La Dame pâle
de Alexandre Dumas

critiqué par Henri Cachia, le 14 octobre 2018
(LILLE - 56 ans)


La note:  étoiles
Du fantastique au surnaturel
L'intrigue est assez mince si l'on regarde ce qui s'est écrit depuis.
L'histoire se déroule dans un château des monts Carpates.
Le fantastique se déplace vers le surnaturel.
Dans cet univers gothique, l'héroïne Hedwige, nous contant son expérience rétrospectivement, est recluse, tombe amoureuse d'un prince, mais devient l'objet d'une malédiction et la proie de forces maléfiques. Le monde des vivants communique avec les morts.
Irruption de la figure extraordinaire du vampire qu'Alexandre Dumas, comme beaucoup d'autres à cette époque, emprunte au roman «Le vampire de Polidori » qui date de 1817, et serait a priori le premier à utiliser cette figure dans la littérature, avant l'immense succès du Dracula de Bram Stocker en 1897. 
A noter qu'il semblerait que les nouvelles et contes fantastiques naissent dans des journaux au XIXè siècle en France, et que de nombreux auteurs trouvèrent là de quoi commencer à pouvoir vivre de leur plume, comme ce sera le cas pour leurs homologues américains durant le XXè siècle aux Etats-Unis.

Extrait :
... « … Ecoutez dit la dame pâle avec une étrange solennité, puisque tout le monde ici a raconté une histoire, j'en veux raconter une aussi. Docteur, vous ne direz pas que l'histoire n'est pas vraie ; c'est la mienne... Vous allez savoir ce que la science n'a pas pu vous dire jusqu'à présent, docteur ; vous allez savoir pourquoi je suis si pâle.
En ce moment un rayon de lune glissa par la fenêtre à travers les rideaux, et, venant se jouer sur le canapé où elle était couchée, l'enveloppa d'une lueur bleuâtre qui semblait faire d'elle une statue de marbre noir couchée sur un tombeau... »...