Mémoires du capitán Alonso de Contreras (1592-1633)
de Alonso de Contreras

critiqué par Vince92, le 29 mars 2012
(Zürich - 42 ans)


La note:  étoiles
La vie trépidante d'un soldat ordinaire.
Fin du Xvème siècle, début du XVI ème, l'Espagne domine alors le monde et est engagée sur plusieurs théâtres d'opération pour maintenir sa puissance contre des ennemis multiples; Barbaresques, Turcs, Hollandais, Anglais, Français... nait alors cette classe d'hommes exceptionnels: celle du soldat. Pas un aventurier à proprement parler, pas un mercenaire. Des hommes dédiés au service de leur pays, de leur souverain mais libres encore du carcan réglementaire des militaires.

Ainsi en va-t-il du Capitan de Contreras, madrilène, ruffian dès son plus jeune âge (il poignarde à mort un des siens camarades), coureur, respectueux cependant de la religion comme tous les hommes de l'époque (il n'hésite cependant pas à truander l'Eglise quand cela est possible).

Contreras va au court de sa vie connaître plusieurs aventures sur tous les théâtres d'opération: Méditerranée Orientale, côtes barbaresque, Flandres, Indes Occidentales (Amériques), être impliqué involontairement dans une sombre histoire d'espionnage liée à la communauté des Morisques, on suit ses démarches lui permettant d'accéder à la charge de Capitan: entretiens avec le Roi et le Pape.

Voici un excellent petit livre, significatif de l'esprit de l'époque, très agréable à lire car, comme le souligne Ortega y Gasset, l'auteur de la postface (Ernst Jünger étant celui de la préface, excusez du peu...) dépouillé des ornements littéraires de l'époque, parfois fatigants pour un lecteur d'aujourd'hui.