La première enquête de Montalbano
de Andrea Camilleri

critiqué par Jfp, le 31 décembre 2011
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)


La note:  étoiles
montalbano je suis...
Andrea Camilleri a inventé un style qui le distingue parmi les auteurs de romans policiers contemporains. La langue, mélange de sicilien et d'italien de la rue mâtiné de trouvailles langagières dignes d'un Louis-Ferdinand Céline ou d'un James Joyce, est admirablement rendue par la traduction (il faudrait plutôt dire la réécriture) de Serge Quadruppani, par ailleurs excellent auteur de romans policiers. Le comportement du héros principal, le commissaire Montalbano, dénote également, par son jemenfoutisme érigé en principe de vie, pour ne pas dire sa fainéantise dès lors qu'il s'agit d’autre chose que faire honneur à une belle esseulée, un plat de pâtes ou... une dive bouteille! La réussite de ses enquêtes, il la doit au hasard ou, assez souvent, à la sagacité de son fidèle adjoint le sérieux Fazio. Autant dire que l'intérêt de l'histoire réside plus dans le décor et les personnages qui l’habitent, que dans cette espèce d'anti-héros qu'est le "dottor" Montalbano. Des trois longues nouvelles rassemblées dans ce volume, celle que je préfère est la seconde, qui donne son nom au recueil, où Montalbano, fraîchement de retour dans sa Vigàta natale, où il vient d'être nommé commissaire, se trouve aux prises avec les Cuffaro et les Sinagra, deux famille mafieuses qui se font la guerre pour le contrôle de la ville. On est plongé dans une réalité sicilienne curieusement absente, ou seulement en filigrane, dans les autres enquêtes du célèbre commissaire. Entre le passage à tabac d'un homme âgé portant lunettes par un représentant de la jeunesse dorée locale, et la jeune Rosanna, qui s’apprête à tuer le juge qui a mis en prison son amoureux, se tissent des liens qui révèlent la face cachée d’une ville que Montalbano croyait pourtant connaître comme sa poche. Les deux autres nouvelles sont également d’un très bon niveau, et les bons mots comme les parties de castagne sont au rendez-vous. Une bonne introduction au petit monde de Don Camilleri…
Trois sacrés tracassins pour Montalbano 7 étoiles

A la lecture de ces trois nouvelles, le lecteur comprend aisément le succès que les enquêtes du commissaire Montalbano ont remporté et connaissent toujours en Italie : la couleur locale de la Sicile, un commissaire débonnaire et bon vivant, le charme d’un parler régional avec ses tournures pittoresques. Avec cela, des touches d’humour qui proviennent le plus souvent de l’interaction du fameux Montalbano avec ses subordonnés, à la comprenette plus ou moins rapide.

Il est vrai que le lecteur français n’a pas la chance de profiter pleinement de ce jeu de tonalités entre le dialecte sicilien et l’italien. Néanmoins, comme les critiques précédents, j’ai apprécié les efforts du traducteur, Serge Quadruppani, pour rendre au mieux ce parler, choisissant parfois de laisser une expression en dialecte, puis immédiatement de la traduire, ce qui est assez judicieux et plaisant pour les locuteurs de langue romane que nous sommes, ou encore de traduire certains mots par des termes du Midi de la France.

Jfp a raison de dire que l'intérêt de ces nouvelles réside davantage dans le petit monde que côtoie Montalbano, dans ses tergiversations que dans les intrigues proprement dites. Le commissaire est davantage le représentant de l'esprit de la loi que de son libellé et prend de larges libertés, qui font sourire le lecteur, tant avec l’administration des preuves qu’avec les délais et formalités de garde à vue.

Les histoires de Camilleri ont également le bon goût de trancher avec une tendance de nombreux auteurs de littérature policière à faire surenchère de violence pour essayer de marquer les esprits et appâter les lecteurs. L'auteur prouve que point n'est besoin de litres d'hémoglobine pour conquérir des suffrages.

L’ordonnancement des trois nouvelles m’a surpris. Dans la première, on est dans un monde déjà constitué et les rapports de Montalbano avec ses collègues sont trop elliptiques pour la personne qui découvre ce petit monde ce qui est un peu décevant. C'est d'autant plus regrettable que la seconde nouvelle du recueil, « La première enquête de Montalbano », nous permet réellement de faire connaissance avec le tout juste nommé commissaire, qui après avoir été en poste à la montagne (quelques dizaine de kilomètres à l’intérieur des terres !), un exil douloureux pour cet homme qui aime sa promenade au bord de l’eau, peut regagner le Sud de la Sicile. Le lecteur découvre les subordonnés de Montalbano, que l’on retrouve dans les autres histoires, avec leurs petits traits de caractère amusants et comprend rapidement que celui-ci a sa propre manière de mener les enquêtes et qu’il se moque assez largement des convenances. Une inversion des nouvelles aurait été plus logique.

La première nouvelle « Sept lundis » suit une série de meurtres d'animaux, accompagnés d’un message moitié loufoque, moitié sibyllin, la dernière « Retour aux origines » voit le commissaire essayer de démêler les motifs d’un enlèvement d’une enfant sur fond de mafia italo-américaine.

Quand Montalbano perd l’appétit devant une succulente spécialité locale, c’est mauvais signe. L’affaire devient grave, c'est un gros tracassin... Un agréable moment de détente qui apporte soleil et humour.

Citation :
«
- J’ai perquisitionné l’appartement de M. Siracusa.
- Comment vous avez fait pour entrer ?
- Par une fenêtre.
- Comme un voleur, dottore ?
- Comme un voleur, Fazio.
Alors, vous vous trompez, perquisitionner n’est pas le bon mot.
Fazio s’essuya la transpiration de son front avec un mouchard à carreaux.
- Dottore, moi, je vous le dis sans passion : un jour ou l’autre, vous allez finir en taule. Et si ça se trouve, c’est moi qui devrai vous mettre les menottes. »

Kostog - - 46 ans - 9 février 2019


Le Voyage en Italie. 9 étoiles

Si ? Car en effet ici on est, dans l’Italie profonde grâce à ces trois enquêtes truffées d’humour, d’expressions typiques, de cuisine traditionnelle (Comme j’ai pu apprécier, une trattoria à Florence) Alors la Sicile… C'est un roc!… C'est un pic!… C'est un cap!… Que dis-je, c'est un cap ?… C'est une péninsule! Et Andréa-Camilleri, son digne consul.
D’où Montalbano avec son acolyte, nous régalent avec toutes leurs petites tracasseries quotidiennes les rendant ô combien crédibles, ne manquant ni de tempérament ni de générosité dans ce premier triptyque jubilatoire

Pierrot - Villeurbanne - 67 ans - 14 avril 2017