Du domaine des murmures
de Carole Martinez

critiqué par Oops, le 21 novembre 2011
(Bordeaux - 51 ans)


La note:  étoiles
Un roman mystique et charnel.
Esclarmonde est une jeune femme vierge de quinze ans en 1187, quand son père le seigneur Du Domaine des Murmures décide de la mariée à Lothaire le Benjamin du domaine de Montfaucon. Un jeune homme capricieux, formé à tuer et trousseur de jupons. A cette époque on ne se soucie du désir des jeunes filles, ni des femmes d'ailleurs. Esclarmonde ne veut pas devenir un récipient à grossesse, elle rêve d'une autre liberté, elle veut être l'épouse du Christ et prier pour l'équilibre du monde, une condition inconcevable pour une fille de sa caste ! Cette autonomie va donc lui demander les plus grands sacrifices. Ainsi le jour de ces noces, elle ose dire non et s'offre à Christ, elle se tranche l'oreille reniant ainsi le sang de son père et demande à ce que sa dot serve à ériger une chapelle dédiée à sainte Agnès. Attenante à cette chapelle sera aménagée une cellule pourvue d'une simple fenestrelle ou la jeune fille sera emmurée pour qu'elle puisse se séparer du monde. Ainsi la recluse se consacre à la prière, à l'adoration, de son oreille mutilée elle écoute les fautes des âmes et des pèlerins. Sa miséricorde finie par attirer les foules. Elle devient une prophétesse adulée, alors le jour où la rumeur se répand qu'elle souhaite renier son vœu, la foule craignant de ne plus bénéficier des bienfaits de ses prières est prise de folie. Tel un fabliau contemporain, l'auteure conduit son lecteur dans une ambiance moyenâgeuse mystique et sauvage. La condition féminine, l'engagement chrétien, les croisades y sont largement abordés sans être ennuyeux. L'auteure mêle poésie, fantaisie et nous sert un récit d'une douce sensualité malgré un contexte souvent cruel. Les lycéens ont vu juste en votant pour ce roman au Prix Goncourt des Lycéens 2011, nos lycéens sont toujours perceptifs pour ce prix !
"Modulation splendide de la douleur, le chant recoud ce que le cri déchire."
Une recluse au Moyen Âge. 9 étoiles

Carole Martinez (1966- ) est une romancière française.
Son second roman, "Du domaine des Murmures" (2011), est nommé pour le prix Goncourt mais obtient finalement le prix Goncourt des lycéens.

"En cet an 1187, Esclarmonde, Damoiselle des Murmures, prend le party de vivre en recluse à Hautepierre, enfermée jusqu'à la mort dans la petite cellule scellée aménagée pour elle par son père contre les murs de la Chapelle qu'il a bâtie sur ses terres en l'honneur de sainte Agnès, morte en martyre à treize ans de n'avoir pas accepté d'autres époux que le Christ."

Pour échapper à un mariage arrangé, Esclarmonde, fille du seigneur du domaine des Murmures, épouse une vie de recluse consacrée à la prière.
Elle est confinée dans une petite pièce, coupée de toute communication à l'exception d'une étroite grille par laquelle elle peut confesser les pèlerins venus des villages voisins et bientôt de tout le pays.
Même au fond de son Reclusoire, elle découvre les joies et les peines d'une vie par procuration.

"Le monde en mon temps était poreux, pénétrable au merveilleux. Vous avez coupé les voies, réduit les fables à rien, niant ce qui vous échappait, oubliant la force des vieux récits. Vous avez étouffé la magie, le spirituel et la contemplation dans le vacarme de vos villes, et rares sont ceux qui, prenant le temps de tendre l'oreille, peuvent encore entendre le murmure des temps anciens ou le bruit du vent dans les branches. Mais n'imaginez pas que ce massacre des contes a chassé la peur ! Non, vous tremblez toujours sans même savoir pourquoi. "

Une oeuvre forte, hautement poétique ou le conte, le merveilleux chrétien et la poésie sont mis à l'honneur.
Parole est donnée aux femmes en une période où elles étaient reléguées aux seules tâches domestiques.
Un incroyable moment de lecture, où chaque phrase sonne juste. Une oeuvre courte, riche et originale qui permet de découvrir ces femmes aux destins souvent tragiques

Frunny - PARIS - 52 ans - 6 novembre 2017


Un magnifique récit! 9 étoiles

Que dire de plus que çe qui a déjà été écrit au sujet de ce roman?
La période médiévale en écriture me plaît particulièrement, le mélange de religion hyper présente et de croyances fantastiques en tout genre est un terreau très fertile pour de belles histoires!
Bien que plus court, j'ai de beaucoup préféré ce roman-ci à l'autre livre de Carole Martinez "Le cœur cousu".

Palmyre - - 55 ans - 18 juillet 2015


Emmurée vivante 8 étoiles

Au XIIème siècle, en 1187 par exemple, la condition féminine n’est pas précisément enviable, encadrée qu’elle est par l’autorité masculine et l’Eglise. Et lorsqu’Escarmonde, quinze ans, se voit destinée par son père, seigneur du Domaine des Murmures, plutôt pour des motifs d’alliance ou de bonne gestion économique à épouser Lothaire, le fils cadet du seigneur du domaine voisin, elle sait qu’elle n’a pas trop le choix. Pas le choix mais pas envie non plus, Lothaire étant coureur de jupons plutôt amoral, pas vraiment sur la même ligne de conduite que la sage et pieuse Esclarmonde.
Elle coupe court à ce processus en osant dire non le jour du mariage, se tranchant l’oreille et en réclamant à son père, plutôt déshonoré en la matière, de consacrer sa dot à l’édification d’une chapelle dédiée à Sainte Agnès, une chapelle doublée d’une cellule sans autre ouverture qu’une fenêtre à barreaux dans laquelle elle passera le restant de sa vie ; emmurée vivante donc.
Mais un « miracle » va survenir qui va déclencher des évènements imprévisibles. Enfin, miracle … si l’on qualifie ainsi le viol d’Esclandre juste avant l’enfermement et la maternité d’icelle subséquente « in cellulo » (je viens probablement de l’inventer celui-là !). Quoiqu’il en soit cette maternité est vécue comme miraculeuse et l’audience d’Esclarmonde, recluse vivante, va franchir les frontières de sa région, la Franche Comté, et devenir une étape importante sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. L’influence et les effets économiques induits aussi vont monter en puissance et Carole Martinez se sert magnifiquement de ces effets … secondaires pour tramer la suite de l’histoire … que je ne vous conterai pas mais qui mérite d’être lue.
Il ne s’agit pas d’un roman mystique, il n’est pas réservé aux adeptes de la foi chrétienne, non, ce roman transcende tout ceci.

Tistou - - 61 ans - 18 novembre 2014


A lire 9 étoiles

A lire si vous aimez l'écriture de Carole Martinez. Elle est poétique, limpide et vous embarque tout au long du récit. J'ai passé un bon moment, ce livre m'a permis de m'évader.

Clacla44 - - 29 ans - 13 novembre 2014


...? 6 étoiles

Mon titre reflète toute l'ambivalence de mon avis sur ce livre: si l’écriture de l'auteure possède cette douce poésie et cette fluidité que j’apprécie tant, cependant, je n'ai absolument pas réussi à m'ancrer dans son récit, n'en concevant aucune réalité possible, juste une sensation de "flottaison" permanente- voulue par l'auteure?.

Sans doute attendais-je trop de ce livre et j'en ressors plutôt déçue globalement.

Provisette1 - - 5 ans - 20 mai 2014


Le conte d'Esclarmonde 5 étoiles

De drôles de sentiments cohabitent en moi à la fin de cette lecture, des sentiments très contradictoires.
L'histoire: inutile d'y revenir une fois de plus, la critique précédente s'y attelle très bien. Par contre à l'image de @Lolita je n'ai pas été convaincu par le personnage central qui ne m'a pas ou pour ainsi dire peu touché ou ému. Du coup la lecture devient moins avenante même si ce roman se laisse lire facilement.
Cependant l'aspect historique du "Domaine des Murmures", les récits (courts) sur une des croisade ainsi que les personnages secondaires donnent du souffle à ce récit qui manquait d'allant à mon goût.
Au final une déception tout de même...

Sundernono - Nice - 35 ans - 24 octobre 2013


Ecoute les murmures d'Esclarmonde 7 étoiles

O bonheur ! Ce livre avait tout pour me plaire, l’intrigue se déroule à quelques kilomètres de ma maison natale et les personnages qu’il met en scène pourraient sortir directement des manuscrits que j’ai dépouillés pour rédiger mon mémoire de maîtrise. Sur les bords de la haute Loue, en 1187, la fille du maître du domaine des Murmures, Esclarmonde, doit épouser le fils cadet d’un seigneur des environs mais, au moment de donner son consentement devant l’archevêque, elle refuse ce mariage en se tranchant une oreille. Elle déclare qu’elle veut consacrer sa vie au Christ et demande d’être emmurée dans une cellule jouxtant la chapelle dédiée à Sainte Agnès, elle aussi réfractaire au mariage pour la même raison. Son père est aussi désolé que le prétendant à la main de la belle et renie sa fille devenue une icône vivante pour tous les habitants de la région et les nombreux pèlerins qui transitent à cette époque sur les routes vers Saint Jacques de Compostelle ou d’autres lieux de recueillement ou plus trivialement de commerce. L’affaire prend une dimension plus extraordinaire encore quand la recluse enfante d’un bébé que certains prennent pour un ange et d’autres pour la preuve d’une faute commise avant la claustration.

C’est donc avec grand plaisir que je suis entré dans ce texte où j’ai retrouvé des lieux connus, des personnages que j’ai étudiés, des événements que j’ai relatés dans mon mémoire, des légendes que j’ai entendues ou que j’ai lues, un vocabulaire que je n’ai pas pu oublier, et beaucoup de détails et de petites choses qui m’ont laissé penser que l’auteure connaissait bien l’histoire médiévale en général et plus particulièrement l’histoire et la tradition locales. Ils ne sont pas nombreux ceux qui peuvent mettre en scène Berthe de Joux, la célèbre prisonnière du château pontissalien, la Vouivre qui n’est jamais nommée mais qu’on reconnait aisément, la tradition des « brandons » encore vivante à Mouthier-Hautepierre, Thierry II de Montfaucon, l’archevêque bisontin mort à la croisade et d’autres encore.

Avec cette intrigue, Carole Martinez m’a ramené quarante ans en arrière quand j’étais encore un étudiant insouciant et fêtard qui se passionnait cependant pour l’histoire médiévale et surtout pour ce merveilleux treizième siècle, celui de « l’Europe des cathédrales » selon la formule chère à Georges Duby, à l’aube duquel elle situe son histoire. J’apprécie le cheminement de son intrigue qui nous montre combien, à cette époque, la vie d’après était plus importante que la vie d’ici bas, comment le « merveilleux » puisait ses racines dans un obscurantisme religieux fervent mélangé à des reliquats de croyances païennes fortement ancrés dans la mémoire collective, comment ces populations qu’on croyait isolées, étaient en contact avec le monde entier pour échanger des biens et des idées, une emmurée pouvait ainsi communiquer avec tout l’Occident chrétien sans téléphone ni réseau social.

J’avais retrouvé un univers qui m’est cher mais hélas l’auteure a jugé bon d’envoyer certains des protagonistes de son histoire à la croisade avec Barberousse pour expier, comme il était d’usage à cette époque, les fautes qu’ils avaient commises. Carole ne triche pas avec l’histoire, cette croisade a bien eu lieu, c’est la troisième, elle fut une véritable déroute pour la partie qui concerne Frédéric Barberousse au moins qui y laissa sa vie comme Thierry II l’archevêque de Besançon, mais elle nous embarque dans un récit grandiloquent et pathétique alors qu’il aurait dû être épique et mythologique. Quel dommage, cet épisode est vraiment une ombre sur ce récit qui évoque si bien cette période où un syncrétisme entre religion chrétienne et croyances païennes dominait encore le monde sans se soucier des puissances économiques qui se mettaient déjà en place.

On peut aussi remarquer, dans ce texte, qu’à cette époque, les femmes avaient pris le pouvoir abandonné par les hommes partis expier leurs péchés en délivrant le trône du Christ et que l’auteure en profite, au moment d’un vaste débat sur la maternité et la paternité, pour valoriser les relations biologiques entre la mère et l’enfant qui était souvent retiré à ses géniteurs pour être confié à une nourrice puis à un seigneur voisin.

« Que cherchai-je donc en entrant entre ces murs ? L’extase mystique, la proximité de Dieu, la splendeur du sacrifice ou la liberté qu’on me refusait en m’offrant en mariage ? » Elle ne savait pas ce qu’elle cherchait mais elle a trouvé cette belle page de sagesse qu’elle nous laisse en héritage : « Le monde en mon temps était poreux, pénétrable au merveilleux. Vous avez coupé les voies, réduit les fables à rien, niant ce qui vous échappait, oubliant la force des vieux récits. Vous avez étouffé la magie, le spirituel et la contemplation dans le vacarme de vos villes, et rares sont ceux qui, prenant le temps de tendre l’oreille, peuvent encore entendre le murmure des temps anciens ou le bruit du vent dans les branches. Mais n’imaginez pas que ce massacre des contes a chassé la peur ! Non, vous tremblez toujours et même sans savoir pourquoi ».

Débézed - Besançon - 70 ans - 30 septembre 2013


Coup de coeur ! 10 étoiles

Un roman tout simplement magnifique. L'intrigue est merveilleuse, et surtout bouleversante.
Un mélange de roman historique, de sorcellerie, de romantisme ... Tout pour séduire le lecteur, qui se laisse vite prendre par l'intrigue.

Séduite par ce roman de Carole Martinez, j'ai voulu tout de suite lire" Le cœur cousu" qui a su enflammer la plupart des lecteurs. Toutefois, personnellement, j'ai largement préféré Du Domaine des murmures.
En effet, le récit reste plus marquant dans ce dernier, et est davantage saisissant !

Je le recommande vivement. (Merci à l'auteure !)

Camillew - - 23 ans - 29 septembre 2013


Agréable plongeon dans le Moyen Age 9 étoiles

Les Murmures ? C’est le lieu-dit autour duquel tourne le roman mais ce sont aussi les dires fantastiques de ces gens, tant les serfs que les seigneurs de ce XIIème siècle pétri de religion et de religiosité.
Carole Martinez est une auteure qui ne laisse pas insensible le lecteur. En 2011, elle rate de peu le Goncourt mais elle remporte quand même le Prix Goncourt des Lycéens avec Du domaine des Murmures qui est son deuxième roman. Son premier paru en 2007, Le cœur cousu, a été primé à Chambéry (Prix du premier roman) et a obtenu les Prix Renaudot des Lycéens, Ulysse et Emmanuel-Robles.
Pour Esclarmonde, avoir 15 ans en 1187 n’est pas simple. Son père veut la marier à Lothaire de Montfaucon, mais le jour des noces, Esclarmonde ne dit pas oui et se tranche l’oreille en face de toute la hiérarchie tant ecclésiastique que de la noblesse. Un véritable scandale ! Elle veut se consacrer à la vie religieuse. Son père construit une chapelle murée où vivra désormais sa fille. Lui-même se mutile en se clouant une main à la table. Mais, d’autre part, Esclarmonde reçoit les confessions des manants et autres pèlerins, des miracles se produisent. Elle est de bon conseil et la Grande Faucheuse a déserté les lieux !
C’est aussi le temps des croisades qui bouleversent la vie des Seigneurs et le domaine des Murmures n’y échappe pas !
Quelle saveur ! On se croirait presqu’au Moyen Age en lisant ce roman car il est truffé de termes obsolètes aujourd’hui¬. Il en retrace bien l’esprit : l’influence de la religion catholique, ses rites, ses pèlerinages, les croyances. Aussi le merveilleux avec des faits extraordinaires colportés, enjolivés de bouche à oreille ; l’oral supplante l’écrit réservé aux moines et autres seigneurs.

Ddh - Mouscron - 76 ans - 5 août 2013


Déception 1 étoiles

Quelle déception pour ce roman si prometteur à la lecture de sa quatrième de couverture.

J'ai rencontré beaucoup de difficultés à m'imprégner de ce récit, où Esclarmonde, jeune damoiselle, bigote et masochiste, ne m'a en rien émerveillée.
Celle-ci vit une quasi-sanctification, mais je ne peux m'empêcher de la trouver orgueilleuse et présomptueuse : elle n'hésite d'ailleurs pas à mentir par omission et à abuser de l'ignorance de son entourage.
C'est mièvre, surtout que lorsque notre jeune héroïne se prend soudain d'affection pour l'amant rejeté et se pâme devant ses ballades. Les personnages secondaires ont au final presque plus de coffre.

Le côté mystique est troublant, alors que l'écriture soi-disant poétique manque cruellement de raffinement. Les situations bégueules, liées à des événements pêle-mêle, sans consistance et avec cruauté ponctuent la narration.
Quand à la "sensualité prenante" que l'on nous promet dans le résumé, je la cherche encore.

Je ne suis ni convaincue ni émue par ce récit mystique et fantasmagorique qui me laisse indifférente et m'a assommée tout le long.

Dommage car à travers un style précieux, cette histoire moyenâgeuse aborde les thèmes de la condition féminine et de l'obscurantisme religieux.

La fin est pire que le reste.

Lolita - Bormes les mimosas - 31 ans - 7 juillet 2013


Un conte pour adultes qui valait la peine d'être conté ! 8 étoiles

Quand je me suis lancée dans cette lecture, j’ai tout de suite été frappée par le style de Carole Martinez, très poétique, fantaisiste. Au départ, on parle tout de même de pierres d’un château qui racontent une histoire en chuchotant, ce qui n’est pas ultra courant vous en conviendrez ! On est très vite plongé dans un univers très imagé, onirique. Amis trop rationnels s’abstenir ! Pour les adeptes de l’imaginaire et de la poésie, on se laissera facilement embarquer par ces descriptions proches du songe. Cela a été mon cas, ça doit être mon petit côté “tête dans les nuages”. Carole Martinez a une plume magnifique, c’est indéniable. Un style travaillé, maîtrisé qui confère au récit une délicatesse, une douceur qui donne l’impression d’être au beau milieu d’un rêve éveillé qui peut toutefois très vite passer au cauchemar.

On lit ce livre presque comme on écouterait une chanson, mais pas n’importe quelle chanson, une chanson empreinte d’une grande beauté mais également d’une tristesse lancinante, à la fois tragique et magnifique.

A tel point qu’en lisant ce “drôle” de conte, je me suis demandée quelle était réellement la définition du “conte”. Naïvement j’en ai gardé une image enfantine faite de princesses et de princes charmants, des histoires simples dans un univers plutôt féerique et qui se terminent bien. Ma curiosité m’a donc poussée vers un grand ami, qui n’est autre que le Larousse, mais qui ne m’en a pas vraiment dit plus et pour qui le conte n’est autre qu’un récit, en général assez court, de faits imaginaires. Je n’étais donc pas plus avancée ! Wikpédia quant à lui, a été plus bavard mais a plutôt contribué à m’embrouiller l’esprit. Toujours est-il que j’ai pu y lire “ le terme de conte littéraire n’est pas synonyme de conte de fées ou de littérature exclusivement enfantine, contrairement à ce que son caractère volontiers fantaisiste et invraisemblable laisse souvent penser.” Wikipédia 1 – Nola 0. Bon. Que dire “Du Domaine des Murmures” avec tout ça ?

“Du domaine des Murmures” est un roman souvent qualifié de conte mystique. J’ai trouvé que c’était une bonne conclusion lorsque j’ai refermé ce petit bouquin. En tout cas, pas de doute, il y a quelque chose du conte. Une princesse, on peut dire qu’il y en a une, c’est l’héroïne. Elle a un prénom à dormir debout mais digne de conte puisqu’elle s’appelle rien de moins qu’Esclarmonde. Ne rigolez pas, c’est un prénom qui pourrait revenir à la mode avec cette fâcheuse tendance qu’on a ces derniers temps à appeler nos enfants avec des prénoms moyenâgeux. Oui, parce que l’histoire se déroule au Moyen-âge, à l’époque donc des châteaux et des chevaliers. Ce n’est pas un autre élément du conte ça ? Pour ce qui est du caractère fantaisiste et invraisemblable souligné par Wikipédia, je ne peux, une nouvelle fois, qu’approuver. Notre Esclarmonde, elle a des visions tout à fait mystiques, j’irais même jusqu’à dire qu’on frôle le paranormal même si on est dans un tout autre registre. Enfin, Esclarmonde fait partie de ces gens au destin hors du commun et dont l’histoire sera largement véhiculée par le bouche à oreille au fil des siècles, autre caractéristique indéniable du conte. Conclusion : je n’avais pas complètement tort depuis le début !

“Du Domaine des Murmures”, conte ou pas conte, c’est l’histoire d’une histoire d’amour qui n’avait rien à faire là, qui n’a pas prévenu et qui s’est pointée avec son lot de joies et de désillusions. A 16 ans, Esclarmonde, très jolie jeune fille et fille unique du Seigneur du Domaine des Murmures doit prendre pour époux Lothaire de Montfaucon, jeune et beau chevalier au palmarès hallucinant que toutes les donzelles de la région rêvent d’épouser. Oui mais voilà, rien ne va se passer comme prévu car au pied de l’autel Esclarmonde dira non au beau Lothaire, à la stupéfaction générale de l’assemblée. Esclarmonde a décidé de s’offrir à Dieu en s’emmurant dans une cellule attenante à la chapelle qu’elle demande à son Père de construire pour elle.

“Je suis Esclarmonde, la sacrifiée, la colombe, la chair offerte à Dieu, sa part.”

Convaincue que seul l’amour de Dieu est le plus beau, le plus grand, le plus fort, le seul capable de vous faire déplacer des montagnes et de vous combler, Esclarmonde sera emmurée et pensera alors avoir trouvé la clé de sa liberté. C’est là qu’un invité surprise va quelque peu bouleverser ses plans.

« Je suis celle qui s’est volontairement clôturée pour tenter d’exister. Je suis devenue la vierge des murmures. »

Contre toute attente, cet isolement va nous faire voyager et voyager loin, autant sur un plan spirituel que physique. Entre extases et souffrances, voyages mystiques et solitude insoutenable, honneur et infamie, croyances et désenchantements, Carole Martinez nous fait vibrer au côté de la belle sacrifiée Esclarmonde en nous refaisant découvrir l’époque exaltante du Moyen-âge, à la fois cruelle et magique.

C’est un livre qui sort du lot, ceux qui pensent s’ennuyer en écoutant l’histoire d’une nénette emmurée se mettent un doigt dans l’oeil ! Carole Martinez signe ici un livre des plus esthétiques à l’écriture romanesque, poétique et fluide où l’amour, la dévotion et l’honneur conditionneront le destin d’Esclarmonde, un destin qui vaut la peine d’être conté et encore plus sous la plume de Carole Martinez.

Nola Tagada - Paris - 32 ans - 12 juin 2013


Un récit touchant 8 étoiles

J'ai apprécié ce livre par la "voix" d'Esclarmonde (je l'ai écouté en livre audio).
J'ai été transportée au Moyen-Age et vécue avec elle l’emmure-ment, le silence, le manque de luminosité, le jeun..
Cependant, à travers la fenestrelle d'Esclarmonde on observe le monde, on l'imagine : point de vue très intéressant. Il est rare de se retrouver enfermé avec le personnage principal et de ne bénéficier que de son récit. Mais son récit est enrichi par la visite des autres, leurs récits et leurs rythmes de vie.
On revit également l'époque des saintes, attachées à beaucoup de superstition et de "pouvoirs" magiques.

AmaranthMimo - - 26 ans - 1 juin 2013


Emmurée pour être libre ? 10 étoiles

En cette fin du Moyen-Âge, Esclarmonde est emmurée vivante à quinze ans dans une pièce attenante à la chapelle du château de son père. Les raisons sont multiples (: « L’extase mystique, la proximité de Dieu, la splendeur du sacrifice ou la liberté qu’on me refusait en m’offrant en mariage ? »). Eprise de liberté, cette jeune fille se laisse enfermer ; en quête d’absolu, elle prononce un vœu en pensant qu’elle ne changera plus. Or, juste avant son emprisonnement, elle se fait violer...
Ce roman est celui d’un combat spirituel. Le cœur d'Esclarmonde est déchiré : entre son désir de ne pas mentir et celui de protéger le père, entre son souhait de pouvoir continuer à attirer le monde qui vient se confier à elle et se faire consoler et sa peur d’être dénoncée comme imposture et plus durement encore entre son désir de garder son fils pour elle et la torture d’en être séparée à jamais dès qu’il ne pourra plus passer entre ses barreaux. La souffrance l’emporte sur la prière, sur la ‘bonne âme’, qui s’aigrit. Elle était prête à tout endurer, mais n’avait pas prévu l’amour de cet enfant.
Ce roman est empreint de poésie et d’un magnifique langage sur les petits bonheurs de la vie, sur la magie de l’ordinaire : savoureux !

Pascale Ew. - - 50 ans - 7 mars 2013


On résiste à tout, sauf à son enfant! 8 étoiles

Les chants les plus désespérés sont les chants les plus beaux. A ce titre, le roman de Carole Martinez est très, très beau.
Troquant son voile de mariée contre son gré, contre celui de nonne murée vivante dans une chapelle, en plein temps des croisades, la jeune Esclarmonde se donne à Dieu pour l’éternité et garde sa dignité et sa liberté d’être.
Quitte à se trancher une oreille, pour mieux entendre. Pure et sainte par le sacrifice de la réclusion pour les autres, elle acquiert des pouvoirs quasi magiques. On retrouve le souffle épique du « Cœur cousu » très approprié à une histoire du Moyen-Âge. Est-ce son rôle de bouc émissaire ou sa capacité d’écoute et de compassion qui la rendent capable d’arrêter la Mort en personne ? De transfigurer un homme qui déflorait en série les jeunes filles dans les bois en un paisible ménestrel accompli?

La langue est belle et enluminée comme déjà elle l'était dans "Cœur cousu". Puis cette broderie d’Epinal est soudain fracassée par une réalité humaine qui dépasse de loin le mysticisme! C’est violent, sauvage, charnel, plus puissant même, que Gauvain, le cheval mythique qui hante l'imaginaire des villageois comme celui des preux chevaliers. Cela incarne la révolte de la vie. Cela met en scène l’amour inconditionnel que (seule) la femme peut éprouver dans sa chair et dans son âme, cependant que l’homme guerroie ici et là.

La souffrance de la femme est plus incandescente que toutes les tortures de l’enfer. La méchanceté des manants est incommensurable. Foule, assoiffée de sang et de bûchers, comme je vous hais! Mais la puissance poétique de la conteuse nous ouvre le paradis des mots.

Deashelle - Tervuren - 8 ans - 21 février 2013


Un beau conte 8 étoiles

Ou comment une emmurée "à l'insu de son plein gré" se pose des questions existentielles sur le sens de la vie , sur le pouvoir qu'elle se découvre sur les voyageurs qui la visitent. Le tout mis à l’époque du 12eme siècle avec ses croyances , ses peurs et la mainmise de l'Eglise sur les "petites gens".
J'ai vraiment apprécié ce conte plein de poésie , et bravo aux lycéens (si ce sont réellement eux qui choisissent) d'avoir récompensé cette histoire moyenâgeuse.

Ndeprez - - 41 ans - 7 décembre 2012


beaucoup de poésie 9 étoiles

J'ai beaucoup aimé ce 2ème livre de Carole Martinez, que j'ai même trouvé un peu court. Elle écrit avec une belle langue, très poétique, ce que je trouve assez rare.
La partie sur la croisade m'a un peu moins intéressée car l'auteur y passe plus rapidement et finalement de manière exagérée...
Mais ils est néanmoins intéressant de lire comment au Moyen Age les gens accouraient en entendant ouïr des miracles divins !
C'est un destin de femme peu commun que l'on prend plaisir à lire.
Je recommande, tout comme son 1er livre Le coeur cousu.

Cecilg - Nantes - 41 ans - 11 septembre 2012


Au Moyen-Age, la réclusion pour refus d’un mariage arrangé ! 10 étoiles

Grâce au Goncourt des Lycéens, je découvre Carole Martinez, écrivain somptueux dont la puissance d’évocation de la vie d’une recluse dans une France du 12è siècle est tout à fait saisissante.

La violence de son récit, la grandeur de son style, ainsi que sa prose souvent poétique semblent renvoyer à Racine et, dès les premières pages de ce roman, le lecteur a l’immédiate sensation de se trouver en présence du chef d’œuvre, longtemps attendu parmi la profusion des actuelles parutions littéraires à la qualité approximative !

Une auteure à suivre avec beaucoup d’intérêt !

Ori - Kraainem - 81 ans - 12 août 2012


Du bel ouvrage 8 étoiles

Le jour de son mariage avec Lothaire de Montfaucon, Esclarmonde se coupe l'oreille pour choisir son propre destin: emmurée vivante pour se donner à Dieu.
« Le monde en mon temps était poreux, pénétrable au merveilleux. Vous avez coupé les voies, réduit les fables à rien, niant ce qui vous échappait, oubliant la force des vieux récits. »

Une belle histoire de femme, d'amour maternel dans une époque tellement éloignée de notre société mais qui semble d'une grande justesse historique autour d'un personnage mystique attachant, écrite avec beaucoup de sensibilité.
Une auteure dont je lirai, j'espère avec autant de plaisir, d'autres titres.

Marvic - Normandie - 59 ans - 29 juillet 2012


Conte du Moyen-Age 7 étoiles

Original sur le thème abordé, ce roman est en effet bien écrit, même si parfois on doit avoir un dictionnaire d'ancien français sous la main. Ces ajouts de mots anciens ralentissent la lecture, si du moins on veut comprendre le sens de tous ces mots. Il ne s'agit pas pour moi d'un coup de coeur, mais certainement d'une lecture qui compte et qui, pour les futurs lecteurs, peut donner une idée de la mentalité des gens au Moyen-Age notamment sur la spiritualité.

Pacmann - Tamise - 52 ans - 23 avril 2012


superbe écriture ! 9 étoiles

Déjà enthousiasmée par "Le coeur cousu" j'ai retrouvé le même bonheur de lecture avec "Du domaine des murmures".
Enfin un roman qui nous parle d'autres choses que des tracas d'aujourd'hui et du nombrilisme de tant d'écrivains très moyens.

Carole Martinez sait rendre à merveille l'ambiance de ce Moyen Age, l'atmosphère des croisades, l'attitude des pélerins, des religieux (les descriptions de l'évêque Thierry et de sa mort sont particulièrement réussies) et surtout elle sait dire avec beaucoup d'authenticité l'amour et l'attachement maternels. Le tout dans une langue ciselée, poétique, qui crée énormément d'images chez le lecteur.

On se souvient longtemps des livres de Carole Martinez ! Signe de qualité !

Francesca_1 - - 63 ans - 1 janvier 2012


Ecoute ma voix, écoute ma prière 8 étoiles


L'histoire en tant que telle ne m'a pas autant transportée que celle du coeur cousu, à tel point que j'ai du m'y prendre à 2 fois pour réellement me plonger dans le récit.

Par contre le style de Carole Martinez reste inchangé d'un roman à l'autre, et ce pour mon plus grand plaisir : quelle douceur, quelle justesse dans les mots, dans le ton !

Je comprends la critique d'Ultralucide qui trouve que le récit regorge de formules reconstituant un style faussement moyenâgeux; certains propos mis dans la bouche des personnages semblent parfois anachroniques, maladroits.
Mais enfin, que peut-on attendre d'autre d'un livre écrit au 21ème siècle pour des lecteurs du 21ème siècle ?

J'attends avec impatience le prochain ouvrage de Carole Martinez, curieuse de savoir si la condition de la Femme à travers le monde et les âges l'inspirera à nouveau et avec autant de brio.

Lu7 - Amiens - 31 ans - 21 décembre 2011


Un roman singulier, mystique et sensuel... 8 étoiles

J’ai apprécié la prouesse littéraire de Carole Martinez auteure d’un roman atypique où l’écriture très travaillée, certes précieuse et ampoulée, participe de l’originalité du roman.
Elle y conte une histoire empreinte de mysticisme, mais aussi de sensualité et de réalisme où elle fait revivre et se croiser des personnages historiques, des lieux et des héros de légende (la Vouivre) bien connus des francs-comtois. Entre autre, les seigneurs Amaury de Joux, Amey de Montfaucon, Berthe de Joux sont les protagonistes d’une histoire dans l’Histoire, que Carole Martinez a ancrée dans un moyen-âge haut en couleur, plein de superstitions et de violence, où l’Eglise est à la fois un refuge, une prison et une arme politique.

Que des lycéens de 2011 aient attribué leur prix à ce roman est étonnant et ma foi plutôt rassurant. Phillipe Claudel avait été distingué par ce même prix en 2007 pour Le rapport de Brodeck, un roman de qualité, lui aussi atypique et original, que j'avais beaucoup aimé.
On sait que les prix sont une grosse entreprise commerciale, comme tout le reste de la communication dans notre société où l’argent est roi, mais quand le choix se porte sur un texte qui serait peut-être passé inaperçu sans cette mise en lumière, on est assez satisfait.

Papyrus - Montperreux - 57 ans - 21 décembre 2011


Un enchantement 9 étoiles

Une belle écriture pour cette romancière qui possède un style poétique et riche .Je me suis laissée entraîner dans ce périple ,vivant par la seule pensée et la volonté farouche de sa jeune héroïne à l'époque ou le pouvoir est dévolu au seigneur au mari au père. La liberté passe aussi par la transmission , dire NON c'est se libérer au plus profond de son être. J'ai beaucoup aimé et je n'ai pas été déçue, je le recommande à ceux qui aiment la poésie la magie et l'histoire..Lorsque j'achète un livre je ne regarde jamais l'éditeur..

Roselune - - 57 ans - 19 décembre 2011


Bravo les lycéens 7 étoiles

Une fois de plus, un livre Goncourt des lycéens est un vrai chef-d'oeuvre, poétique et romanesque. L'histoire est belle, bien écrite et pour ma part, loin de tout prosélytisme, puisque la religion montre ici ses plus fâcheux aspects...
L'ambiance du Moyen-Age est à mon avis très bien retransmise : croisades, croyances et superstition.
Carole Martinez nous emmène une fois de plus dans un monde de rêverie qui nous éloigne de notre quotidien.
Pour ceux qui ne l'auraient pas lu, je leur conseillerai très vivement son autre roman "Le coeur cousu" qui m'a encore davantage transportée et enchantée.

Saperlipop - - 35 ans - 6 décembre 2011


Sublime 10 étoiles

Gros coup de cœur pour ma part pour ce roman magnifique. De la poésie, de la Littérature, un roman magique.
Au delà de l'écriture, j'ai adoré l'histoire d'Esclarmonde. Carole Martinez a parfaitement rendu les croyances populaires de l'époque et la manière dont le religieux était omniprésent dans la vie des gens.

Sanchan - - 34 ans - 6 décembre 2011


Très poétique 9 étoiles

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé le style d'écriture, utilisant des termes moyenâgeux, cela donne un côté vraiment poétique au texte. Le côté religieux est effectivement omniprésent, mais c'était réellement le cas au Moyen Age, et pour les jeunes filles, entrer dans les ordres était le seul moyen de me pas avoir à se marier contre leur gré.
Un roman très agréable à lire et vraiment joliment écrit. C'est l'un de mes coups de cœur de cet automne.

PA57 - - 34 ans - 2 décembre 2011


"Falso", du toc 3 étoiles

A mon avis, ce roman dont le titre est assez bien trouvé, est assez artificiel.
Il joue sur une vogue des textes inspirés par "l'ancien temps", le moyen-âge, et cela plaît à certains.

Mais je trouve que le style est boursouflé par des formules qui sont destinées à "faire ancien" et et qui font en réalité très artificiel.

"J'ai soufflé ma volonté depuis la fenestrelle et mon souffle a parcouru le monde jusqu'aux portes de Jérusalem"
"Derrière mon visage d'albâtre"...
"Quelques glaives lumineux zèbrent d'or les sous-bois comme dans les enluminures d'un vieux livre de contes. "

Tout ça est très affecté et sent le "faux", comme du plaqué par rapport au massif.

De plus, le récit est encombré d'une religiosité envahissante, à grand coups de "se donner à dieu", de "se sacrifier"... avec une sorte de prosélytisme qui finit par être gênant, comme s'il était grandiose et fabuleux qu'un être humain s'enfonce dans la superstition, à force d'ignorance et de bourrage de crâne.

Quand au "Prix Goncourt [soit-disant] des Lycéens"... c'est de la blague : on c'est le même gang de gros Editeurs qui rafle : Gallimard, Le Seuil, Actes Sud, Stock... Bizarre que le goût de nos jeunes se porte systématiquement sur les mêmes éditeurs : on nous prend pour des imbéciles.

Ultralucide - - 116 ans - 23 novembre 2011