Le voyage à Bordeaux
de Yōko Tawada

critiqué par Ravachol, le 7 décembre 2011
( - 35 ans)


La note:  étoiles
Une japonaise qui vit en Allemagne voyage en France
"Le Voyage à Bordeaux" est composé d'une multitude de récits qui partent dans tous les sens et qui n'ont qu'un seul point commun: Yuna, le personnage principal de ce carnet de bord.

Tout au long de son récit, l'auteure n'abordera finalement que très peu la ville de Bordeaux et la France en général. Chaque décor du chef-lieu de la Gironde, chaque situation rencontrée, ne sera finalement qu'un prétexte à une anecdote logée dans le souvenir de Yuna.

L'Ecriture est très poétique. Par exemple: " Le ciel est une mer sans eau". Mais surtout très sobre et peu émotionnelle. Yoko Tawada écrit avec sang froid ce qu'elle a vécu et ne cherche pas à donner de leçon. Elle ne fait qu'évoquer placidement ce qu'elle a vu défiler devant ses yeux.

Hymne au voyage, évocation de rencontres et de voyages, roman sans frontière, "Le voyage à Bordeaux" est une tranche de vie que l'on dévore sans faim. Sans être culte, ce livre laisse un petit goût suave une fois refermé.