La guerre et le vin : Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis
de Don Kladstrup, Petie Kladstrup

critiqué par Oburoni, le 23 décembre 2011
(Waltham Cross - 34 ans)


La note:  étoiles
Ils n'auront pas nos vins !
L'Occupation fut une période noire. La France, à genoux, fut pillée sans merci et il n'est guère un secteur qui n'échappa a la main-mise impitoyable des Nazis. Ce fut le cas pour l'un de ses fleurons, sa gloire nationale "symbole de prestige, sophistication et pouvoir" : ses vins.

Sous le régime de Vichy ce sont en effet l'équivalent de plusieurs centaines de millions de bouteilles qui furent expédiées en Allemagne ! Près d'un demi-million seul furent, par exemple, retrouvées dans le Nid d'Aigle d'Hitler à Berchtesgaden, pillage incroyable dont il est bien difficile de saisir l'ampleur. La rapacité allemande fut en fait telle qu'elle mena, dès 1941, à une pénurie de vin (en France !!).

Des quatre coins de la France viticole jusque dans un camp de prisonniers en Silésie, des magouilles et combines pour "narguer les Boches" au "Clos du Maréchal Pétain" semant la zizanie dans la vente des Hospices de Beaune, en passant par les mesures ambiguës des "weinfuhrer" et les Jeunesses Hitlériennes rendant service à l'Alsace (la débarrassant des espèces hybrides...) Don et Petie Kladstrup nous font découvrir des petites histoires dans la grande. Ils nous offrent surtout des récits qui, surprenants, reflétant de l’héroïsme à la cupidité forment un très bon aperçu de ce que dut être cette période pour le monde viticole.

Le livre n'est certes pas sans défauts -un style léger et trop souvent anecdotique, reposant beaucoup sur des témoignages de survivants aux mémoires qui flanchent- mais qui, au-delà de l’intérêt historique, constitue un bel et vibrant hommage au vin et ceux qui le font vivre, les vignerons en particulier.

A savourer comme un bon cru.