Lettres sur la cuisine à un prétendu gourmand napolitain
de Alexandre Dumas

critiqué par AmauryWatremez, le 13 décembre 2011
(Evreux - 48 ans)


La note:  étoiles
Lettres d'un ogre
Dumas était un ogre "hénaurme" qui dévorait les histoires et les personnages, mais aussi la bonne chair et beaucoup de corps (il est intéressant de noter que beaucoup d'auteurs de la même période firent les mêmes expériences dont Flaubert, on en trouve un écho dans ses romans et sa correspondance).
Il répond ici à un contradicteur pour lui livrer sa conception de la gastronomie, son idée du plaisir. On parle peu du plaisir de la chère actuellement, ou si on parle c'est sous un angle déviant ou culpabilisant.
Aucune culpabilité, aucune déviance dans ces textes mais un grand amour de la vie sous toutes ses formes, un grand amour des autres aussi, car le plus important c'est de partager tout cela en fait. Les extrémistes, les dogmatiques et les idéologues devraient tous lire des livres de cuisine.