Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Le_squasheur, le 16 décembre 2011 (Paris, Inscrit le 16 décembre 2011, 42 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 837ème position).
Discussion(s) : 2 (Voir »)
Visites : 5 712 

Belle expérience, livre moyen.

Partir vivre seul 6 mois loin de tout, c'est l'expérience menée par l'auteur. Pour échapper au quotidien, au stress parisien, faire le point sur sa vie, renouer le lien avec la nature, lire... Bravo, il l'a fait, très bien. Il m'a même donné envie de faire comme lui par moments.

Mais son bouquin est parfois rasoir. Il fait de grandes marches décrites dans le détail, il picole, beaucoup, il a un grand moment de déprime quand il apprend que sa fiancée le quitte... En même temps sa fiancée, nous on la connait pas alors on s'en fiche considérablement. Je dirais même qu'on la comprend, c'est quand même lui qui part 6 mois à l'autre bout de la terre...

Bref, c'est au fond le journal d'un mec qui s'ennuie un peu et même s'il trouve de la grandeur dans sa solitude, on s'ennuie un peu avec lui.

Pour terminer sur du positif, il cite quelques bons aphorismes et sait par moment saluer avec talent la magnificence d'un coucher de soleil ou d'un crissement de glace. Bravo pour ça...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une belle pause temporelle

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 21 février 2016

C’est une très belle expérience que nous fait partager Sylvain Tesson à travers ce carnet de voyages. Le dépaysement est tel que l’on a l’impression d’être avec lui dans sa cabane, face à ces paysages grandioses. Comme lui, on ressent cette joie d’avoir fait le pari de s’isoler loin du bruit et de la fureur de la civilisation, qui de temps à autre vient le taquiner sous ses travers les plus détestables et rompre ainsi sa solitude et la sérénité des lieux. Heureusement, cela ne dure jamais trop longtemps…

Tesson écrit bien et possède un certain sens de la formule. Ses propos donnent matière à réflexion quant à la folie et l’absurdité d’un monde contaminé par le cynisme, où la nature et le silence deviennent des denrées rares face l’esprit de conquête des humains, véritable rouleau compresseur non exempt de bêtise. Tesson est donc peu optimiste et se voit davantage en dernier témoin d’un monde en sursis qu’en pionnier. Cette lecture demeure malgré tout très rafraîchissante et est donc hautement recommandée.

Erémitisme sibérien

6 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 41 ans) - 20 décembre 2015

Voici le journal de bord d'un homme qui a décidé de se soustraire au monde des hommes pour vivre au rythme de la nature, isolé dans une cabane au bord du lac Baïkal.

Sylvain Tesson devient le spectateur émerveillé de la nature baïkalienne, apprend le lent écoulement du temps, apprivoise une liberté totale, apprécie d'imprimer la plus petite trace possible dans son environnement. Ce qui nous offre de beaux moments de poésie et quelques morceaux de sagesse, malheureusement insuffisants pour tromper l'ennui de cette retraite toute contemplative.

Une expérience certainement inoubliable à vivre mais monotone à lire.

'des livres de dandy et une vie de moujik' page 54

10 étoiles

Critique de Yotoga (, Inscrite le 14 mai 2012, - ans) - 25 février 2014

En partant six mois en Sibérie, Sylvain Tesson recherche la paix. Le lecteur assiste à l’éveil du printemps, aux attaques de neige de février à la fonte du Lac Baïkal jusqu’en été en juillet.

En ouvrant ce livre, je pensais à une recherche de soi mais non, l’auteur recherche juste le calme, la distance par rapport à la vie citadine, l’espace et du temps. Il emmène des livres et au détour de l’assouvissement des besoins premiers comme couper du bois pour se chauffer ou pêcher, il divague sans philosopher mais nous fait part de ses pensées, quelque peu alcoolisées.

J’avais imaginé l’histoire concentrée sur lui-même. Finalement il reçoit souvent du monde ou, même si il doit faire un jour de marche, va rendre visite à ses voisins et retranscrit les dialogues qui ressemblent à des discussions de comptoir au café. Le lien social n’est jamais vraiment coupé. Dans le courant de mai, vers les pages 200, il s’aguiche de deux chiens et la vie solitaire s’interrompt.

j'ai particulièrement aimé la poésie :
"l'esthétisme est une déviance réactionnaire" page 30
(en décrivant glace): page 57 'des bulles d'air sont prises dans la couche. On hésite à mettre le pied sur ces méduses de nacre.'
"l'imprévu de l'ermite sont ses pensées" page 81
"la solitude : ce que les autres perdent à n'être pas auprès de celui qui l'éprouve" page 109


Ce livre détend et rend la Sibérie ainsi que la solitude tentantes.
Le retour à la vie citadine, entassés, a dû être inconcevable, impensable, insurmontable.

Ermite des temps modernes

7 étoiles

Critique de Jaimeoupas (Saint gratien, Inscrite le 4 octobre 2010, 45 ans) - 26 février 2013

Expérience intéressante tentée par Sylvain Tesson sur la solitude au fin fond de la Sibérie.

Sur fond de tabasco et vodka, le temps s'écoule lentement quand on est coupé de tout et de tous.

On ressent assez bien le froid glacial qui s'immisce dans sa vie au fur et à mesure de son aventure...

C'est bien connu, le froid endort toutes les douleurs... mais on découvre qu'il peut aussi anesthésier les sentiments et le goût des autres ....

Un livre froid comme la bise...

voyage immobile

7 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 57 ans) - 24 octobre 2012

Que peut-il bien se passer pendant six long mois dans une cabane perdue ? Que peut-on bien écrire sur un tel sujet ? Je me posais un peu la question en ouvrant les premières pages de ce récit et c’est surtout le lac Baïkal et la Sibérie qui m’ont incité à commencer cette lecture.
Il ne se passe en effet pas grand-chose mais Silvain Tesson décrit très bien ce ralentissement du rythme ou quelques actions simples suffisent à remplir une journée. Il faut dire que par -20, le quotidien devient naturellement plus difficile et surtout très éloigné de notre vie de tous les jours. La cabane devient un cocon douillet au milieu de la forêt hostile.
Ensuite viendra le printemps avec sa nature qui s’éveille brutalement et là encore, la belle écriture de l’auteur fait des merveilles pour nous faire ressentir cette renaissance. Un rayon de soleil, une mésange, les traces d’un animal dans la neige, le lac qui change doucement d’aspect sont autant de moments d’éternité qu’on aimerait connaître nous aussi.
L’isolement n’est d’ailleurs pas total puisque l’ermite reçoit beaucoup de visites. Quelques amis mais aussi ses voisins qui ont l’air heureux de vivre cette vie rude et isolée. Ces rencontres sont l’occasion de boire pas mal de Vodka et de briser un peu l’isolement. La solitude semble pourtant ne pas être un fardeau mais plutôt une drogue pour l’auteur qui peste quand un véhicule approche de son abri. En tout cas ce voyage immobile est enchanteur et grâce au talent de l’écrivain, on rêve de cette vie simple loin du stress de la vie moderne, là où le monde des hommes n’est plus qu’un écho lointain.

Que de suffisance !

3 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 49 ans) - 29 août 2012

En s’isolant pour six mois dans une cabane perdue au bord du lac Baïkal, Sylvain Tesson réalise un vieux rêve. Il part avec une grande provision de livres, beaucoup de vodka et de Tabasco. Durant ces dix mois, il va fendre du bois pour se chauffer, pêcher pour se nourrir, lire et se saouler avec des compagnons de passage. Une vie qui se réduit à la satisfaction des besoins naturels et essentiels, et à la contemplation que permet la longueur des journées où le temps n’est plus le même.

Je m’attendais à un livre dont le sujet serait la Sibérie. Un livre dans lequel l’auteur s’effacerait devant une nature seule maîtresse des lieux. Je m’attendais à une lecture qui me ferait éprouver les conditions de vie forcément très difficiles d’un homme immergé dans un univers où règne un froid absolu et une solitude désertique.
Mais je n’ai rien trouvé, dans cette lecture, de ce que j’en attendais. Ce récit est bien loin de la leçon d’humilité que l’on pourrait imaginer ressortir d’une telle expérience. Bien au contraire, en citant à de très nombreuses reprises ses lectures, Sylvain Tesson fait montre de son érudition au point que j’en ai été agacée. Quant aux réflexions sur notre société de consommation, je n’y ai point vu de philosophie mais une litanie de clichés. Une certaine suffisance aussi, puisque l’auteur va jusqu’à se permettre de juger les hommes qui ne pensent et n’agissent pas comme lui.

En résumé, je n’ai pas aimé et mesure à quel point je suis à contre-courant de ce qui a été dit et écrit sur ce livre, qui a reçu beaucoup de louanges. Des louanges et un prix, le Médicis essai, ce que je ne comprends pas car je ne vois pas ce qui justifie ce qualificatif. Si « Une vie à coucher dehors » ne m’avait pas convaincue, j’ai tout de même préféré – et de loin – ce recueil de nouvelles à ce récit de voyage statique. Sans doute parce que l’auteur n’y était pas le sujet principal.

Six mois...

7 étoiles

Critique de MEloVi (, Inscrite le 6 juillet 2011, 33 ans) - 26 août 2012

Six mois seul, dans une cabane de 9m2 avec des voisins éloignés de plusieurs kilomètres, de la lecture, des provisions et de la solitude, beaucoup de solitude... Recherchée ou non. Voilà les ingrédients de cette aventure.

Sylvain Tesson nous décrit ces 6 mois, ses sentiments changeants, la difficulté d'être là éloigné des siens, les petits bonheurs et grandes joies, les coups de fatigue, l'apprentissage de la nature...

Bref, il s'agit un peu d'un roman initiatique, et beaucoup d'un homme insatisfait qui espère trouver ailleurs ce qu'il n'est pas capable de se donner dans la vie de tous les jours. Le paix intérieure.

Mélange de déception et d'admiration

5 étoiles

Critique de Luluganmo (, Inscrite le 26 septembre 2010, 35 ans) - 11 juillet 2012

J'attendais beaucoup de ce livre; des anecdotes bourrées d'aventures, du dépaysement complet, des rencontres insolites... Et je me suis retrouvée au milieu d'un récit philosophique souvent ennuyeux sur la nature, la solitude et sur les bouteilles de vodka russes... Trop de descriptions, trop de blabla sur des bouquins que je ne lirais certainement pas si je venais à me retrouver seule en Sibérie pendant six mois. Et pourtant, j'ai ressenti un brin de nostalgie en finissant ce livre. Je me suis attachée à l'atmosphère et au personnage qui, il faut bien le reconnaître, manie extrêmement bien la plume!

La retraite de Russie

6 étoiles

Critique de Hervé28 (Chartres, Inscrit(e) le 4 septembre 2011, 48 ans) - 1 juin 2012

J'attendais beaucoup de ce livre, de cette expérience qui , j'avoue me tenterait; rester seul avec une tonne de livres , comme un ermite pendant quelques mois.
Si le début de la lecture m'a vraiment amusé, avec des formules chocs comme "Qu'on me donne une pelle et un foulard rouge, je bâtirai le socialisme", ou encore " Pour l'ermite, la régence administrative commence lorsqu’on est deux.Elle porte le nom de mariage", au fil de la lecture l'intérêt pour l'histoire russe de Sylvain Tesson finit par s’émousser.
D'ailleurs il n'est pas si seul que cela dans cette forêt. Il y a , j'exagère mais "Anton, Ivan, Boris et moi,Rebecca, Paula, Johanna et moi", bref une galerie de portraits assez saisissante de Russes assez rudes.
Je m'attendais plus à des réflexions sur ses lectures (certes elles sont présentes mais autant que je l'aurait souhaité, mais je suis content car il évoque souvent "La vie de Rancé" de Chateaubriand)
Un livre qui se lit avec plaisir mais sans plus.

Seul face à l'immensité du monde

10 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 19 avril 2012

La vie nous réserve parfois de beaux cadeaux. Et lorsqu’on tombe sur l’un d’eux, on se dit qu’on n’aura pas vécu en vain, que toutes nos souffrances afin de nous maintenir en vie n’auront pas été vaines puisque ce livre nous attendait au bout du chemin. Et toute l’absurdité de la vie s’envole pour ne laisser place qu’à du bonheur, du pur bonheur. Sylvain Tesson est un homme admirable à plusieurs points de vue. Sans prétention aucune, il possède une conscience écologiste et un amour de la nature sauvage qui m’enchantent. Ce sont deux traits de caractère qui me fascinent chez un auteur et me le rendent extrêmement attachant. Donc, je suis sous le charme de cet homme dans la force de l’âge, cherchant à comprendre la vie et tous ses mystères. Mais il n’est pas ennuyeux du tout au contraire, il a le don de revitaliser et de mettre de la joie au cœur. J’ai refermé ce livre avec regret et vivement, je le retrouverai dans ses autres livres en espérant que la magie soit toujours présente.

Sylvain Tesson a choisi de vivre seul pendant six mois dans une cabane au bord du lac Baïkal. Il affectionne les lieux car il a déjà effectué un voyage au même endroit quelques années auparavant et s’était bien promis d’y revenir avant la quarantaine et d’y séjourner en ermite sur une période plus ou moins longue. Il débarque donc dans sa cabane et s’y installe. Il a emporté avec lui une soixantaine de livres car il sait que le temps sera long parfois et la lecture l’aidera à supporter la solitude et éloigner le désespoir. Il retranscrit sa liste qui comporte une belle variété d’auteurs : Montherlant, Chateaubriand, Conrad, Yourcenar, Nietzsche, Dantec, Michel Déon, Giono, Paul Morand etc.

Il a aussi emporté une bonne provision de vodka dont il use presque tous les soirs. L’ivresse est pour lui un paradis qui lui fait oublier ses souffrances morales et physiques. Il s’acclimate donc à sa nouvelle vie et adopte une routine quotidienne qui l’aide à affronter les jours. Il apprivoise des mésanges qui deviennent bientôt très importantes dans sa vie. D’ailleurs, la moindre petite chose prend une importance démesurée : un rayon de soleil qui frappe toujours sa table au même endroit à la même heure, la visite de ses mésanges, les craquements de la glace qui recouvre le lac, les moindres petits changements à son univers sont des événements qui retiennent son attention. Il reçoit parfois des visites impromptues de touristes ou bien de gardiens résidant dans les cabanes voisines et les soirées se passent à vider des bouteilles de vodka et à discuter de choses et d’autres selon les intérêts de ses visiteurs. Fréquemment, il part en excursion afin d’escalader des montagnes proches ou bien rendre visite à ses voisins.

La prose de monsieur Tesson est magnifique. Il use cependant de termes spécialisés pour décrire le paysage et il faut avoir recours à un dictionnaire si on n’est pas géologue ou écologiste. Ses descriptions sont hallucinantes de beauté et la majesté du paysage est pour lui une source inépuisable d’inspiration. Il ne se lasse pas de contempler la beauté du monde qui l’entoure. Bientôt, il adoptera deux petits chiens qui deviendront ses compagnons d’excursion et lui sauveront la vie lorsque la femme de sa vie lui annonce qu’elle le quitte.

C’est un beau livre, rempli de poésie, d’amour de la nature et surtout, de beauté. L’homme face à la nature a toujours été un thème que je me suis plu à lire et ici, j’ai été comblée. Sylvain Tesson multiplie les belles réflexions philosophiques sans jamais tomber dans la redondance et la mièvrerie. C’est beau et d’une noblesse rare.

« Pourquoi les hommes adorent-ils davantage les chimères abstraites que la beauté des cristaux de neige ? »

« C’est le soir, il est 9 heures, je suis devant la fenêtre. Une lune timide cherche une âme sœur mais le ciel est vide. Moi qui sautais au cou de chaque seconde pour lui faire rendre gorge et en extraire le suc, j’apprends la contemplation. Le meilleur moyen pour se convertir au calme monastique est de s’y trouver contraint. »

« Les cris ne servent à rien. Dans une perspective naturaliste, l’homme révolté est une chose inutile. La seule vertu, sous les latitudes forestières, c’est l’acceptation. »

« On dispose de tout ce qu’il faut lorsque l’on organise sa vie autour de l’idée de ne rien posséder. »

« Lire compulsivement affranchit du souci de cheminer dans la forêt de la méditation à la recherche des clairières. Volume après volume, on se contente de reconnaître la formulation de pensées dont on mûrissait l’intuition. La lecture se réduit à la découverte de l’expression d’idées qui flottaient en soi ou bien se cantonne à la confection d’un tricot de correspondances entre les œuvres de centaines d’auteurs. »

« Des cumulus barrent l’horizon bouriate. Le soleil couchant les mûrit. Les quatre éléments jouent leur partition. L’eau accueille les copeaux d’argent lunaire, l’air est saturé d’embruns, la roche vibre de la chaleur accumulée. Pourquoi croire que Dieu se tient ailleurs que dans un crépuscule ? »

Ouf, c’est beau !

Déjà vu

7 étoiles

Critique de Elya (, Inscrite le 22 février 2009, 27 ans) - 1 janvier 2012

Sylvain Tesson l'avoue lui-même, il n'est pas le premier à partir s'exiler dans les bois tout en recueillant quelques textes quotidiens pour ensuite publier. Thoreau (Walden ou la vie dans les bois) et McCandless (Into the wild en livre) l'ont fait avant lui. Mieux ? Différemment.

Pour quelqu'un qui se prétend si épicurien, si amoureux de la nature et de sa simplicité, S. Tesson parle beaucoup trop de lui. Parfois, on dirait presque qu'il faudrait l'admirer ou le plaindre d'avoir la possibilité de partir 6 mois dans une cabane isolée sans avoir besoin de travailler. De nos jours, pouvoir s'isoler dans une cabane de 9m² est un luxe ! Le ton de Tesson suggère vraiment que l'on devrait s'extasier au sujet de SON expérience et non de l'expérience en elle-même, alors qu'un couple vivait depuis 15 ans dans cette cabane et n'a pas eu besoin de le crier sous tous les toits.
J'aurai préféré un roman plus centré sur les rencontres qu'il a faite, qu'elles soient humaines, animales ou paysagistes. Les russes qu'il côtoie passent pour des benêts grossiers et alcooliques ; quelle que soit leur austérité, il aurait peut-être été préférable de souligner aussi leur hospitalité...

Il faut tout de même reconnaître que l'écriture de Tesson est agréable. Il ne se passe pas grand chose, voire même rien, mais il sait rendre ces petit riens envoûtants et poétiques. Il nous raconte et cite aussi les lectures qui l'ont accompagné, j'ai trouvé cette idée sympathique.

Solitude de l’auteur et…. Solitude du lecteur

5 étoiles

Critique de Papyrus (Montperreux, Inscrite le 13 octobre 2006, 57 ans) - 31 décembre 2011

Sous le charme dès les premiers chapitres d’une écriture inspirée, je me suis laissé emporter au bord de ce mythique lac Baïkal, me promettant un pur moment de bonheur littéraire que laissaient présager les lignes métaphoriques et poétiques de Sylvain Tesson et que j’allais déguster comme du petit lait:

« Le ciel a saupoudré la taïga. La poudreuse veloute le vert-de-bronze des cèdres. Forêt d’hiver : fourrure d’argent jetée sur les épaules du relief. Les vagues de la végétation couvrent les pentes. Cette volonté des arbres de tout envahir. La forêt, houle lente. A chaque pli du relief, l’albumine des houppiers s’assombrit de trainée noires.
Pourquoi les hommes adorent-ils davantage les chimères abstraites que la beauté des cristaux de neige ? (p37)

J’ai lu jusqu’à la page 246 (sur 267) où totalement saturée d’immensités neigeuses sur fond d’états d’âmes un peu vains et finalement sans doute un peu fats, je me suis accordée une pause. Ce livre a-t-il tenu ses promesses ?

La plume de S. Tesson est sans aucun doute remarquable mais cela ne fait pas tout. Il faut aussi un sujet. Le Baïkal, que quelques chapitres auraient suffit à dépeindre, est ici un objet littéraire exploité par l’auteur jusqu’à saturation… Le reste du propos frôle l’égotisme.
Finalement, pour moi le plaisir de lire un très beau texte s’est peu à peu transformé, d’abord en attente (vaine) puis en lassitude pour se terminer en déception.

Forums: Dans les forêts de Sibérie