Histoire d'Aladin ou La lampe merveilleuse
de Rémi Gourgeon

critiqué par Bluewitch, le 19 novembre 2011
(Charleroi - 40 ans)


La note:  étoiles
Se laisser porter
Aladin est un jeune homme un peu paresseux. Un jour, après le décès de son père, lui et sa mère reçoivent la visite du prétendu frère de ce dernier. L’inconnu compte bien faire d’Aladin quelqu’un de respectable, dit-il. Dès lors l’emmène-t-il loin de chez lui, prétextant son bien, pour, en réalité, le forcer à entrer dans une mystérieuse caverne dont il devra ressortir avec une lampe magique…

Le conte traditionnel des Mille et une nuits offre ici toute sa richesse, son inventivité, son originalité, dans sa version adaptée par Marie-Ange Spire. Malgré des défauts non négligeables dans une société passée où le labeur et la droiture étaient des valeurs souveraines, Aladin est un personnage qui évolue, tout en justesse, modestie et, finalement, noblesse (même s’il est parfois un brin culotté dans la manière de faire exaucer ses désirs…). Mais il n’est pas d’emblée facile, évidemment, d’expliquer aux enfants que, dans la vie réelle, tout ne s’acquiert pas si facilement !

On retiendra avant tout cette évidence qui est fil conducteur du récit : pour mériter d’atteindre son but, il faut que la cause soit juste.

Il est en tout cas très plaisant d’écouter Laurent Stocker donner vie à ce conte célèbre. Pas de faute de rythme, pas de temps mort. Un très bon moment à passer !