j'y ai été accroché, ne pouvant que difficilement le quitter des yeux.

Simmons utilise son style moderne bien à lui, facilitant grandement la lecture du roman. Les événements du récit sont racontés tour à tour par les "vampires psychiques" et par leurs "victimes". L'auteur tient ainsi son lecteur en haleine arrêtant les faits au moment crucial et le reprenant d'un autre point de vue ... Tout simplement génial.

Tenir son lecteur en haleine est l'un des points forts de Simmons, mais que serait son livre sans sa culture personnelle ? Il expose en fond de trame le génocide des juifs, la différence entre le nord et le sud aux Etats Unis, le racisme ...

Que dire de plus sur une telle oeuvre ? Sans doute de ne pas rater la chute du livre tout simplement inoubliable, qu'on finit par s'accrocher aux personnages (tous très différents les uns des autres, avec une vraie personnalité) aussi bien les "méchants/vampires" que les "gentils/victimes".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Difficilement déçu

6 étoiles

Critique de Bretzel33 (, Inscrit le 14 août 2012, 35 ans) - 14 août 2012

La confrontation des différents points de vue des personnages, "victimes" vs "vampires" et vampires" vs "vampires" en fait un livre assez riche en idées et personnalités.
L'idée de l'histoire est suffisamment originale pour être plaisante, malgré des effets un peu trop téléphonés.

J'ai tout de même apprécié cette lecture, le livre se lit très vite et son côté indéniablement dérangeant reste original. Quelques questions sans réponse et une fin expéditivement expédiée.
Je ne citerai pas de nouveau ce que pense l'auteur de son livre, mais on ne peut que comprendre ce ressenti : il manque beaucoup de choses...

Thriller psychologique et fantastique

8 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans) - 1 septembre 2011

Le milliardaire C. Barent, le télé-évangéliste Sutter, l'Oberst Wilhem von Borchert, le metteur en scène Harod et quelques autres sont des « vampires psychiques ». Dotés de pouvoirs para-normaux, ils sont capables de pénétrer le cerveau d'autres personnes et de les manipuler à distance quitte à les transformer en zombies et même en tueurs psychopathes. Ils vivent par procuration en jouissant ou souffrant du mal qu'ils imposent à leurs victimes. Saul, un israélien rescapé de l'Holocauste et son amie Natalie, sont sur les traces de l'Oberst, ancien criminel nazi, toujours en service et qui ne rêve que de continuer à étendre ses méthodes de domination dans un gigantesque jeu d'échecs aux dimensions du monde. La partie doit atteindre son paroxysme lors d'un « Camp d'été » organisé par Barent dans son île privée de Dolmann Island. Là, loin des regards indiscrets, les vampires et quelques personnalités de la très haute société, pourront se livrer en toute impunité à des plaisirs sadiques dignes des « Chasses du Comte Zaroff ». Saul et Natalie seront-ils les grains de sable qui détraqueront la monstrueuse mécanique ?
Un imposant thriller psychologique et fantastique dans le style particulier de Dan Simmons que certains pourront considérer comme « culte » dans la mesure où l'imagination du maître s'y fait débordante et foisonnante. Rarement un tel thème a été abordé même dans les littératures de l'imaginaire. Comme toujours on sent un énorme travail de documentation derrière cette histoire fort dérangeante de manipulation psychique qui confine à la possession et interroge sur les racines du mal et sur les fins dernières. Petites ombres au tableau : forts longues et minutieuses descriptions de lieux ou de circonstances qui font un peu remplissage, n'apportent pas grand chose et ralentissent le rythme d'une action qui traîne souvent en longueur. La fameuse partie d'échecs humains géants n'en finit pas. Heureusement une fin particulièrement inattendue et spectaculaire ( elle remet en question toute la thèse de départ et laisse ouvertes mille problématiques) termine le livre en apothéose. Au total, un très bon Dan Simmons qui démontre avec cet « Echiquier » sa maîtrise dans des genres complètement différents. (Science-Fiction avec « Hypérion », Gore Historique avec « Terreur » et Fantastique avec celui-ci).

Bien écrit et dérangeant !

8 étoiles

Critique de Sylviageraldine (, Inscrite le 9 juin 2010, 39 ans) - 9 juin 2010

C'est bien écrit et bien ficelé. Le roman met en scène des personnages pervers et puissants et en face des victimes innocentes et quasi impuissantes.
Ce roman m'a marqué car c'est la première fois que je lis un livre dont l'univers et les personnages principaux me déplaisent. Pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller jusqu'à la fin.

Captivant

9 étoiles

Critique de Cbarker (, Inscrit le 14 juillet 2009, 53 ans) - 14 juillet 2009

J'avais arrêté de lire depuis un petit moment et ces livres, car il y a 2 tomes en livre de poche, furent mes premières lectures. C'est génial, le premier tome est génial, j'ai lu avec beaucoup de plaisir cette histoire. Le tome 2 est un peu moins bien mais il il se lit très bien, le final est génial. Si vous aimez le genre fantastique ces livres sont pour vous.

Thriller palpitant

8 étoiles

Critique de Endymion (lille, Inscrit le 11 mai 2005, 39 ans) - 26 mai 2008

Il y a ceux qui luttent : un Juif rescapé des camps de la mort, une jeune Noire à la recherche des assassins de son père... Et il y a Eux, ceux qui ont le Talent. Milliardaires à force de violence, ex-nazis, membres du FBI, des dirigeants qui, dans l’ombre, tirent les ficelles et lavent les cerveaux.

Ils ne sont qu’une poignée, mais de nombreuses guerres ne sont dues qu’à leur affrontement, et ils utilisent les hommes comme des jouets, comme des marionnettes méprisables juste bonnes à obéir.

Le lecteur découvrira avec délectation cette sombre histoire de vampires mentaux, dont les capacités psychiques paranormales sont responsables des pires atrocités commises en ce siècle ténébreux [le XXème, en l’occurrence, mais il semble bien que cela continue].

Une flopée de personnages attachants, des méchants terrifiants... très fort. Une preuve supplémentaire du grand talent de SIMMONS

Le seul livre que j'ai jeté...

2 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 46 ans) - 9 mai 2008

L'échiquier du mal m'a été offert avec grand renfort de recommandations et d'éloges... Je n'ai pas pu le finir.

Dès les premières pages, la récupération du génocide et des camps de concentration m'a dérangé. La suite est pire, le Talent des tortionnaires que Dan Simmons met en scène lui permet de donner dans le voyeurisme sordide, violent et obscène. Tout pour plaire à "des adolescents illettrés et des ménagères lobotomisées qui font la queue chaque mois pour acheter les nouveautés de chez Harlequin".

Pour le scénario et le déroulement : des clichés, des stéréotypes, des effets qu'on attend et devine plusieurs pages à l'avance...

D'habitude je garde les livres que j'ai lus, même les plus mauvais, car la lecture a créé malgré tout un lien, une mémoire. Pour la première fois de ma vie, j'ai jeté un livre à la poubelle (la bleue bien sûr).

C'est excellent !

9 étoiles

Critique de Olivier1180 (Bruxelles, Inscrit le 21 octobre 2007, 47 ans) - 28 octobre 2007

Alors là, on frise le meilleur de la littérature de science-fiction!
Que dire, plus de 1200 pages qui tiennent en haleine du début à la fin, une histoire magnifiquement bien montée, qui de surcroît, à l'inverse de certains auteurs qui se croient obligés de torturer le lecteur avec des formules alambiquées se lit avec énormément de facilité, à tel point qu'en trois jours j'avais dévoré les deux tomes... et une seule réflexion après avoir lu les dernières lignes: ZUT! c'est déjà fini...

Pour les amateurs du genre, du pur bonheur, allez-y, foncez!

Livre important

10 étoiles

Critique de Theyrani (, Inscrite le 24 avril 2006, 55 ans) - 13 décembre 2006

Ce livre est d'une incroyable densité, d'une grande érudition, et Dan Simmons réussit sur les deux tomes à créer un monde d'une cruauté diabolique, avec des personnages puissants et maléfiques. Ces deux héros si faibles vont s'attaquer à des monstres inaccessibles, et l'aventure est passionnante. C'est pour moi de la grande littérature, et du grand roman fantastique

Terrible

10 étoiles

Critique de Sufull (Quevy-le-petit, Inscrit le 29 mai 2005, 42 ans) - 27 septembre 2006

Un seul mot, terrible.
Les premières pages vous placent directement dans ce que sera l'histoire du livre.
Un Talent ... mais quel talent, celui de diriger les gens par la force de sa volonté. Comment aller contre ce pouvoir, alors que pour eux c'est un jeu de l'utiliser, pour les victimes c'est un viol. Un combat pour le pouvoir et la liberté s'en suivra.

J'avais vu un film avec le même pouvoir et en commençant le livre, j'avais peur d'être déçu. Loin de là, Simmons est vraiment très fort pour tenir son lecteur en haleine. Les rebondissements sont nombreux, l'action est continue et ne vous lache pas.

1200 pages !

2 étoiles

Critique de Clapotons (Lyon, Inscrit le 24 avril 2006, 39 ans) - 11 septembre 2006

1200 pages c'est tellement long quand on s'ennuie dès la centième. Heureusement que de temps en temps l'auteur nous parle de la relation Saul/Wilhelm von Borchert, et encore...

Enorme!!

8 étoiles

Critique de Missparker (Ixelles, Inscrite le 27 janvier 2006, 37 ans) - 29 janvier 2006

Voulant m'essayer à lire un Dan Simmons, je choisis (un peu par hasard, il est vrai) "L'Echiquier du Mal". Quelle ne fut pas ma surprise en m’apercevant qu'une fois ma lecture commencée, il m'était impossible de m'arrêter. Je dus alors, cas de force majeure oblige, délaisser toute activité afin de venir à bout des quelques 1200 pages.

Tous les éléments qui font de ce livre une bonne lecture sont présents : personnages attachants et quelque peu machiavéliques, suspense efficace, retournements déroutants, style posé, rythme soutenu, plume leste et envolée et j'en passe!! Les phrases sont belles et recherchées. L'histoire est très prenante et le thème (les vampires psychiques) ne laisse pas indifférent.

Bref, on peut dire que j'ai aimé.
A conseiller.

Réécriture totalement déroutante

6 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 36 ans) - 6 avril 2005

*révélations possibles sur ce bouquin ici, alors personnes qui ne l'ont pas encore lu, peut-être feriez-vous mieux de vous abstenir *

Pendant les huit cent premières pages de ce roman, j'ai trouvé le style complètement empesé, lourd et parfois inutilement descriptif...comme si Dan Simmons avait, à la Henry James, scénarisé ses chapitres avant de les écrire.

Cependant, une heureuse coïncidence, je suis tombé sur le "Dracula" de Francis Ford Coppola durant ma lecture de ce livre...et j'ai pu constater qu'à l'intérieur de "L'échiquier du mal", Dan Simmons procède à une curieuse et déroutante réécriture moderne de l'oeuvre de Bram Stokers. Bien sûr je n'ai pas lu le roman original (quoique maintenant j'en ai envie), et ce dernier est moins volumineux que celui de Simmons, mais cette réécriture semble seulement concerner l'affrontement que se livrent Melanie Fuller, Saul Lasky et Nathalie Preston. Les points communs sont frappants.

Melanie Fuller tel Dracula part de sa ville natale, déménage dans une autre ville où, comme Dracula elle s'approprie un immeuble historique, pour mieux revenir à sa ville natale... pour s'y faire immoler (référence à la fin tragique de Nosfératu?)

Saul Lasky lui, tel un Van Helsing des temps modernes, exerçant d'ailleurs une profession connexe au tortionnaire de Dracula, se sert également de la science contre des phénomènes qui paraissent d'entrée de jeu inexplicables.

Nathalie Preston, tel Mina Murray monte affronter le grand méchant monstre dans son palais. Mina et Van Helsing entretiennent également une relation aussi ambiguë que Saul et Nathalie.

Là s'arrêtent les points communs que j'ai trouvé. Si vous en trouvez d'autres ou si vous me trouvez dingue sentez-vous libre de m'en parler sur le forum. Je suis également sûr que d'autres récits classiques y sont réécrits, mais peut-être je ne les ai pas lus encore... sentez-vous libres de partager vos impressions.

N'empêche que j'ai trouvé la lecture de "L'échiquier du mal" beaucoup plus amusante et sensée après cela. Dan Simmons a du talent, on le voit, on le sent par son écriture, par son style moderne et par son habileté à jongler avec les situations.

"L'Échiquier du mal" présente quelques situations intéressantes, mais toute cette préparation pro-écriture si je peux employer l'expression, semble s'être mise plusieurs fois dans le chemin de l'intelligibilité de son récit.

On a droit au meilleur comme au pire, on trouve Simmons génial, puis on le trouve puéril. Oui je vais donner une deuxième chance à cet auteur, mais pour l'instant je vais digérer cet immense cheeseburger littéraire qu'est "L'échiquier du mal" (c'est bon un cheeseburger, très bon même, mais c'est pas trop bon pour la santé)

Vivement le prochain livre dans ma pile... Ah tiens, James Joyce! Bonheur!

Pas mal quand même ...

6 étoiles

Critique de Playmobil (, Inscrit le 1 octobre 2004, 43 ans) - 26 octobre 2004

Si vous êtes fan de fantastique et que vous aimez les romans captivants , prenez le temps de lire celui-ci...
Même s'il n'échappe pas à certains stéréotypes, il est quand même prenant et vous aurez du mal à le lacher.
Je voudrais juste émettre une réserve sur la qualification de "meilleur livre de Dan Simmons", il me semble en effet que les 8 tomes de Hypérion/Endymion sont beaucoup plus originaux et déroutants.

génial

8 étoiles

Critique de Crysta (, Inscrite le 10 août 2004, 32 ans) - 10 août 2004

j'ai trouvé ce livre génial!! Même si j'ai trouvé le début un peu long c'est surtout à la fin (à partir du moment ou Saul et Natahalie reviennent à Charleston) que j'attendais toujours la suite avec impatience! Dan Simmons fait passer ses idées, sa morale à travers le livre en multipliant les différents points de vue (d'ailleurs on retrouve bien son style). J'ai hâte d'en lire encore d'autres.

Consternant.

1 étoiles

Critique de Miriandel (Paris, Inscrit le 4 juillet 2004, 58 ans) - 6 août 2004

Ce texte cède à tous les mauvais clichés et leviers faciles.
Consternant.
Suspense ? A peine ; il m'est arrivé d'attendre que l'auteur accouche de son « gros effet qui fait sursauter », évident depuis plusieurs pages.
Style ? Absent. Rien que du gras. Les descriptions surabondantes et sans intérêt pour la narration, sont lourdes, dépourvues d'esprit, de finesse ou d'originalité ?
Humour ? Aucun. J'ai connu des corps de garde où l'on s'amusait davantage.
Histoire ? Stéréotypée. La banalité dans toute son horreur. Le livre aurait aussi bien pu être généré par un logiciel de création de scénario.
Morale ? Pas vu. Si l'auteur n'avait pas l'ambition de philosopher, il y parvient parfaitement.
Analyse de société ? Que nenni. Le moindre journal télévisé débité les mêmes lieux communs, les mêmes horreurs, les mêmes bêtises.
Analyse de personnage ? Même pas ! Cela me fait penser à Montherlant qui interrompt son récit dans "Les jeunes filles" après qu'il ait passablement rasé son lecteur par de nombreuses pages consacrées à Mlle Dandillot, et justifie son texte en expliquant que c'est rendre justice au caractère du personnage que d'imposer au lecteur la même monotonie, le même ennui que le personnage inspire. Au moins, Montherlant a de l'esprit.
Ambiance ? Banalement sordide. La narration fréquemment brisée – ce sera mieux si ça se monte un jour au cinéma –, les répétitions, la pauvreté évocatrice, tout est là pour lasser le lecteur qui ne juge pas la force d'un récit à sa longueur.

Ne vous y trompez pas, aussi déplaisante que me fut la lecture du livre, le vilipender m'est encore plus pénible. Ecrire un roman de plus de mille pages est une tâche titanesque, qui a demandé à l'auteur une énergie formidable, et des sacrifices auxquels son entourage aussi aura dû se soumettre. Pour cette raison seule, le travail doit être respecté, comme doit être respectée toute oeuvre humaine.
Néanmoins, lorsqu'en une centaine de pages, on viole physiquement deux fois – bien entendu des femmes évidemment jolies par des hommes, sinon ce n'est pas vendeur –, on massacre à la barre de fer une petite fille, et que toute l'histoire se construit sur les bases éculées de la grosse machine à faire de l'émotion et du suspense cousu de fil blanc, je me sens insulté en tant que lecteur.

Laissons l'auteur décrire lui-même le genre auquel appartient son "oeuvre" : « C'est une sous-merde écrite avec les pieds à l'intention des adolescents illettrés et des ménagères lobotomisées qui font la queue chaque mois pour acheter les nouveautés de chez Harlequin. De la branlette pour empêchés du bulbe. Naturellement il s'en est vendu trois millions d'exemplaires. »

Déçu

3 étoiles

Critique de Wakkafr (Paris, Inscrit le 12 juin 2004, 46 ans) - 13 juin 2004

Simmons est encensé par nombre de lecteurs et puis on en parle beaucoup aujourd'hui à cause de son dernier roman paru Ilium.
Eh bien en ce qui me concerne, j'ai trouvé L'échiquier ennuyant, et c'est ennuyeux pour quelqu'un qui n'aime pas laisser une lecture inachevée. Je me suis donc forcé à aller jusqu'au bout des 1214 pages ! L'exercice a été long ! long ! long !
J'aurais pu me passer de nombreux passages qui m'ont semblé être du délayage.
Bref, je ne le recommanderai pas.

le meilleur livre de dan simmons

9 étoiles

Critique de Marz (Aulnay sous bois, Inscrite le 1 juin 2004, 36 ans) - 1 juin 2004

L'histoire est vraiment très recherchée et on reste fascinés devant la cruauté de ces êtres qui ont le Talent. Ce livre, pourtant assez long se lit avec une grande facilité et avec un grand plaisir. Je conseille donc ce livre à tous ceux qui aiment les livres dans le genre de Stephen King ou d'Anne Rice, et cet ouvrage leur donnera sûrement envie de lire d'autres livres de dan simmons qui est vraiment un auteur très intéressant.

Haletant...

8 étoiles

Critique de Benoit (Rouen, Inscrit le 10 mai 2004, 38 ans) - 25 mai 2004

Dans ce roman, l'auteur vous tient en haleine du début jusqu'à la fin! A lire absolument! En effet, il a le don de ménager le suspens et les scènes d'action sont décrites superbement! J'ai été époustouflé!
On croit à un moment donné que l'histoire va se terminer et on s'étonne qu'il reste encore quelques centaines de pages... Puis il y a un revirement complet de situation et nous voila embarqués dans d'autres péripéties!! Franchement, c'est un des rares romans que j'ai eu du mal à refermer car il fallait que je dorme ou que je fasse autre chose...
Et le mieux, c'est que tout se tient parfaitement : pas d'incohérence! Et l'histoire est extrêmement riche... Alors ne boudez pas votre plaisir : précipitez-vous sur ce roman!! Vous ne le regretterez pas!!

Forums: L'échiquier du mal

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'échiquier du mal".