Fahrenheit 451 (version BD) de Ray Bradbury, Tim Hamilton (Dessin)

Fahrenheit 451 (version BD) de Ray Bradbury, Tim Hamilton (Dessin)
(Ray Bradbury's Fahrenheit 451)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Sci-fi & fantastique

Critiqué par Shelton, le 11 novembre 2011 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 61 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 443ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 865 

Sauvons les livres... sans oublier les bédés !

J’ai beaucoup hésité avant de venir vous parler de cet ouvrage car je fais partie de ceux qui n’ont ni lu le roman « cultissime » de Ray Bradbury, ni vu le film dont j’ai beaucoup entendu parler mais dont je n’ai pas une seule image en mémoire. Oui, pour la version bédé de Fahrenheit 451, je suis bien un lecteur vierge de tout à priori…

La première chose qui m’a poussé à ouvrir le livre, est le thème dont j’avais tellement entendu parler que j’avais l’impression de le connaître par cœur. Une société qui veut éradiquer le livre de la planète, des hommes qui résistent et veulent sauver ce savoir, cette humanité qui est dans ces livres qui nous accompagnent depuis si longtemps… Je voulais donc en savoir plus, connaître enfin le fin mot de l’histoire…

Mon envie a été renforcée, décuplée, par la lecture de la préface de Ray Bradbury lui-même. C’est l’auteur qui a autorisé l’adaptation et il y a même collaboré. Il ne s’agit pas seulement d’une adaptation mais bien d’une coadaptation. Le romancier ne renie rien dans ce travail et pour moi qui n’ai pas lu le roman cela me donnait une sorte de garantie, de caution : oui, on peut lire cet ouvrage ce n’est pas un livre éloigné des origines et de sa genèse, c’est validé, c’est du solide.

La préface, soit dit en passant, est remarquable et donne le sentiment de comprendre comment est né ce roman. L’auteur donne une anecdote personnelle vécue à Los Angeles, puis parle de la première version de son histoire, Le promeneur, enfin, il évoque un auteur, Edgar Poe, qui l’a profondément impressionné.

Puis, enfin, on découvre le graphisme de Tim Hamilton, sa narration graphique dynamique et tonique à réveiller un mort, à faire se consumer une bibliothèque entière instantanément… ce qui sera bien le cas.

Ceux qui ne sont jamais sortis de la bande dessinée francobelge risquent d’avoir quelques surprises et difficultés à entrer dans cette version très comics, très anglo-saxonne de la bédé. Oh, les différences ne sont pas si criantes que cela mais au départ on en prend plein la figure et il nous faut quelques minutes pour reprendre notre souffle.

Je ne reviendrai pas sur toute l’histoire, sur ces pompiers qui viennent faire brûler les bibliothèques et les maisons qui les abritent, voir même les personnes qui les habitent. C’est un de ces pompiers que nous suivrons et qui va, suite à un épisode plus douloureux que les autres, connaître des états d’âme. C’est une sorte de dépression et de crise existentielle qui vont le pousser à ouvrir un livre. Que peut bien renfermer un livre pour que la société les considère comme si dangereux ? Quels risques courent-ils à en lire, juste un seul ?

Puis le drame va arriver mais cela vous le savez bien vous qui avez déjà lu le roman… ici, en plus des mots, vous avez le dessin et j’avoue que très rapidement le travail, que dis-je, l’art, de Tim Hamilton nous emporte et nous nous posons une heure plus tard en train de nous demander quel serait le livre que nous voudrions sauver si pareille mésaventure nous arrivait… Heureusement, le livre n’est pas en danger !

Oui, une fiction à lire, une fiction qui interroge, qui perturbe et que je ne regrette pas d’avoir découverte en bande dessinée. Reste à savoir si j’ouvrirai le roman de Ray Bradbury ou si j’aurai l’occasion de voir le film… Nous en reparlerons bientôt !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Fahrenheit 451 [Texte imprimé] Ray Bradbury, Tim Hamilton traduction de l'anglais (américain), Fanny Soubiran
    de Bradbury, Ray Hamilton, Tim
    Casterman
    ISBN : 9782203032941 ; EUR 16,00 ; 15/05/2010 ; 155 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pas vraiment une réussite...

5 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 11 novembre 2011

Voici une adaptation qu’on ne sait trop dire si elle colle parfaitement au sujet ou si elle s’en éloigne.

En effet, nous sommes graphiquement dans un univers impersonnel, hermétique, suggéré, où les couleurs froides alternent avec les tons plus chauds. Même s’il faut bien reconnaître que c’est le terne qui prédomine dans la gamme chromatique de ce roman graphique.

Retrouver dans ce format le roman de Bradbury lui donne un autre cachet mais de là à en faire une adaptation originale et indispensable, on n’y est pas vraiment. On apprécie la fidélité, mais on ne sent pas de réelle appropriation du sujet par Tim Hamilton. Il y a derrière la sobriété des dessins le sentiment d’un respect très probable envers l’auteur.

Reste aussi, bien sûr, la cause défendue par ce récit, cette prise de conscience qui n’a pas pris une ride et s’applique totalement à notre société d’aujourd’hui, sur-consommatrice et abrutie par les médias et les pubs…

Bref, je pars du principe que tout adaptation est censée apporter une touche supplémentaire ou, à tout le moins, un "regard". Sans parler d'un brin d'audace dans la réexploitation du thème ou de la démarche.

Je ne partage donc pas l'enthousiasme de Shelton. Même si l'auteur a donné son aval pour cette adaptation : c'en est peut-être le défaut? N'a-t-il pas laissé insuffisamment la bride sur le cou à son illustrateur?

Forums: Fahrenheit 451 (version BD)

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Avis divergents... 2 Shelton 12 novembre 2011 @ 09:36

Autres discussion autour de Fahrenheit 451 (version BD) »