La Tour Sombre, tome 8 : La clé des vents de Stephen King

La Tour Sombre, tome 8 : La clé des vents de Stephen King
(The Wind Through the Keyhole)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Anglophone

Critiqué par Martell, le 3 novembre 2012 (Inscrit le 27 février 2004, 65 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 862ème position).
Visites : 2 295 

Vous avez aimé la saga ?

Alors prenez la peine de vous replonger dans cet univers particulier avec ce nouveau récit qui se situe sur la route de Calla, entre le volume IV et V pourrait-on dire. Il y a d'abord la quête de notre quatuor qui retrouve la route du rayon après que Roland eut découvert son matricide caché (fin de Magie et Cristal), mais une tempête rare et légendaire se prépare à tout ravager comme à chaque demi siècle environ pour tout recouvrir de glace pendant quelques heures, ils vont repérer un bâtiment qui pourrait peut-être les abriter. Et durant cette pause s'ouvrira un nouveau récit, celui du souvenir de la première mission de Roland et de son compagnon jeune pistolero aussi, ils doivent se rendre au confins du royaume de Gilead où le shérif de la ville de Debaria exige des renforts pour venir à bout d'un tueur en série monstrueux, un garou, et c'est là que Roland à ses débuts de pistolero démontre ses qualités de conteur hors pair (comme SK tiens tiens) face à un jeune garçon apeuré, son récit est un conte d'enfance qui l'a toujours fasciné "la clé des vents". On tiendra là le cœur de ce livre et quand le jeune Roland termine de raconter la légende, l'enquête sur le tueur reprendra son cours… puis on reviendra au présent, la fin de la longue nuit de tempête qui s'achève.

Même si ce nouvel opus apporte peu de détails nouveaux sur la quête, c'est avant tout la beauté de se replonger dans un univers d'un autre temps qui est à signaler et l'écriture de King, ici, pleine d'aisance est un véritable régal.

Un petit regret, le personnage de Maerlyn me semble toujours très flou, que ce soit volontaire ou non.

Derniers mots pour ceux qui se sont arrêté au premier tome. Je vous comprends, j'avais du mal à croire que SK pouvait écrire d'une manière aussi aride. J'ai appris plus tard qu'il avait commencé cette histoire lorsqu'il avait 16 ans. Bien avant que la saga prenne forme elle démarre en fait au deuxième tome où là on sent les vibrations futures.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Un dernier pour la route

8 étoiles

Critique de Kalie (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 49 ans) - 21 juillet 2017

Ici, les récits imbriqués telles des poupées russes sont correctement menés et bien écrits. Il y a même du suspense, surtout dans l'un d'entre eux. C'est un plaisir de retrouver Roland et ses amis ; même s'il font ici une pause (forcée) dans leur quête, prétexte à deux histoires passionnantes (une aventure de jeunesse du pistolero et un conte). Une fois de plus, j'ai trouvé dans cet épisode de la série phare de l'auteur des qualités d'écriture pas toujours présentes dans ses autres livres.

trois histoires en une

10 étoiles

Critique de Yoshiki (, Inscrit le 8 novembre 2011, 29 ans) - 14 août 2013

Depuis un moment Stephen King nous écrit plus de chef d’œuvre des histoires intéressantes mais bof, mais là il se rattrape avec la clé des vents une histoire bien maîtrisée j'ai bien aimé comment Stephen King a enchaîné trois scénarios différents on se serait cru dans un recueil de nouvelles, on retrouve nos personnages préférés Jack, Eddie et Susanah, puis nous partons dans le passé de Roland puis ensuite dans un conte. le tout relié et fini en même temps à la fin du livre, bravo de plus ce livre n'est pas un pavé et va droit au but bref cinq étoiles bien méritées pour Stephen King.

Forums: La Tour Sombre, tome 8 : La clé des vents

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Tour Sombre, tome 8 : La clé des vents".